Anna QUINQUAUD

Sculptrice française, 1890-1984

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une œuvre de Anne Quinquaud et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre œuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Anna Quinquaud

 

Estimation minimale – maximale

Sculpture 300 – 60 000 €

 

Si vous souhaitez faire estimer un objet signé ou attribué à Anna Quinquaud, nos experts sont à votre disposition pour une expertise gratuite.

Sculpture Anna Quinquaud

Sculpture Anna Quinquaud – Femme Pita au panier – Estimée 18 000 € – 25 000 €

La sculptrice voyageuse

Anna Quinquaud est une sculptrice française née le 5 mars 1890 à Paris. Sa naissance a lieu sous de bons augures pour une artiste, car elle est la fille de Charles-Eugène Quinquaud et de Thérèse Caillaux. Son père est un docteur, mais surtout académicien et sa mère est une sculptrice, ancienne élève d’Auguste Rodin. Sa famille restera fortement attachée à son village natal creusois de Lafat après la mort de son père et c’est là que sa mère l’initiera à la sculpture.

En 1918 elle entre à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris. Elle y sera d’abord l’élève de Laurent Marqueste puis de Victor Ségoffin. En 1919 l’artiste réalise sa première commande avec le buste d’Armand Fourot pour l’église d’Évaux-les-Bains. Entre 1912 et 1914, elle sera ensuite l’élève de Blanche Laurent. Elle obtient le grand prix de Rome en sculpture en 1925.

La sculptrice crée alors la surprise, car au lieu d’accepter la résidence romaine à la villa Médicis elle part pour l’Afrique-Orientale française pour un voyage qui durera le reste de sa vie, bien qu’interrompu de retours en métropole. L’artiste continuera ses voyages jusqu’en 1977, année où elle se rend dans le désert du Sinaï et à Pétra. On découvrira tardivement son talent pour la peinture de paysages et le dessin, peu avant sa mort le 25 décembre 1984.

Une femme blanche au cœur de l’Afrique noire

Ses voyages en Afrique ont sans aucun doute une importance majeure pour Anna Quinquaud. Elle en ramène les œuvres d’artistes locaux, mais en tire aussi son inspiration et ses modèles. Elle visite ainsi le Niger, la Guinée, Madagascar, l’Éthiopie, la Mauritanie, le Sénégal, le Soudan et le Mali. Elle vit aussi un temps en compagnie des Peuls sédentarisés des montagnes du Fouta Djallon. Elle exprime sa fascination pour les traditions locales et cherche à retranscrire ses expériences dans ses sculptures. Pour ce faire elle utilisera aussi bien le bois et la terre cuite que le bronze ou le plastique.

Au cours de ses voyages, elle rencontrera aussi des figures importantes comme le Négus Haïlé Sélassié en Éthiopie, dont elle réalise le buste. Pour l’historien de l’art Pierre Kjellberg, Anna Quinquaud est une artiste complexe dont le travail de sculptrice est à la rencontre des courants du cubisme, de l’archaïsme et de l’orientalisme. Il est à noter que bien que son approche reste marquée par les attitudes coloniales de son temps, elle semblera chercher à retransmettre fidèlement ce qu’elle expérimente et comprends des cultures qu’elle traverse. Elle écrira ainsi « N’est-ce pas le rôle de l’artiste d’indiquer au profane ce qu’il ne sait pas voir ? ».

Une importante sculptrice française

Parmi ses œuvres les plus célèbres, on retrouve La femme du Foutah Djallon. Cette sculpture en terre cuite sera visible pour la première fois lors de l’exposition coloniale internationale de 1931. Il faut noter le soin qu’a apporté l’artiste à la coiffure et aux bijoux traditionnels de son modèle. Les bijoux rehaussés d’or et d’argent contrastent superbement avec la peau de terre cuite mate. On voit ici le goût particulier de la sculptrice pour la représentation fidèle des habits et coutumes locales qui tranchent avec l’orientalisme imaginaire et fantastique. On retrouve ce souci dans une autre œuvre majeure qui est La femme Foulah. Soulignons qu’un frère de l’artiste, administrateur colonial, avait livré une étude sur les bijoux des femmes en Afrique.

Le travail de Anna Quinquaud est aujourd’hui très recherché sur le marché de l’art. On peut par exemple citer la vente aux enchères de la maison Turpin à Guéret qui a vu une tête de jeune homme en bronze être adjugée à 30 000 en 2017. La Femme du Foutah Djallon a aussi été cédée aux enchères de Saint-Brieuc pour 29 000 euros en 2015. Enfin on peut noter la vente d’un bas-relief dans un style Art déco en 2015 par la maison Daguerre pour la somme de 13 500 euros. L’artiste sans aucun doute une valeur sûre de la sculpture de notre pays.

Reconnaître la signature de Anna Quinquaud 

Anna Quinquaud fait partie de ces nombreux artistes qui ne signaient pas la totalité de leurs œuvres. Cependant, un exemple de sa signature vous est présenté ci-dessous afin de vous faire une première idée. Quelques variantes existent : n’hésitez pas à contacter un de nos experts pour authentifier une signature de manière formelle.

Expertiser et vendre une œuvre de Anna Quinquaud

Si vous possédez une œuvre de Anna Quinquaud ou tout autre objet, sollicitez nos experts via notre formulaire en ligne pour obtenir une estimation ou une expertise. Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre œuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.