Constantin BRANCUSI

Sculpteur d’origine roumaine, 1876-1957

Vous avez des questions ?

Vous avez en votre possession une oeuvre de Constantin BRANCUSI et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre oeuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Constantin BRANCUSI

Prix d’une sculpture : 3 000 –  28 000 000

Prix d’une photographie : 1 000 – 70 000 €

Le plus français des artistes roumains : 

Constantin Brancusi est un sculpteur d’origine roumaine naturalisé français. Il est élevé dans un petit village doté d’une grande tradition de sculpture sur bois, ce qui influence notablement son art : on retrouve dans ses œuvres certains des motifs ancestraux typiques de cette région. Malgré ses origines modestes, il suit des cours d’art à l’École d’Art et Métiers de Craiova puis à l’Université Nationale d’Art de Bucarest, dont il sort diplômé en 1901. Voulant compléter sa formation il part de Roumanie, à pieds, en 1903 pour Paris. Il fait d’abord étape à Vienne, où il reste un moment, travaillant dans l’atelier d’un décorateur de meubles. Il y découvre la sculpture égyptienne dans les musées de la ville, qui le marqua durablement ; il ne trouvera d’ailleurs jamais l’inspiration dans les sculptures occidentales, à part celles de Gauguin. Puis, à son arrivée à Paris, il fréquente l’École Nationale des Beaux-Arts et travaille également un temps dans l’atelier de Rodin. Durant sa vie, il travailla en Roumanie, aux États-Unis et en Inde, mais resta très attaché à la France. Il lègue d’ailleurs en 1956, un an avant sa mort, son atelier et tout ce qu’il contient à l’État français. 

Œuvres principales : 

Brancusi découvre les thèmes importants de son œuvre entre 1909 et 1925, qu’il reprendra inlassablement tout au long de sa carrière. Ses sculptures et photographies sont donc assez connues du grand public. 

  • Le baiser, une de ses œuvres les plus célèbres, est visible au cimetière du Montparnasse, sur la tombe d’une jeune fille russe suicidée par amour. Avec cette œuvre, Brancusi se détache notablement de l’influence de Rodin et rencontre un de ses premiers grands succès parisiens. Un exemplaire en plâtre a été adjugé 7 500 000 euros chez Christie’s New York en 2014. 
  • La muse endormie, dès 1910, crée un lien fort avec la spiritualité, teinté d’une grande sensibilité : l’artiste s’efface pour laisser la place à la matière pure. Les enchères s’envolent également pour cette œuvre, qui est vendue huit millions de dollars toujours chez Christie’s en 2015.
  • La série Oiseau dans l’espace, une des plus importantes, débutée en 1919, qui prendra 20 ans de sa vie, il déclara d’ailleurs « toute ma vie, je n’ai cherché que l’essence du vol »
  • Colonne sans fin, 1918-1938, comme pour la série des oiseaux dans l’espace, il s’agit ici de retranscrire un élan vers le ciel, très lié aussi à des considérations métaphysiques. C’est aussi une manière nouvelle d’aborder son art, de manière monumentale et hors de l’atelier. Cette œuvre influencera très notablement des artistes minimalistes, notamment Carl Andre. 

Une nouvelle définition de l’art

Brancusi est un des artistes d’avant-garde les plus connu en Europe, il pousse l’abstraction en sculpture jusqu’à un point inégalé et a considérablement influencé la sculpture surréaliste et le mouvement minimaliste des années 60. Ses sculptures sont caractérisées par une grande épure et un poli extrême. Il porte également une grande attention à la lumière et à l’espace : il intervertit les socles de ses sculptures pour étudier les effets de la lumière sur matière et faire jaillir un nouvel aspect à chaque fois. Son atelier, encore visitable aujourd’hui, est une œuvre d’art totale, chaque pièce y a un rôle spécifique et déplacer une œuvre serait comme la dénaturer : c’est pourquoi ses photographies sont souvent considérées comme le testament spirituel de l’artiste et sont essentielles pour comprendre son art. 

En 1927, le célèbre procès Brancusi contre les États-Unis aboutit à une nouvelle définition de l’art. Les États-Unis interceptent un objet à la douane, métallique, fuselé et poli comme un miroir et ne savent définir s’il s’agit d’une œuvre d’art ou d’une simple pièce manufacturée. Il s’agit en réalité d’une œuvre de Brancusi. La question est essentielle puisque les États-Unis exonèrent de taxes les importations d’œuvres d’art. Un procès éclate alors durant lequel on s’interroge sur ce qui définit une œuvre d’art : en cause notamment, le manque de ressemblance de la sculpture et ce qu’elle se doit représenter d’après son titre, un oiseau en vol. Brancusi fait alors l’apologie d’un nouveau courant artistique qui s’éloigne de l’imitation de la nature, pour s’attacher à la représentation des idées. Il obtient gain de cause. 

Grâce à Brancusi donc est créé une nouvelle définition juridique de l’œuvre d’art, plus large, qui aura une grande influence pour les artistes d’avant-garde. 

Expertiser et vendre une oeuvre de Constantin BRANCUSI

Si vous possédez une oeuvre de Constantin BRANCUSIdemandez une estimation gratuite via notre formulaire en ligne.

Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre oeuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre oeuvre au meilleur prix.