Farid BELKAHIA

Peintre marocain, 1934-2014

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une œuvre de Farid Belkahia et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre œuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Farid Belkahia

Prix d’une peinture signée Farid Belkahia en vente aux enchères : 1 070 – 140 000 €

Estimation moyenne pour un multiple (lithographie, estampe, gravure…) : 200 – 3 700 €

Prix pratiqué pour un dessin ou une aquarelle : 150 – 45 000 €

Cote de l’artiste pour une sculpture :  150 – 120 000 €

Si vous souhaitez faire estimer un objet signé ou attribué à Farid Belkahia, nos experts sont à votre disposition pour une expertise gratuite.

Une vie faite de voyages

Important peintre du Maroc contemporain, Farid Belkahia est né le 15 novembre 1934 à Marrakech. 

C’est en 1950 que le peintre s’initie à la peinture dans l’atelier de Olek Teslar et qu’il produit ses premières œuvres, cependant peu nombreuses (Calligraphie, 1950). Voulant faire de la peinture sa vocation, le peintre quitte l’école avant de passer son baccalauréat et s’adonne à son art tout en enchaînant différents petits emplois alimentaires. 

Il part pour Paris en 1955 où il s’inscrit aux Beaux-Arts. Cependant, rebuté par le classicisme et l’effort d’uniformisation demandé, il quitte Paris pour Prague en 1959. 

Dans les années 60, Prague est un lieu hautement fréquenté par les personnes cultivées et c’est ainsi que l’artiste rencontre Louis Aragon, Elsa Triolet ou encore Pablo Neruda. 

En 1962, Farid Belkahia accepte la direction de l’École des Beaux Arts de Casablanca à la suite de la demande de son ami Mahjoub Benseddik. 

Il assume ses fonctions jusqu’en 1974. À partir de cette année, l’artiste se consacre exclusivement à son art. 

Tout au long de sa vie, il a voyagé de manière frénétique : de nombreux voyages au Moyen-Orient, en Asie, en Amérique Latine et encore au Sahel. Fort de ces expériences, ses voyages sont une source d’inspiration infinie. 

Le pionnier de la modernité artistique marocaine

Dans un premier temps, le travail de Farid Belkahia se traduit par une phase dite « expressionniste ». Celle-ci correspond à son séjour à Prague, où il avait un besoin vital d’exprimer ses doutes et angoisses relatives à la vie et la souffrance humaine (La Torture, 1962). L’œuvre Le cri wac-wac (1962) représente parfaitement l’état d’esprit du peintre à ce moment donné : s’inspirant du Cri de Munch, il dépeint un appel à l’aide qu’il décrira plus tard comme une prise de position contre la pression du gouvernement communiste. 

De retour au Maroc, il se tourne vers un art plus abstrait, expérimentant différentes techniques. 

C’est en 1963 que la carrière du peintre prend un tournant décisif. En effet, il refuse de se soumettre à l’idée issue d’une mentalité coloniale que l’art marocain ne peut être que naïf. 

Alors même si Klee et Rouault comptent parmi ses plus grandes influences, il décide de se détourner totalement de l’art occidental. Son but ici est double : affirmer l’existence et la singularité de l’art marocain et inviter ses confrères à faire de même afin de créer un véritable mouvement. 

Farid Belkahia est un artiste qui ne cesse d’expérimenter : tout au long de sa carrière, il s’est adonné à différentes techniques telles que la peinture (Couple, 1962), le dessin sur papier (Sans titre, 1965), la peinture sur peau ou encore la gravure. 

La Dérive des continents, un refus de conformisme

Grand voyageur, Farid Belkahia a voulu rendre hommage à sa vie faite d’aventures aux quatre coins du monde dans une série d’œuvres de format sphérique intitulée La dérive des continents

La motivation principale de cette série est l’incompréhension de la notion de frontière pour l’artiste. 

Ensuite, le peintre décrit cette série comme un hommage à Sharîf al-Idrîsî, un géographe connu pour sa conception des espaces particulière. Celui-ci prend en compte dans son travail des éléments qui ne sont généralement pas représentés sur les cartes classiques : la nature, les architectures, les mœurs…

Aujourd’hui, Farid Belkahia jouit d’une renommée internationale. De nombreuses expositions lui sont consacrées comme au Centre Pompidou, à Paris. 

Ses œuvres se vendent largement au-dessus des estimations et peuvent être vendues jusqu’à 200 000 livres sterling.

Reconnaître la signature de Farid Belkahia

Farid Belkahia fait partie de ces nombreux artistes qui ne signaient pas la totalité de leurs œuvres. Cependant, un exemple de sa signature vous est présenté ci-dessous afin de vous faire une première idée. Quelques variantes existent : n’hésitez pas à contacter un de nos experts pour authentifier une signature de manière formelle.

signature farid belkahia

Expertiser et vendre une œuvre de Farid Belkahia

Si vous possédez une œuvre de Farid Belkahia ou tout autre objet, sollicitez nos experts via notre formulaire en ligne pour obtenir une estimation ou une expertise. Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre œuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.