Charles-Alphonse DU FRESNOY

Peintre et théoricien de l’art français - XVIIe siècle, 1611-1668

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Cote, prix et estimation de l’artiste Charles-Alphonse DU FRESNOY

Peinture: 5 000 – 500 000€

Si vous souhaitez faire estimer un tableau signé de la main du Fresnoy, nos experts sont à votre disposition pour une expertise gratuite.

D’une vocation à l’autre 

Peintre et théoricien de l’art, Charles-Alphonse Du Fresnoy est né en 1611 à Paris. Fils d’un apothicaire, le jeune garçon reçoit une éducation au grec et au latin. Il se destine au préalable à une carrière de médecin, mais est rattrapé par sa passion pour les Beaux-arts.

Après une formation initiale auprès du peintre François Perrier, puis au sein de l’atelier de l’artiste Simon Vouet, il part pour Rome sans le sou, et y étudie les ruines et les architectures, sujets autour desquels il livre ses premiers dessins. 

Il partage une amitié féconde, établie sur le long terme avec le peintre et graveur français Paul Mignard. C’est en sa compagnie qu’il effectue un séjour de dix-huit mois en Italie, à Venise.

Après ce voyage, et grâce à l’intervention de Mignard, Du Fresnoy a l’occasion de travailler à la peinture de retables au château du Raincy, également autour de la notion de paysages. Ce temps lui permet de se défaire d’une certaine précarité.

De la pratique picturale aux écrits sur la peinture

Ses compositions peintes s’inscrivent dans la lignée de Mignard mais également du peintre italien issu du mouvement baroque Domenico Zampieri, dit le Dominiquin. 

Très empreint par ailleurs des déploiements artistiques de Nicolas Poussin, dont il exploite les inventions pour inaugurer ses propres compositions, le peintre livre toutefois des œuvres picturales raffinées, exploitant les thématiques de l’allégorie, de la mythologie et du champ religieux. 

Mais Du Fresnoy s’illustre véritablement par l’écrit, au travers de son De arte graphica ou l’art de la peinture qui est un poème latin qu’il compose lors de son voyage à Venise. Il y livre des observations sur la peinture, dans un style critique, à l’attention des étudiants en art. Son ami Mignard en publie le premier exemplaire, puis suivent des traductions dont la première en français est délivrée par le théoricien de l’art Roger de Piles en 1668, année du décès de Du Fresnoy. Ce traité tient une place fondamentale dans le discours critique de l’art au XVIIe siècle. 

La postérité picturale modeste de Du Fresnoy

Du Fresnoy laisse un faible nombre de peintures, deux d’entre elles conservées à Potsdam sont de belle facture, et s’inscrivent dans la lignée d’un classicisme déployé par le peintre italien l’Albane. 

Son œuvre graphique est quant à elle plus fructueuse, néanmoins ses dessins bien qu’ils empruntent au trait des Carrache et à la couleur de Titien, et qu’ils détiennent l’élégance de Poussin, ne lui assurent guère de fulgurance à la postérité. Certaines familiarités stylistiques auront tout de même prêté à confusion lors des attributions à Poussin ces dernières années.

Une Sainte Marguerite au Musée d’Evreux, ou encore une Allégorie de la peinture conservée au musée des Beaux-arts de Dijon, portent la trace de son affection artistique.

Les artistes qui pourraient vous intéresser

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Mr Expert en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.