Jacob Salomonsz Van Ruysdeal

peintre hollandais du XVIIème siècle , 1629-1681

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Cote, prix et estimation de l’artiste Jacob Salomonsz Van Ruysdael

Peinture : 2.200-46.000€

Dessin : 23.400-152.400€

Estampe : 300-4.600€

Si vous souhaitez faire estimer une œuvre de Jacob Salomonsz Van Ruysdeal, nos experts s’en chargent.

L’importance de la tradition familiale 

Le paysagiste de Haarlem Salomon van Ruysdael, né à Naarden aux Pays — Bas, était le cadet de quatre fils et d’une fille de Jacob Jansz de Gooyer, menuisier mennonite de Blaricum. Après la mort de son père en 1616, Salomon et deux de ses frères, Isaack et Jacob, changen leur nom de famille en Van Ruysdael. Salomon, avec son frère Isaack et son neveu Jacob van Ruisdael s’installent comme artistes à Haarlem, tandis que Pieter, le seul frère à garder le nom de De Gooyer, s’établit à Alkmaar comme marchand de tissus. Bien que la formation de Salomon van Ruysdael soit inconnue, ses premières peintures ont été influencées par Esaias van de Velde I qui travailla à Haarlem de 1609 à 1618. En 1623, Ruysdael entre à la Guilde de Saint-Luc et, peu de temps après, réalise ses premiers tableaux datés de 1626. Déjà en 1628, le chroniqueur de Haarlem Samuel Ampzing le félicite pour ses talents de paysagiste, Hendrick Pietersz de Hont devient son élève en 1637 et Cornelis Decker est cité en 1646 comme élève. Il reste actif dans la guilde tout au long de sa carrière. Plus tard, il s’implique dans les affaires civiques en tant que maître de district dans la Kleine Houtstraat de 1659 à 1666. 

Un artiste pluridisciplinaire aux influences hétéroclites 

En plus d’être peintre, Ruysdael a également participé à plusieurs autres activités au cours de sa carrière. Il s’occupait de teinture bleue pour les blanchisseries de Haarlem et fut membre de la Guilde des Marchands de Tissus de 1658 à 1670. Un document datant de 1657 le mentionne également comme participant d’une tannerie à Gorinchem. De plus, en tant que chronique Houbraken, Ruysdael a même inventé un procédé de création d’imitation marbre. Ces activités variées, en plus de sa carrière d’artiste, lui ont apporté une richesse considérable ; il a été propriétaire de plusieurs maisons à Haarlem au cours de sa vie. Comme son père, Ruysdael était mennonite et, en 1669, il fut inscrit sur la liste des membres de l’Église mennonite unie de Haarlem lorsqu’il vivait dans la Kleine Houtrstraat. Sa foi lui interdisait de porter les armes et, en conséquence, il devait payer une cotisation annuelle pour être dispensé de son devoir de garde civile. 

Un pionnier des paysages flamands : un genre majeur du XVIIème 

Bien que Ruysdael ait vécu et travaillé à Haarlem tout au long de sa vie, ses peintures, qui représentent des vues de différentes villes, dont Alkmaar, Arnhem, Dordrecht, Leiden, Nijmegen, Rhenen, et Utrecht, suggèrent qu’il a fait plusieurs voyages aux Pays-Bas. Avec Pieter Molijn et Jan van Goyen, Ruysdael est devenu l’un des principaux paysagistes de sa génération, inaugurant les remarquables paysages « tonaux » qui sont la marque du premier réalisme néerlandais. Il a souvent dépeint des vues sur la rivière, dans lesquelles la lumière et l’atmosphère imprègnent la scène. Ses peintures des années 1640 ont contribué à jeter les bases de la période « classique » de la peinture de paysage hollandaise qui a suivi, dirigée par une génération d’artistes dont son neveu Jacob van Ruisdael, Meindert Hobbema, et Aelbert Cuyp. En plus de ses vues sur la rivière et ses paysages, Ruysdael a aussi peint des paysages marins et des natures mortes. Il mourut le 3 novembre 1670 et fut enterré dans l’église Saint Bavo de Haarlem.  

Les artistes qui pourraient vous intéresser

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Mr Expert en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.