Julio LE PARC

Artiste plasticien, 1928

Vous avez des questions ?

Vous avez en votre possession une œuvre de Julio LE PARC et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre oeuvre, communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Julio LE PARC

Prix d’une peinture : 300 – 70 000 €

Prix d’une estampe : 100 – 10 000 €

Estimation d’une sculpture : 100 – 300 000 €

Un artiste engagé et fondateur du Groupe de Recherche d’Art Visuel. 

Julio Le Parc est un artiste plasticien né en Argentine en 1928. Il se forme dans un premier temps à l’École des Beaux-Arts de Buenos Aires et est très proche des mouvements d’avant-garde en Argentine. Grâce à une bourse, il part ensuite travailler à Paris. Dès 1960, il y fonde le Groupe de Recherche d’Art Visuel (GRAV) avec onze autres artistes tels que, pour n’en citer que quelques-uns, François Morellet, Horacio Garcia Rossi et Véra Molnàr, très fortement influencée par Vasarely et pionnière du computer Art. Ensemble, ils vont durant huit ans s’attacher à donner une dimension plus interactive à l’art, plaçant la participation directe du public au centre de leurs préoccupations ; celle-ci se fait de manière ludique à travers, par exemple, la série des labyrinthes interactifs qui sont des installations à mi-chemin entre art optique et art cinétique, utilisant des lumières artificielles et des mouvements mécaniques.

La dissolution du groupe fut due à l’impossibilité de maintenir un but commun alors que chacun des artistes s’épanouissait dans leur voie artistique propre. Le Parc connaît à cette époque le début de sa reconnaissance personnelle, en 1966 a lieu sa première exposition en solo à New York ; la même année, il reçoit également le grand prix de peinture à la Biennale de Venise.

Le Parc est également un artiste engagé : en 1968, il est expulsé de France durant quelques mois à cause de sa participation à l’atelier populaire et ses protestations contre les institutions en place ; de plus, il n’oubliera jamais ses origines et toute sa vie durant, il lutta contre les dictatures en Amérique latine.

Un art d’immersion. 

L’arrivée à Paris de Julio Le Parc a donc une influence décisive sur sa carrière et son développement artistique. En effet, outre ses amis du GRAV, il y rencontre également Victor Vasarely, père de l’art optique, Georges Vantongerloo membre du mouvement De Stijl et Denise Renée, célèbre galeriste spécialiste de l’art optique et de l’art cinétique, qui aidera considérablement Julio dans la présentation et la diffusion de son art.

Toutes ces influences nourriront les travaux de Julio, peintures, sculptures, lithographies, marquées par la recherche de mouvement, les variations sur les effets de la lumière avec toujours, en fil rouge de ses démarches artistiques, le rapport au spectateur et la palette des réactions qu’il cherche à provoquer à travers ses œuvres. 

Cet engagement physique du spectateur aura une influence majeure depuis les années 70 jusqu’à aujourd’hui, sur plusieurs générations d’artistes qui placent au centre de leur démarche artistique les expériences sensorielles alliant mouvements, effets lumière et dynamisme. 

Une reconnaissance internationale. 

De nombreuses rétrospectives en France et à l’international ont contribué à faire connaître Julio Le Parc au grand public. Le Grand Palais présenta notamment en 2013 la première monographie d’envergure de l’artiste en France. En effet, dès la fin des années 70, Le Parc produisit de manière moins régulière et passa quelque peu inaperçu dans le paysage artistique français et international, jusqu’en 2004, où il créa la sensation avec une série de sculptures présentées à Brescia, en Italie. 

Julio Le Parc connaît depuis un succès non négligeable en Italie, auprès des institutions et des collectionneurs privés. C’est pourquoi de nombreuses maisons de ventes et galeries italiennes proposent à l’achat, de manière régulière, des œuvres de l’artiste, telle Modulation 1065, 2002, vendue plus de 9000 euros à Vercelli, Italie, le 18 janvier 2020 ou encore la toile Modulation 357, thème 77 a variation, adjugé 24 000 euros chez Studio Martini à Brescia le 18 décembre 2019. 

En France, les œuvres de Julio se vendent également très bien, notamment ses sculptures qui s’arrachent à bon prix, telle que Relief 16, 1970, vendu plus de 12 000 euros chez Sotheby’s le 26 février 2020. 

Expertiser et vendre une oeuvre de Julio LE PARC

Si vous possédez une peinture de Julio LE PARC ou tout autre objet, demandez une estimation gratuite via notre formulaire en ligne.

Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre oeuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.