MARC

Peintre expressionniste allemand, 1880-1916

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une œuvre de Franz Marc et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre œuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Franz Marc

Prix d’une peinture signée Franz Marc en vente aux enchères : 20 000 – 13 000 000 €

Estimation moyenne pour un multiple (lithographie, estampe, gravure…) : 50 – 40 000 €

Prix pratiqué pour un dessin ou une aquarelle : 1 700 – 3 800 000 €

Si vous souhaitez faire estimer un objet signé ou attribué à Franz Marc, nos experts sont à votre disposition pour une expertise gratuite.

Le refus d’un académisme mortifère (la vie de l’artiste) 

Franz Marc est un artiste allemand du début du 20e siècle, et ses peintures s’inscrivent dans un cadre expressionniste. Il est connu pour avoir été à l’origine d’une fondation d’artiste en 1911, appelée « Le Cavalier Bleu » (Der Blaue Reiter), créée avec deux autres peintres, Vassily Kandinsky et August Macke. 

 Franz Marc est né en 1880 à Munich, en Allemagne. Cette ville, qui était alors avec Paris l’une des capitales principales des Arts, s’était enlisée dans un classicisme et un académisme stagnant. Dans la famille de Franz Marc, son père, qui était peintre et professeur, participait activement à lui enseigner les fondamentaux de la peinture. Franz Marc a continué son apprentissage en rentrant à l’École des Beaux-Arts de Munich, au tournant du 20e siècle. Néanmoins, il a quitté son cursus artistique assez tôt – trois ans après y être entré – jugeant que les méthodes pédagogiques y étaient trop « académiques ». 

 Après avoir quitté les Beaux-Arts, Franz Marc rencontra un autre peintre, le célèbre August Macke. Afin de réveiller un peu Munich de son immobilisme intellectuel, Macke et Marc s’associèrent. Leur but ? Créer ensemble des tableaux qui sortiraient d’un cadre scolaire imposé, afin d’inventer une nouvelle peinture allemande. Ils ont fait plus tard la rencontre du peintre russe Kandinsky, lors d’une ses expositions dans les locaux de la NKVM (die Neue Künstlervereinigung München, ou la « Nouvelle Association des Artistes Munichois »). Le jury de la NKVM refusa d’exposer l’un des tableaux de Kandinsky en 1911, pour surplus « d’avant-gardisme » : ironique puisque Kandinsky avait été le fondateur de cette association en 1909… Il décida donc de quitta la NKVM pour fonder avec Marc et Macke leur propre regroupement d’artistes, le « Cavalier Bleu ». 

 La Première Guerre mondiale mit un terme à cette effusion artistique novatrice en Allemagne, lorsque les artistes furent envoyés au front. En 1914, August Macke perdit la vie lors de la bataille de la Marne. En 1916, ce fut au tour du lieutenant Franz Marc, qui mourut sur le champ de bataille, blessé d’une balle en pleine tête. 

Un bestiaire expressionniste (ses principales influences) 

 Franz Marc appartient à l’expressionnisme allemand. C’est un courant qui se nourrit d’autres : soit qu’ils furent créés en amont de celui-ci, soit qu’ils furent féconds à la même époque. En 1893, une rupture est déjà annoncée par Edward Munch, avec « Le Cri ». En 1888, James Ensor consolide ces changements dans l’art pictural, avec « l’Entrée du Christ à Bruxelles ». Mais l’expressionnisme allemand se trouve aussi dans la même veine que l’impressionnisme, que le fauvisme, que le cubisme, et plus tard enfin, que l’orphisme. Les influences spirituelles qui ont fait naître l’expressionnisme vont même au-delà des courants artistiques, car la pensée à cette époque concerne s’interroge sur ce que la société appelle « le réel ». Comment représenter le réel dans une œuvre d’art ? Grâce à quels procédés ? Les découvertes scientifiques et technologiques du début du 20e siècle bouleversèrent les certitudes. 

 En 1900, Freud publia son « Interprétation du rêve », qui est un traité de psychanalyse, proposant une méthode d’interprétation symbolique du rêve. La représentation traditionnelle que l’on se faisait alors du « réel » fut dissoute. Avec la théorie de l’inconscient et du surmoi, qui suis-je ? Que penser du réel, et de sa représentation ? Le réel ne pouvait plus être défini comme simplement ce que l’on percevait de lui. Nos sens nous trompent sur la réalité perçue, car nos corps sont limités. En 1905, Einstein réforma le monde de la science avec son hypothèse de la relativité restreinte : le temps ne s’écoule pas à la même vitesse selon que l’observateur est immobile ou en mouvement. C’était bien la preuve que la réalité physique n’avait que peu à voir avec les réalités objectives qui nous sont données par la Nature, et que nous nous efforçons de faire figurer, à travers nos sens limités et erronés. Il y a donc eu cette 1re influence scientifique dans le travail de Franz Marc, mais pas seulement. 

August Macke et Vassily Kandinsky l’influencèrent beaucoup. Ces derniers portaient en eux l’horreur de l’académisme scolaire. Ils l’accompagnèrent dans sa recherche de nouvelles façons de représenter les choses. De plus, Franz Marc appréciait beaucoup les artistes français d’avant-garde comme Delacroix, Géricault et plus tard Gauguin, Van Gogh, Cézanne, Matisse. Dans ses peintures il reprit bien souvent le motif du cheval, en honneur de Delacroix et de Géricault. 

 En 1910, Franz Marc conceptualisa ce qu’il nomma « l’animalisation de l’art », concept clé pour comprendre et apprécier les œuvres de l’artiste. Pour lui, les animaux étaient les seuls porteurs d’une humanité véritable. À ses yeux, l’être humain avait perdu ses qualités d’être humain, corrompu par la société. On retrouva alors dans ses peintures un kaléidoscope des figures animalières, représentant la Nature dans ce qu’elle a de plus « pure ». L’influence orphique (terme inventé par Apollinaire pour désigner les peintures de Robert Delaunay) se ressentit dans ses œuvres à la fin de sa vie, lorsqu’il découpa dans ses toiles l’espace pictural en plusieurs petites facettes insérées, carrées, ou géométriques. 

En 1910, Kandinsky sortit son traité, « Du spirituel dans l’art ». Il y déclara : « Un rond en peinture peut avoir une plus grande signification qu’une tête humaine. » Il en va de même dans les peintures de Franz Marc. À l’instar de Kandinsky, il apporta à la couleur une signification centrale. Il créa un système de « couleurs-émotions ». Dans une veine naturaliste, il associa certaines couleurs à des sensations, afin de créer une expérience de sensations via la couleur

 Le bleu pour lui était la couleur de la masculinité et du spirituel ; le jaune était associé à la féminité et au bonheur. Le rouge était le symbole de l’effroi, de la brutalité et de la violence. Les formes géométriques appliquées sur la toile faisaient écho à la vision de Kandinsky. Une peinture organisée à la façon d’un orchestre, semblable à un morceau de musique. 

Le décor imprécis dans les peintures de Franz Marc reflétait un désordre intérieur, le symptôme d’une société malade en proie à une crise d’identité sévère. Ceci se traduit dans sa touche brute et simple des aplats de couleurs. On retrouve l’idée d’une violence, d’une révolution aussi, et de quelque chose de « cru ». Franz Marc laissa beaucoup de place dans ses œuvres à la plastique pure, aux couleurs brutes et symboliques, ainsi qu’à l’épaisseur de son trait, qui traduisait la rudesse des scènes représentées. 

Des couleurs et formes brutes (ses œuvres principales) :

Franz Marc est surtout connu pour ses chevaux et son utilisation de la couleur bleue, qui renvoie directement à son collectif d’artistes, « Le Cavalier Bleu ». 

franz marc le cavalier bleu

Ce tableau se nomme « Petit Cheval Bleu ». Il a été peint en 1912, et est exposé actuellement au Musée de la Sarre, en Allemagne. C’est une toile moyenne, mesurant 57,5 cm de longueur sur 73 cm de largeur. On distingue sur la toile un petit cheval bleu, qui tourne le dos au spectateur. Son regard est tourné vers ce qui semble être une vallée très colorée, faite de montagnes jaunes, oranges, rouges et vertes. À ses pieds se déverse un ruisseau, de couleur bleu lui aussi. On retrouve cette idée assez romantique du 19e siècle de l’artiste seul qui contemple l’immensité de la Nature droit devant lui, (et qui tourne le dos au spectateur). Ici, c’est la même chose, sauf que l’être humain a été remplacé par un cheval. 

franz marc vache jaune

Un autre de ses tableaux s’appelle la « Vache Jaune ». Il mesure 1m40 de largeur sur 1m89 de longueur. Ce tableau a été peint en 1911. Comme nous l’avons vu précédemment, le jaune symbolise pour Marc l’énergie féminine – ici, cette énergie est déchaînée. La vache est en train de se cabrer. Elle détonne dans le paysage statistique, quoique très coloré. Ici Franz Marc nous délivre un message : celui que la puissance de la nature animale ne saura jamais tomber sous le joug de l’Homme. Ce tableau est exposé au Musée Solomon R. Guggenheim, à New York. 

 

franz marc destins d animauxIci, dans « Destins d’Animaux », peint en 1913, on retrouve la forte influence d’August Macke et de Paul Klee (qui étaient amis), mais aussi de ce qui deviendra plus tard dans l’histoire de l’art la peinture d’abstraction. On est encore loin de l’abstraction, néanmoins le découpage des figures dans l’espace est très géométrique, très symbolique. On se trouve à la limite de l’orphisme avec les séparations oniriques des figures dans l’espace. « Destins d’Animaux » est un terme ambivalent qui peut faire écho (sur un ton cynique) à la prochaine Guerre mondiale à venir, fabuleuse boucherie humaine, qui relégua l’homme a ses instincts les plus primitifs et ancestraux. Le tableau mesure 1m96 de largeur sur 2m66 de longueur. Il est exposé au Musée d’Art de Bâle, en Suisse. 

 

Un artiste très recherché sur le marché de l’art (son positionnement) :

 Franz Marc a une place très favorable sur le marché de l’art. Son œuvre appelée les « Trois chevaux » a été vendue en 2018 au prix fort : estimée à 3,3/4,6 millions de dollars, l’œuvre a finalement été achetée pour 20,26 millions de dollars (frais inclus), au cours d’une vente aux enchères d’art impressionniste et d’art moderne, à Londres. Au vu de la grande notoriété du peintre, et de l’époque historique dans lequel il s’inscrit, ses peintures sont très recherchées par les collectionneurs sur le marché, et elles s’acquièrent toutes à des millions de dollars. 

Reconnaître la signature de Franz Marc

Franz Marc fait partie de ces nombreux artistes qui ne signaient pas la totalité de leurs œuvres. Cependant, un exemple de sa signature vous est présenté ci-dessous afin de vous faire une première idée. Quelques variantes existent : n’hésitez pas à contacter un de nos experts pour authentifier une signature de manière formelle.

signature franz marc

Expertiser et vendre une œuvre de Franz Marc

Si vous possédez une œuvre de Franz Marc ou tout autre objet, sollicitez nos experts via notre formulaire en ligne pour obtenir une estimation ou une expertise. Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre œuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.