Juan Munoz

sculpture et peintre espagnol du XXème siècle, 1953-2001

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Cote, prix et estimation de l’artiste Juan Munoz

Sculpture : 3.000-2.500.000 €

Peinture : 17.000-55.900 €

Estampe : 420-6.000 €

Dessin : 4.500-40.300 €

Si vous souhaitez faire estimer une œuvre de Juan Munoz, nos experts s’en chargent.

Munoz, le « conteur d’histoire »

Munoz Juan naît en 1953 à Madrid. Il est surnommé le « conteur d’histoire » pour la sculpture ibérique et puise son inspiration dans le travail de ses contemporains, en cherchant du côté de Velázquez ou Zurbaran. D’après l’artiste, la sculpture se trouve dans les lieux que nous arpentons au quotidien, un sol au pavement géométrique, un escalier en colimaçon… Mais il savait également dessiner et représenter le vide, comme dans ses Raincoat drawings, dessins affichés contre un mur et qui creusent ce dernier en y représentant un nouvel espace. Son travail pourrait être comparé à la peinture des surréalistes.

Une théorie de l’absurde

Dans conversation Piece réalisée en 1991, on peut voire un groupe sculpté dont seul le haut du corps dépasse, comme d’une sorte de sac de sable. Leurs yeux sont clos et leur base arrondie démesurée ne leur permet pas de se mouvoir. Seul un mouvement de bascule leur semble permis, les ramenant fatalement à leur position de départ. Munoz déclarait à ce sujet que « la meilleure des sculptures est un Cheval de Troie. Son centre est dans la partie qui n’est pas visible ».

Dans ses œuvres, il fait évoluer toute sorte créatures humanoïdes. Cet univers quasi onirique n’est pas sans rappeler le 18e siècle italien tel que l’évoque Giulio Paolini ainsi que certaines sculptures d’Antonio Lopez-Garcia. Pour lui, la marionnette, l’automate, ou le pantin incarne le degré zéro de l’Homme, au même titre que le « white cube » était le degré zéro de l’expérience de l’espace. À partir de cela, l’artiste pense le décalage entre l’objet représenté et la fonction qui lui est habituellement attribuée afin de remettre en question cette dernière : un balcon sans regardeur, un tambour sans joueur de tambour… Il fait ainsi naître un trouble : « j’essaie toujours de faire un art réaliste, peut-être rempli de reflets fantastiques. »

L’invisible ou cœur de l’œuvre

Toujours en comparaison avec le courant minimaliste très en vogue à cette époque qui misait beaucoup sur ce que l’on voit, Munoz avait à l’opposé un attrait particulier pour l’invisible ce qu’il ordonne son travail : « nous nous servons de quelque chose d’invisible pour ordonner ce qu’il n’est pas possible de voir », toujours plus près de considération métaphysique.

Cet élément invisible peut être un son, une voix… Souvent un bruit. L’œuvre à constamment comment centre autre chose que ce qui est représenté et rend la communication avec cette dernière impossible. Ces œuvres sont des statues, non des sculptures.

Les artistes qui pourraient vous intéresser

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Mr Expert en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.