HSIAO

Peintre chinois, 1935

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une œuvre de Hsiao Chin et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre œuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Hsiao Chin

Prix d’une peinture signée Hsiao Chin en vente aux enchères : 250 – 200 000 €

Estimation moyenne pour un multiple (lithographie, estampe, gravure…) : 80 – 7 000 €

Prix pratiqué pour un dessin ou une aquarelle : 150 – 50 000 €

Cote de l’artiste pour une sculpture :  400 – 6 000 €

Si vous souhaitez faire estimer un objet signé ou attribué à Hsiao Chin, nos experts sont à votre disposition pour une expertise gratuite.

Des deuils et des troubles jusque dans la peinture

Hsiao Chin naît en 1935 à Shanghai. Son père, Hsiao Yu-Mei, est le fondateur du premier conservatoire de musique de la ville. Lui et sa sœur sont élevés dans le protestantisme. En 1940, les deux enfants perdent leur père de la tuberculose, et en 1945 leur mère d’un cancer. Ils sont recueillis par leur tante, mais séparés en 1949 : tandis que sa sœur est confiée à un couple d’artistes, Hsiao Chin part à Taiwan avec son oncle Wang Shih-Chieh, important politicien membre du Kuomintang.

En 1950, Hsiao Chin s’inscrit à la Faculté des Beaux-Arts, et en 1952, il rejoint l’atelier du peintre Li Chun-Shan, qui voyant en lui des caractéristiques fauvistes, le fait travailler sur la composition et les couleurs. Il crée pendant cette période des tableaux où se font sentir l’influence de Cézanne, Matisse et Gauguin.

Vers l’abstraction et un exil européen et américain

En 1955, Hsiao Chin et sept autres artistes fondent le groupe Ton-Fan, le premier mouvement chinois d’abstraction artistique. En 1956, ils organisent leur première exposition, au succès mitigé : certains spectateurs, peu réceptifs à leur travail, à contre-courant de l’art de l’époque, jettent les invitations par terre pour manifester leur dédain. Malgré cet accueil, Ton-Fan existera pendant quinze ans, et exposera de nouveau à Taiwan, mais également en Europe et aux États-Unis.

En 1956, malgré l’opposition des siens, il part à Madrid grâce à une bourse d’études octroyée par le gouvernement espagnol. Les Beaux-Arts de San Fernando sont trop conservateurs à son goût, il se rend donc à Barcelone, où il fréquente la scène artistique abstraite espagnole, tout particulièrement Antoni Tapies et les fondateurs du groupe El Paso. Il participe au Salon de Mayo de Barcelone, et signe un contrat avec la Galerie Sala Gaspar.

En 1958, au prix de sa bourse, il quitte l’Espagne dont le climat ne lui convient pas. Il se rend d’abord en Italie, à Venise. Il va ensuite à Florence, puis en 59 s’installe à Milan. En 1961, il fonde avec Antonio Calderara et Kengiro Azuma le mouvement Punto. En 1962, il épouse Pia Pizzo. En 1964, il passe quelques mois à Paris, et en 66 à Londres. Cette époque de son art est marquée par la spiritualité, notamment taoïste.

Entre 1967 et 1973, il vit aux États-Unis, où il enseigne la peinture et le dessin à l’Université de Long Island. Il décide de se rendre au Mexique pour étudier l’art aztèque, dans lequel il trouve des éléments communs avec la culture chinoise.

En 1974, de plus en plus influencé par le bouddhisme, et lassé d’une Amérique qu’il trouve trop artificielle, il rentre en Europe. Après une exposition de ses œuvres récentes dans une galerie parisienne, il retourne à Milan, où délaissant ses recherches, il reprend l’encre de Chine et les toiles sans châssis, désireux de se sentir plus près de la nature. En 78, il crée avec neuf autres artistes le mouvement Suruya, et dans les années 80 le mouvement Shakti avec vingt-trois artistes. En 1992, sa fille décède. Il fait son deuil avec la série Passage au grand seuil, vers le jardin éternel.

Un style ésotérique

Malgré quelques exceptions, le travail de Hsiao Chin touche à l’abstraction pure, sans trace de figuratif, juste des formes simples et des couleurs. On y sent l’influence de la calligraphie, notamment dans certains coups de pinceau, ainsi que d’un symbolisme dont les clés se trouvent dans la culture traditionnelle chinoise (par exemple, le cercle, symbole dans le taoïsme de l’univers et de l’unité, très présent dans son œuvre). Aujourd’hui, Hsiao Chin est un artiste très estimé, avec des résultats qui vont de 47 000 € pour L’Infinito N° 2 (1963) jusqu’à 132 000 € pour Onde Notturne (1965).

Reconnaître la signature de Hsiao Chin 

Hsiao Chin fait partie de ces nombreux artistes qui ne signaient pas la totalité de leurs œuvres. Cependant, un exemple de sa signature vous est présenté ci-dessous afin de vous faire une première idée. Quelques variantes existent : n’hésitez pas à contacter un de nos experts pour authentifier une signature de manière formelle.

Expertiser et vendre une œuvre de Hsiao Chin

Si vous possédez une œuvre de Hsiao Chin ou tout autre objet, sollicitez nos experts via notre formulaire en ligne pour obtenir une estimation ou une expertise. Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre œuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.