BUSSIERE

Peintre symboliste français, 1862-1928

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une œuvre de Gaston Bussière et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre œuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Gaston Bussière

Prix d’une peinture signée Gaston Bussière en vente aux enchères : 200 – 30 000 €

Si vous souhaitez faire estimer un objet signé ou attribué à Gaston Bussière, nos experts sont à votre disposition pour une expertise gratuite.

Un artiste mystique

Gaston Bussière, né en 1862 à Cuisery dans la région de Mâcon au sein d’une famille de décorateur, étudie à l’Académie des Beaux-arts de Lyon avant d’entrer dans celle de Paris au sein de l’atelier d’Alexandre Cabanel puis celui de Puvis de Chavannes.

Dès 1881, parallèlement à son apprentissage, il peint des sujets de batailles dans le goût d’Alphonse de Neuville et d’Edouard Detaille. Mais le paroxysme de sa carrière sera en 1884 lorsqu’il remporte le prix Marie Bashkirtseff et expose au Salon dès 1885.

En dehors de sa pratique artistique, il fréquente assidument les grands concerts Colonne et Lamoureux avant de découvrir l’Opéra, qui sera une source constante d’inspiration, dont les œuvres d’Hector Berlioz, William Shakespeare, mais surtout celles de Richard Wagner.

Il réalise par ailleurs de nombreuses illustrations des œuvres de Gustave Flaubert et participe à la revue « Le Monde illustré ». Sa passion pour l’Opéra de Wagner lui permet d’approcher le mouvement de la Rose-Croix et le Sar Peladan. Cette proximité lui offrira la possibilité d’exposer au Salon de la Rose-Croix entre 1893 et 1895.

À 40 ans, déçu des exécutions des graveurs d’après ses dessins, il décide d’apprendre la gravure afin de contrôler cette production. Son apprentissage lui permet de se lier d’amitié avec Abel Mignon, graveur, qui l’invite à Grez-sur-Loing ; expérience qu’il renouvellera tous les étés, la campagne modifiant sa vision de l’art. Son travail sur le paysage, jusqu’alors dicté par les nécessités des sujets épiques qui l’inspiraient, prend alors une place autonome dans sa production.

Enfin, il participe à la Grande Guerre dès 1914, mais sera évacué en octobre de la même année et sera rendu à la vie civile en novembre. Il continuera par la suite l’illustration d’ouvrages dont l’Abeille d’Anatole France avant de trouver la mort en 1928 dans un accident de voiture.

L’inspiration de la mythologie nordique

Suite à sa découverte de l’œuvre de Wagner, il devient « Le peintre des Walkyries » et redonne vie à la légende de Roland, au roman de Tristan et Iseult et aux héroïnes des grandes tragédies. Féru d’opéra, lecteur insatiable, sa peinture met en relation l’Histoire et la fiction, questionne la destinée humaine. De plus, il voyait dans la mythologie nordique une alternative aux sujets inspirés de l’Antiquité gréco-romaine, qui dominaient le répertoire pictural. Au fil des années, son univers va se préciser en intégrant une dimension orientaliste chargée d’érotisme et nourrie des écrits de Flaubert ainsi que des découvertes archéologiques contemporaines.

Gaston Bussière est aussi un exceptionnel coloriste. Lors de ses fréquents séjours à Grez-sur-Loing, il se révèle un observateur attentif de la nature ; sa peinture s’anime alors d’un sentiment romantique, guidée par la lumière et les émotions. Il multipliera des variations autour du thème des paysages à dominante aquatique, inspirés de cette ville, où de jeunes filles ou des adolescentes se déploient. Une sensualité, quasi naïve, émane de ce corpus auquel se mêlent nymphes et ondines.

 

Un fond exhaustif du travail de l’artiste

Les acquisitions de ses œuvres sont régulières et intègrent les cimaises des collections permanentes aux côtés d’artistes majeurs. En effet, dès 1890, Gaston Bussière crée un premier lien entre son œuvre et les musées de Mâcon en faisant don de sa Jeanne d’Arc, présenté l’année précédente au Salon. En 1937, la famille fait le don de Salammbô, peinture emblématique de l’œuvre de Gaston Bussière, et qu’il considérait comme son chef-d’œuvre. Enfin, La famille Bussière décide de vendre la maison en 1971, ainsi que l’ensemble du mobilier. Le conservateur achète pour son musée plusieurs tableaux ainsi que l’atelier de l’artiste. Parallèlement, la bibliothèque dans un souci de bibliophilie de son conservateur Armand Lapalus, constitue un fonds quasi complet des livres illustrés par Gaston Bussière.

Malgré l’importance des donations et acquisitions de la ville de Mâcon, l’œuvre de Bussière est présente en vente aux enchères comme nous le montre le tableau « Les Iris » chez Bonhams pour 27 575 dollars.

 Reconnaître la signature de Gaston Bussière 

Gaston Bussière fait partie de ces nombreux artistes qui ne signaient pas la totalité de leurs œuvres. Cependant, un exemple de sa signature vous est présenté ci-dessous afin de vous faire une première idée. Quelques variantes existent : n’hésitez pas à contacter un de nos experts pour authentifier une signature de manière formelle.

signature Gaston BUSSIERE

Expertiser et vendre une œuvre de Gaston Bussière

Si vous possédez une œuvre de Gaston Bussière ou tout autre objet, sollicitez nos experts via notre formulaire en ligne pour obtenir une estimation ou une expertise. Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre œuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.