Albert GLEIZES

Peintre, dessinateur, graveur français, 1881-1953

Vous avez des questions ?

Vous avez en votre possession une œuvre de Albert GLEIZES et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre peinture, communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Albert GLEIZES

Prix d’une peinture signée :  2 000 – 150 000 €

Estimation d’une aquarelle ou d’un dessin de l’artiste en vente aux enchères : 600 – 20 000 €

Qui est Albert GLEIZES ?

Albert Gleizes, en abrégé Albert Léon Gleizes, (né le 8 décembre 1881 à Paris, France — mort le 23 juin 1953 à Avignon), peintre et écrivain français connu pour ses peintures cubistes et son engagement de toute une vie pour la promotion du mouvement cubiste.

Jeune adulte, Gleizes était surtout passionné par le théâtre. Son père, soucieux de la rentabilité de l’intérêt de son fils (bien que disposé à le soutenir dans une certaine mesure), l’oblige à travailler quotidiennement dans son atelier de création de tissus. Gleizes attribue à cette expérience le mérite d’avoir stimulé son intérêt pour la couleur, la ligne et le design. Il a commencé à peindre à la fin de l’adolescence, dans le style des impressionnistes. Il expose son œuvre, un paysage intitulé La Seine à Asnières (1901), pour la première fois en 1902 à la Société Nationale des Beaux-Arts à Paris.

 Une vie inspirante 

Gleizes continue à peindre tout en servant dans l’armée française de 1903 à 1905. En 1904, il expose deux tableaux au Salon d’Automne, une exposition annuelle d’artistes indépendants. Après son service militaire, la politique de Gleizes s’oriente à gauche, vers le socialisme. Dans cet esprit, il cofonde l’Abbaye de Créteil, une communauté hors de Paris composée d’écrivains, d’artistes, de musiciens et d’intellectuels, parmi lesquels les poètes Georges Duhamel, René Arcos, Charles Vildrac et Jules Romains. La communauté se soutenait en publiant les écrits de ses membres et de ses affiliés, mais lorsqu’en 1907, ces revenus se sont avérés insuffisants pour couvrir le loyer, l’Abbaye de Créteil a fermé ses portes au bout d’un an seulement.

Au cours des années suivantes, Gleizes a lutté contre la perte d’élan du cubisme (et la montée du dadaïsme) et s’est attaché davantage à saisir et à diffuser sa théorie. Il tente également de faire revivre la Section d’Or en 1920 avec une exposition itinérante, mais sans succès. Il se retire progressivement de la scène artistique parisienne et continue à peindre mais écrit également de nombreux ouvrages sur l’art, dont Du Cubisme et des moyens de le comprendre (1920) et La Peinture et ses lois (1924). Dans ce dernier, Gleizes suggère que l’apogée de la peinture occidentale s’est produit aux XIe et XIIe siècles et que l’illusionnisme introduit à la Renaissance avec la perspective d’un seul point a été la chute de la véritable expression artistique. Dans ce texte, il a également décomposé les règles de la peinture en ce qui est devenu sa théorie de la traduction et de la rotation, le rôle et les habitudes de l’œil lorsqu’il regarde un tableau.

En 1927, Gleizes et sa femme fondent Moly-Sabata, une commune utopique d’artistes à vocation agraire aux Sablons, un village non loin de la ville française de Lyon. Les artistes qui y vivaient devaient gagner leur vie en produisant et en vendant leur artisanat et en travaillant la terre pour leur subsistance. En 1930, Gleizes publie Vie et mort de l’occident Chrétien, dans lequel il dénonce la révolution industrielle comme incompatible avec la foi chrétienne. Gleizes voyage également à cette époque, donnant des conférences sur ses théories de l’art en Pologne et en Allemagne. Il continue à se plonger dans l’art du passé, explorant l’art de la pré-Renaissance. De ses études est né Vers une conscience plastique : la forme et l’histoire (1932), un examen de l’art celtique, asiatique et roman.

Au début des années 1930, il rejoint le groupe d’artistes abstraits « Abstraction-Création », qui se consacre à un art rationnel de pure abstraction comme celui des De Stijl et des artistes constructivistes. Gleizes retrouve ses pairs Delaunay et Léger pour collaborer à la réalisation de peintures murales cubistes pour l’Exposition internationale des arts et techniques dans la vie moderne de 1937 à Paris. L’année suivante, afin d’acheter Moly-Sabata (qu’il louait jusqu’alors), Gleizes vend plusieurs tableaux, dont The Harvesters, au collectionneur d’art américain Solomon R. Guggenheim. En 1939, au début de la Seconde Guerre mondiale, Gleizes a créé une autre commune pour les artistes et les étudiants, Les Méjades (près de St. Rémy-de-Provence, France).

Bien qu’il se considère catholique depuis les années 1920, Gleizes est confirmé et rejoint officiellement l’Église catholique romaine en 1941. Peu après, il commence à écrire ses mémoires (publiées en partie sous le titre Souvenirs : Le Cubisme, 1908-14 en 1957) et à travailler sur une série de tableaux sur la méditation (« Supports de Contemplation ») ainsi que sur le grand triptyque qui comprend les tableaux La Crucifixion, Le Christ dans la Gloire et La Transfiguration (tous de 1943). La carrière de Gleizes, qui touche bientôt à sa fin, a été célébrée par une rétrospective de son œuvre en 1947 à la Chapelle du Lycée Ampère à Lyon. Ses dernières œuvres comprennent une série de 57 illustrations (1948-50) pour les Pensées du philosophe du XVIIe siècle Blaise Pascal et une fresque, L’Eucharistie (1952), dans une chapelle du nouveau séminaire jésuite de la communauté de Fontaines à Chantilly.

Sa reconnaissance post-mortem 

Un peu plus d’une décennie après la mort de Gleizes, le musée Guggenheim de New York a organisé la première rétrospective de son œuvre à être présentée en Amérique. Cependant, depuis lors, bien que ses peintures fassent partie de collections à travers les États-Unis et l’Europe, la plupart des expositions individuelles sur l’artiste ont eu lieu en Europe, et presque aucun de ses écrits n’a été traduit en anglais, ce qui explique sa relative obscurité par rapport à ses pairs cubistes. Au XXIe siècle, Moly-Sabata a été placé sous les auspices de la Fondation Gleizes et continue d’être une résidence d’artistes.

Expertiser et vendre une oeuvre de Albert GLEIZES

Si vous possédez une peinture de Albert GLEIZES ou tout autre objet, demandez une estimation gratuite via notre formulaire en ligne.

Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre peinture. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.