Charles CORDIER

Sculpteur français, 1827-1905

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une œuvre de Charles Cordier et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre œuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Charles Cordier

 

Estimation minimale – maximale

Sculpture 600 – 210 000 €

 

Sculpture Charles Cordier

Sculpture de Charles Cordier – L’Aurore et Le Crépuscule – Estimée 150 000 – 200 000 $

 

Sculpture Charles Cordier

Sculpture de Charles Cordier – La femme Fellah au harem – Estimée 50 000 – 70 000 £

Si vous souhaitez faire estimer un objet signé ou attribué à Charles Cordier, nos experts sont à votre disposition pour une expertise gratuite.

Sculpteur des autres 

Charles Cordier est un sculpteur français du XIXe siècle, né en 1827 et actif dans la seconde moitié du siècle. Après une enfance passée dans le nord de la France, il se rend à Paris où il travaille d’abord pour un atelier d’ornements architecturaux tout en suivant des cours de dessins, puis, après un court passage par l’École des Beaux-Arts, entre dans l’atelier d’un sculpteur. 

La passion indigène 

Cordier s’attache à représenter les populations de l’empire colonial. Il expose dès le Salon de 1848 le portrait de Saïd Enkess, un esclave affranchi, renommé Saïd Abdallah, de la tribu de Mayac, royaume de Darfour. Cette œuvre constitue le tournant majeur de la carrière du sculpteur et connaît une forte résonance politique, puisqu’elle est présentée au public l’année de l’abolition de l’esclavage. Dans un contexte de lutte idéologique entre courant abolitionniste et groupes de pression esclavagistes, la représentation d’un visage noir, valorisé en tant que sujet unique d’une œuvre, est particulièrement signifiante. 

La seconde moitié du XIXe siècle s’intéresse énormément à la classification scientifique des différentes « races » humaines, et a largement tendance à les hiérarchiser en plaçant l’homme blanc au sommet. Cela s’inscrit dans la logique de colonisation caractéristique de l’époque. Pourtant, Cordier ne partage pas cette vision et n’a de cesse de montrer, dans ses représentations des populations indigènes, leurs beautés originales et leur potentiel esthétique. 

Ethnologue ou artiste ? 

Il reste cependant attentif à l’aspect scientifique et ethnologique de son œuvre, identifiant ses modèles à des « types » soigneusement définis. Ses œuvres sont d’ailleurs parfois commandées par le Muséum d’histoire naturelle de la ville de Paris, qui crée une section intitulée « galerie des principaux types humains ».  

Un sculpteur innovant 

Artiste voyageur, Cordier observe les populations étrangères, mais rapporte également de nouvelles matières qui contribuent largement à enrichir son œuvre. Il visite la Grèce et l’Italie et séjourne plusieurs fois en Égypte (1866 et 1868). Il se rend aussi en Algérie, en 1856 d’abord puis à la fin de sa vie : il y meurt en 1905. C’est dans ce dernier pays que le sculpteur explore les carrières d’Oran, connues depuis l’Antiquité pour l’onyx et le marbre précieux qu’elles recèlent.

Cordier, inspiré par ces découvertes minérales, s’essaient à de nouvelles techniques et fait de ses œuvres des sculptures polychromes. Ses bustes de Chinois sont émaillés d’émaux de couleurs grâce à une technique très moderne, et il mêle bien souvent différentes matières telles que le bronze, le marbre, le porphyre, les émaux ou l’onyx. La juive d’Alger de 1862 à la coiffe recherchée ou L’arabe d’El Aghouat au burnou blanc sont représentatifs de cette tendance.

Des œuvres nombreuses, mais toujours demandées 

Sculpteur extrêmement prolifique et demandé de son vivant, Cordier a produit de très nombreuses œuvres, pour la plupart estimées entre 10 000 € et 60 000 €. Les sculptures réalisées à partir de matériaux rares comme l’onyx ou le bronze émaillé font évidemment monter les prix : ainsi, sa Veuve d’Alger a été vendue pour plus de 286 000 € par Sotheby’s en 2017. 

Reconnaître la signature de Charles Cordier

Charles Cordier fait partie de ces nombreux artistes qui ne signaient pas la totalité de leurs œuvres. Cependant, un exemple de sa signature vous est présenté ci-dessous afin de vous faire une première idée. Quelques variantes existent : n’hésitez pas à contacter un de nos experts pour authentifier une signature de manière formelle.

signature charles cordier

Expertiser et vendre une œuvre de Charles Cordier

Si vous possédez une œuvre de Charles Cordier ou tout autre objet, sollicitez nos experts via notre formulaire en ligne pour obtenir une estimation ou une expertise. Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre œuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.