Chaïm SOUTINE

Peintre , 1894-1943

Vous avez des questions ?

Vous avez en votre possession une oeuvre de Chaïm SOUTINE et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre oeuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Chaïm SOUTINE 

Prix d’une peinture signée : 90 000 – 7 200 000 €

Une jeunesse de misère : 

Bien que sa vie avant son arrivée à Paris soit assez mal connue, Chaïm Soutine semble avoir traversé une jeunesse pauvre et difficile dans les ghettos de la Biélorussie. Malgré sa condition d’une extrême pauvreté, il suit des cours de dessin à Minsk et intègre même l’École des Beaux-Arts de Vilna. Aidé financièrement par un ami, Soutine part vivre à Paris en 1912, suivant des amis peintres partis auparavant. On ne conserve rien des œuvres du peintre d’avant son départ.

A Paris, il est introduit à la « Ruche », une cité d’artistes à Montparnasse, fief de ce qui sera nommé plus tard « École de Paris » ou « École Juive ». Il suit également des cours à l’École des Beaux-Arts tout en travaillant la nuit pour survivre, il vit alors une vie de bohème triste et incertaine parmi les peintres du Montparnasse, qui durera plus de dix ans. Parmi eux, il est le plus indigent, se vêt de guenilles et est déjà rongé par un ulcère à l’estomac. Cependant, son caractère ombrageux et insociable n’attire pas la pitié. D’ailleurs dès cette époque, il peint sans relâche et prend l’habitude de détruire les œuvres qui ne se vendent pas ou reçoivent une quelconque critique. Au début de son œuvre, Soutine peint essentiellement des natures mortes, ce qui est assez paradoxal de la part d’un artiste qui ne mange jamais à sa faim. 

Les miracles Zborowski et Barnes

Solitaire, il se noue néanmoins d’amitié avec Amedeo Modigliani qu’il rencontre à la Cité Falguière. Ce dernier lui apporte un soutien indéfectible, lui apprends à se tenir, se laver, s’habiller et d’un point de vue artistique, le présente à son marchand Léopold Zborowski. Les deux artistes ont en commun la même souffrance intérieure qui les pousse à produire et détruire beaucoup. En 1920, Soutine part à Céret rejoindre Pierre Brune, un ami peintre, là il apprend le décès de Modigliani, ce qui le choque profondément. Il peint alors énormément durant plus de deux ans, représente des portraits de locaux et des paysages, comme Les maisons, 1921, Musée de l’Orangerie. Le marchand Zborowski lui achète régulièrement des toiles qu’il réussi à vendre à un grand collectionneur américain, Albert Barnes qui diffuse ses œuvres aux États-Unis. Du jour au lendemain, Soutine est reconnu en France et à l’international. 

Commence alors pour Soutine une vie beaucoup plus confortable que celle qu’il n’a connu auparavant ; il habite près du parc Montsouris et commence à peindre des natures mortes d’animaux écorchés, comme Le Bœuf écorché, 1925, Musée des Beaux-Arts de Grenoble, mais également des paysages comme la série des arbres à Vence. En 1937, il rencontre Gerda Groth, avec qui il va s’installer et qui sera la modèle de nombre de portraits féminins, qui stylistiquement sont assez proches de ceux de Modigliani. 

L’errance de la fin de sa vie : 

Quand la guerre éclate, Gerda est arrêtée au Vél’ d’Hiv’, mais réussi à se cacher dans le sud de la France, elle ne reverra plus jamais Soutine. Le peintre, juif, vit également une vie clandestine qui aggrave son ulcère. Il meurt en 1943 dans l’indifférence quasi générale. 

Ses œuvres restent imperméables aux mouvements d’avant-garde que sont le cubisme, le futurisme ou le dadaïsme. Lui seul réussit à exploiter des sujets traditionalistes avec une intensité émotionnelle aussi forte. Il se limite d’ailleurs, sa vie entière, à la représentation de portraits, paysages et natures mortes, mais traitées d’une manière personnelle et visionnaire. 

Expertiser et vendre une oeuvre de Chaïm SOUTINE 

Si vous possédez une oeuvre de Chaïm SOUTINEdemandez une estimation gratuite via notre formulaire en ligne.

Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre oeuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre oeuvre au meilleur prix.