Frederick Henry Evans

photographes anglais du XIX-XXème siècle, 1853-1943

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Cote, prix et estimation de l’artiste Frederick Henry Evans

Photographie : 500-136.700€

Si vous souhaitez faire estimer une œuvre de Frederick Henry Evans, nos experts s’en chargent.

La formation de Frederick Henry Evans

Frederick H. Evans, en entier Frederick Henry Evans, (né le 26 juin 1853, Londres, Angleterre – mort le 24 juin 1943, Londres), photographe anglais dont les études des cathédrales en Angleterre et en France sont considérées parmi les meilleures photographies architecturales du monde. On sait peu de choses sur les débuts d’Evans. Il a d’abord attiré l’attention en tant que libraire londonien qui a accompagné ses transactions d’une conversation instructive et stimulante et qui s’est fait le champion du travail de deux de ses clients fidèles, le dramaturge George Bernard Shaw et l’artiste Aubrey Beardsley.

L’importance des jeux de lumière 

Après avoir acheté un appareil-photo quart de plaque, adapté au travail de paysage, et s’éduquer à l’histoire de l’art, Evans s’est retiré de la vente de livres en 1898 pour se consacrer entièrement à la photographie des cathédrales de l’Angleterre et la France. Artisan fastidieux, il passait souvent des semaines à étudier la lumière dans une cathédrale à différents moments de la journée, attendant d’obtenir l’effet précis qu’il cherchait. Pour Evans, la lumière représentait l’illumination spirituelle. Son style, qui mettait l’accent sur les immenses espaces d’une cathédrale et la variété infinie de lumière et de textures, a culminé avec des œuvres telles que A Sea of Steps, Wells Cathedral (1903). Homme d’opinion sur de nombreux sujets, Evans était constamment impliqué dans la controverse. Ses croyances les plus passionnées concernaient ce qu’il considérait être la bonne pratique de la photographie. Puriste, il croyait qu’il ne fallait jamais altérer une image photographique après avoir exposé le film. Son but était de créer une image esthétiquement et spirituellement satisfaisante, en utilisant les jeux d’ombre et de lumière sur les structures architecturales statiques. Il n’a pas essayé de capturer les moments spontanés. Ses conseils ont été largement ignorés par les jeunes photographes, et il a passé les dernières années de sa vie pratiquement oubliée, publiant en privé des éditions limitées de platinotypes de sa collection de dessins d’artistes tels que Beardsley.

Ces œuvres principales

La curiosité d’Evans pour la nature, les églises et la lumière est tout à fait conforme à la préoccupation victorienne visant à établir des liens entre monde physique, harmonie spirituelle et expression artistique. Il est vraiment un produit de son époque, et ses images reflètent entièrement la société dans laquelle il vit.  La photographie Winchelsea, marches conduisant au puits de la reine Elizabeth prise en 1905 par Frederick H. Evans des marches conduisant au puits de la reine Elizabeth à Winchelsea, en Angleterre, est de l’Evans par excellence. Les pierres, baignant à l’avant-plan dans une douce lumière, encadrées par des arbres et envahies par la végétation, s’enfoncent dans la forêt sombre, mystérieuse. La gamme tonale est étonnante, allant d’une sépia claire à un noir profond, en passant par une quantité impressionnante de gris. Et l’image réunit les deux sujets les plus chers au cœur du photographe : des détails d’architecture et des arbres. Parmi ces autres œuvres, on peut nommer La cathédrale de Wells. Une mer de marches (1903), Cathédrale d’Ely (1901), La cathédrale de Durham, vue du fleuve Wear (v. 1896–1910).

Les artistes qui pourraient vous intéresser

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Mr Expert en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.