FAUTRIER

Peintre figuratif, graveur et sculpteur français, 1898-1964

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une oeuvre de Jean FAUTRIER et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre oeuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Jean FAUTRIER

Jean Fautrier, né en 1868 à Paris et mort en 1964 à Châtenay -Malabry, est peintre, graveur et sculpteur français. Il est l’un des plus grands représentant de l’art informel en France, et notamment de l’abstraction lyrique, laissant place à une grande spontanéité tant dans la gestuelle que dans les formes et couleurs sur la toile. Jean Fautrier est fortement valorisé sur le marché de l’art, ses peintures s’échangeant à plusieurs millions d’euros. Il produit également beaucoup de lithographies et aquatique échangé à partir de 200 € et jusqu’à 44 000 €. 

 

Estimation minimale – maximale

Estampe 200 – 3 000 €
Dessin 1 000 – 20 000 €
Peinture 2 000 – 500 000 €
Sculpture 800 –  000 €

 

Estampes

Jean Fautrier réalise un nombre important d’estampes et principalement des lithographies en couleur et des aquatintes. Il travaille l’eau-forte également pour réaliser des séries et met en place un système de reproduction qu’il nomme « originaux multiples ». Les créations de ces techniques multiples sont vendues entre 200 et 3 000 € en moyenne. La lithographie de couleur L’Enfer, réalisée en 1930 enregistre le plus haut prix de vente, 44 000 € en 2014 chez Christie’s. 

Dessins

L’artiste abstrait réalise en fin de carrière une série de dessins à la gouache, reconnaissables par la prédominance des couleurs bleues et roses, par le mouvement du pinceau au centre de la toile créant un léger contraste avec le fond.

Dessin Jean Fautrier

Dessin signé Jean Fautrier – Estimé 4 000 €

Il s’agit d’une série dont la plus haute vente est réalisée en 1989 chez Christie’s pour 45 628 €.

Peintures

Jean Fautrier a composé beaucoup de peinture en développant une technique qui lui sera célèbre : la haute pâte. Il s’agit d’un procédé où l’artiste travaille la peinture par couche, par épaisseur en utilisant du blanc d’espace, de l’huile, de la colle et des feuilles de papier. Avec cette technique, il crée deux longues séries, Otages et Têtes de partisans. Otages est la série la plus valorisée sur le marché de l’art, notamment avec Pièges, peint en 1946, adjugée en 2021 chez Christie’s pour 4,35 millions d’euros.

Peinture Jean Fautrier

Peinture de Jean Fautrier – Herbes hautes – Estimée 80 000 € – 120 000 €

À partir des années 1950, il crée en s’inspirant des éléments de la nature et surtout des arbres. Son œuvre devient plus abstraite, est moins valorisée que ses deux précédentes séries, mais lui vaut malgré de forts prix de vente. Juxtaposition enregistre le record de cette série, adjugée 792 735 € en 1990 chez Loudmer. Ses peintures sont plus globalement vendues entre 2 000 € et 550 000 €.

Sculptures

Favorisant la représentation humaine, les sculptures de l’artiste mettent en avant des portraits mais aussi des nus, notamment féminins. Estimés entre 800 et 180 000 €, le record de vente pour une sculpture de l’artiste est détenu par la sculpture Femme debout, vendue pour 250 000 € en 2020 par Christie’s.

 

Qui est Jean Fautrier ? 

Des débuts difficiles

Peintre figuratif, graveur et sculpteur français, Fautrier est un des plus importants représentants du courant de l’art informel avec Jean Dubuffet ou encore Georges Mathieu, plus particulièrement de l’abstraction lyrique européenne. Ce mouvement se caractérisant par des techniques sinogestuelles, une forme de tachisme ainsi que par un certain matiérisme. Explorant plusieurs procédés de traitement de la surface de la toile, Fautrier est aussi un précurseur de la technique de la haute pâte.

Il suivit sa formation artistique à la Royal Academy avant de s’installer à Paris après l’armistice en 1918 pour y réaliser des peintures d’un style proche de la Nouvelle Objectivité allemande. La crise de 1929 ne l’ayant pas épargné, il deviendra moniteur de ski ainsi que tenancier d’une boîte de nuit à Val d’Isère, mais continuera de peindre des portraits et natures mortes : lacs de montagne, glaciers et de multiples paysages. De retour à Paris en 1940, il développe une nouvelle forme de peinture dans laquelle la matière prend une place de plus en plus importante.

Précurseur du matiérisme

Figure majeure d’un renouveau de la peinture après le cubisme autour de l’art informel et de l’abstraction lyrique, Fautrier voue une véritable passion pour la matérialité de la pâte picturale et un goût pour l’expérimentation de matériaux étranger à la tradition de la peinture. Il utilisera une peinture à la colle mêlant masses de pigments et encres transparentes ou opaques.

L’artiste développe une esthétique libre et abstraite pour traduire ses sentiments et impressions. Face à l’Occupation et ayant été témoin d’exécution d’otages par la Gestapo en 1943, il réalisera de petites toiles anonymes intitulées Partisans ou encore Otages : suite de tableaux où les corps et visages informes sont recouverts d’une étrange pâte blanche. Ces derniers, gênants dans le contexte immédiat d’après-guerre, seront exposés lors de son exposition monographique à la Galerie Drouin.

Son œuvre gravée

Fautrier fut très connu et visible de son vivant en raison d’une invention majeure qu’il mit au point avec son épouse : un procédé de reproduction dit « originaux multiples » mêlant peinture et reproduction chalcographique. Il réalisa notamment de nombreuses gravures pour l’illustration d’ouvrages à l’instar de Madame Edwarda de Georges Bataille ou encore Lespuge de Robert Ganzo. Par ailleurs, Jean Paulhan publiera les gravures originales de l’artiste dans Fautrier l’enragé

Parmi ses œuvres principales peuvent être citées : La Promenade du dimanche au Tyrol (1921) ; sculpture Masque de jeune fille (1928) ; Têtes d’otages (1945).

Prix record aux enchères :

  • Maison Loudmer, 1990 ; Otage (1945) : 16,2 millions de Francs ; 
  • Sotheby’s Londres, 2001 ; Corps d’otage (1943) : 2,9 millions

Reconnaître la signature de Jean FAUTRIER

Jean FAUTRIER fait partie de ces nombreux artistes qui ne signaient pas la totalité de leurs œuvres. Cependant, un exemple de sa signature vous est présenté ci-dessous afin de vous faire une première idée. Quelques variantes existent : n’hésitez pas à contacter un de nos experts pour authentifier une signature de manière formelle.

signature Jean FAUTRIER

Expertiser et vendre une oeuvre de Jean FAUTRIER

Si vous possédez une oeuvre de Jean FAUTRIER, ou tout autre objet demandez une estimation gratuite via notre formulaire en ligne.

Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre oeuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre oeuvre au meilleur prix.