El Greco

peintre italien du XVI-XVIIème siècle, 1541-1614

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Cote, estimation et prix de l’artiste El Greco

Peinture : 6.000-9.400.000 €

Si vous souhaitez faire estimer une œuvre d’El Greco, nos experts s’en chargent.

Une vie recluse et productive.

Dominikos Theotokopoulos, dit El Greco, est un peintre, architecte et sculpteur italien. Il est né en 1541 à Candie en Crète (alors propriété de Venise) et est mort le 7 avril 1614 à Tolède. Il est considéré comme le peintre fondateur de l’École espagnole du 16e siècle. Il est célébré de son vivant, mais a été oublié pendant plus d’un siècle et a été redécouvert au milieu du 19e siècle. Il a influencé les travaux de Jackson Pollock et de Pablo Picasso.

El Greco séjourne de 1568 à 1570 à Venise où il est l’élève du Titien. Il est aussi influencé par le Tintoret et Bassano. Il vit à l’écart de la communauté grecque de Venise et travaille avec le géographe Georgios Suderos Kalopados sur des dessins cartographiques de Crète. El Greco voyage à Parme où il se familiarise avec les œuvres du Corrège et du Parmesan. Il rejoint ensuite Rome et y travaille pour le cardinal Alexandre Farnèse de 1570 à 1572. Il s’inscrit alors à l’Académie Saint-Luc de Rome comme peintre de miniatures. Il y étudie les techniques des grands maitres tels que Raphaël et Michel-Ange. Il reste en Italie jusqu’en 1576 avec ses deux assistants puis part pour l’Espagne. Il vit à Madrid à la Cour d’Espagne du roi Philippe II quand il reçoit la commande pour la cathédrale de Tolède de L’Expolio. Il déménage en 1585 dans la ville et deux ans plus tard participa à la décoration grandiose de Tolède pour la venue du roi Philippe II et de sa cour. El Greco reçoit de nombreuses commandes privées et religieuses, en particulier des portraits. On retrouve ses œuvres dans les plus grands musées comme au Louvre, mais aussi au Metropolitan Museum de New York et au musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg.

Une reconnaissance étonnante.

Il est aussi l’auteur de sculptures et de dessins architecturaux dont le retable de Santo Domingo el Antiguo. De son époque à aujourd’hui, les œuvres d’El Greco ont reçu des accueils mitigés. Elles sont qualifiées de mystiques, d’astigmatismes, de prémodernes ou encore de préexpressionnistes. Au 19e siècle, les écrivains romantiques français, dont Théophile Gautier, voient en El Greco un peintre halluciné et talentueux. Cézanne, Manet, Millet et Delacroix redécouvrent ses œuvres et collectionnent ses travaux. En 1912, le critique allemand Meier-Grafe soutient l’idée qu’El Greco est un précurseur de l’art moderne et de l’expressionnisme. Picasso, Delaunay puis Pollock s’inspirent de ses œuvres et revendiquent ses déformations. Entre 1920 et 1950, l’œuvre du peintre atteint son apogée littéraire puisqu’Ernest Hemingway, André Malraux et Nikos Kazantzakis écrivent sur El Greco. En 1962, Harold Wethey, un historien américain publie un catalogue de ses œuvres d’un total de 265 pièces. À l’occasion du 400e anniversaire de la mort du peintre en 2014, l’Espagne lui rend hommage en organisant une série d’expositions à Tolède et à Madrid l’année durant.

Principales œuvres :

Le Partage de la tunique du Christ (1579)

L’Enterrement du comte d’Orgaz (1588)

L’Adoration des bergers (1614)

Les artistes qui pourraient vous intéresser

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Mr Expert en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.