Sekoto

Artiste sud-africain, 1913-1993

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une œuvre de Gérard Sekoto et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre œuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Gérard Sekoto

Prix d’une peinture signée Gérard Sekoto en vente aux enchères : 250 – 300 000 €

Prix pratiqué pour un dessin ou une aquarelle : 300 – 70 000 €

Si vous souhaitez faire estimer un objet signé ou attribué à Gérard Sekoto, nos experts sont à votre disposition pour une expertise gratuite.

Une éducation académique 

Gérard Sekoto, né le 9 décembre 1913 à Botshabelo Ndebele en Afrique du Sud et décédé le 20 mars 1993 à Nogent-sur-Marne, est un peintre et musicien sud-africain. L’artiste est notamment considéré comme le pionnier de l’art urbain noir. L’art urbain est un mouvement artistique qui s’affirme dès la fin du 20e siècle. Il regroupe ainsi plusieurs formes d’art réalisées dans l’espace public et englobe diverses techniques telles que le pochoir ou encore le graffiti.

Étant fils d’un missionnaire, la musique est une partie intégrante de la vie du jeune artiste. Ainsi dès son enfance, Gérard Sekoto joue de l’harmonium à l’Église. Cependant, très rapidement l’artiste sud-africain se tourne vers la peinture. Il participe notamment à un concours d’arts organisé par la Fort Hare University où il obtient le second prix.

Une identité africaine perdue puis retrouvée ? 

C’est réellement à partir de 1938 que Gérard Sekoto se consacre à sa carrière d’artiste. Pour cela, il se rend notamment à Johannesburg. Il y effectue ainsi sa première exposition en 1939.

Sa carrière artistique connait deux principales phases, deux pics de créativité. Le premier survient dans les années 1940 en Afrique du Sud. En effet, en 1940 la Johannesburg Art Gallery achète l’une de ses œuvres, il devient alors le premier artiste noir à entrer dans une collection de musées en Afrique du Sud. Ses œuvres se concentrent alors sur la description de la vie des Noirs dans les townships (quartiers pauvres et sous-équipés réservés aux non-Blancs).

Le second pic de création de l’artiste se manifeste dès 1949 lorsque celui-ci crée une série de portraits. Ceux-ci représentent majoritairement des mères et des enfants, un moyen d’incarner les émotions provoquées par son exil ?

En effet, à partir de 1947, l’artiste sud-africain quitte l’Afrique du Sud pour aller s’installer à Paris, en France. Il y reprend des études d’art qu’il réussit à payer grâce à la musique. Celle-ci devient notamment son principal gagne-pain durant ses premières années à la capitale. On remarque notamment dans ses peintures réalisées après 1947, l’influence des abstractions de l’École de Paris ainsi qu’une vague mélancolique de ses souvenirs de scènes sud-africaines. De manière générale, son identité africaine s’efface peu à peu dans ses œuvres réalisées en France.

Les œuvres de l’artiste sont traversées par son style à part. Sa capacité à s’identifier aux sujets peints le démarque des autres artistes de son époque. Son œuvre artistique est remplie d’authenticité puisqu’elle repose sur son expérience directe des environnements dépeints, les environnements rassemblant les marginaux (les habitants des Townships et les aliénés à Paris).

Il est important de souligner l’impact qu’ont eu le déplacement et l’expatriation sur sa peinture. En effet, ces deux phénomènes ont considérablement modifié les éléments constitutifs de son œuvre artistique. L’artiste qui peignait en Afrique n’est pas le même que celui des années 50 en France. En Afrique du Sud, l’artiste se situait au cœur d’un monde auquel il appartenait, contrairement à Paris où il figure en tant que marginal.

Une reconnaissance tardive 

La réputation de l’artiste ne cesse de croitre tout au long de sa carrière. Il expose ainsi à travers le monde, aussi bien en France qu’en Suède ou encore aux États-Unis. Cependant, jusqu’en 1988, l’héritage de l’artiste reste relativement négligé. Son art est remis sur le devant de la scène à partir de la fin des années 1980 lorsque l’histoire sud-africaine amorce une nouvelle phase de réécriture. Celle-ci remet alors sur le devant de la scène l’artiste, qui est réintroduite dans son pays lors d’une exposition.

Reconnaître la signature de Gérard Sekoto

Gérard Sekoto fait partie de ces nombreux artistes qui ne signaient pas la totalité de leurs œuvres. Cependant, un exemple de sa signature vous est présenté ci-dessous afin de vous faire une première idée. Quelques variantes existent : n’hésitez pas à contacter un de nos experts pour authentifier une signature de manière formelle.

Signature Gerard Sekoto

Expertiser et vendre une œuvre de Gérard Sekoto

Si vous possédez une œuvre de Gérard Sekoto ou tout autre objet, sollicitez nos experts via notre formulaire en ligne pour obtenir une estimation ou une expertise. Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre œuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.