SCHNABEL

Peintre et cinéaste américain, 1951

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une œuvre de Julian Schnabel et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre œuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Julian Schnabel

Prix d’une peinture signée Julian Schnabel en vente aux enchères : 2 000 – 1 300 000 €

Estimation moyenne pour un multiple (lithographie, estampe, gravure…) : 150 – 27 000 €

Prix pratiqué pour un dessin ou une aquarelle : 400 – 58 000 €

Cote de l’artiste pour une sculpture :  1 300 – 300 000 €

Prix des photos : 500 – 30 000 €

Si vous souhaitez faire estimer un objet signé ou attribué à Julian Schnabel, nos experts sont à votre disposition pour une expertise gratuite.

Un artiste prodige, mais égocentrique 

Julian Schnabel est un peintre néo-expressionniste et un cinéaste américain né le 26 octobre 1951 à New York. Il vit à New York dans son Palazzo Chupi au 360 West 11 th Street, une ancienne écurie réhabilitée et transformée par l’artiste en un palais vénitien rose de 5 étages de parc d’attractions. Le nom provient de la sucette Chupa Chups. La critique d’art s’amuse ou est sévère avec le goût vorace et kitch de la maison du peintre qu’elle qualifie de Xanadu ou maison de poupée pour Barbie.

Son père est Jack Schnabel, un Juif tchécoslovaque émigré aux États-Unis à l’âge de 15 ans et sa mère Esta, prédicatrice du Jewish Theological Seminary et présidente de l’Hadassah.

La famille de Julian Schnabel quitte New York quand il a 13 ans et il passe son adolescence dans la petite ville de Brownsville au Texas où il découvre l’art mexicain et l’iconographie catholique dans l’école des frères maristes.

Il étudie les Beaux-arts à l’université de Houston où il obtient son Bachelor of Fine Arts en 1973, puis obtient une bourse d’études du Whitney Museum of American Art.

Il devient rapidement une figure importante du courant néo-expressionniste, de la Trans-avant-garde et de la scène new-yorkaise avec David Salle. Son travail se caractérise alors par l’utilisation et le collage d’assiettes cassées assemblées en épi sur des supports en bois monumentaux qui les apparentent à des bas-reliefs sculpturaux ou évoquent les céramiques cassées de Gaudi. Il est le plus jeune artiste de l’exposition londonienne « A new spirit in Painting » à la Royal Academy of Art de Londres.

La critique d’art se montre alors sévère décrivant l’artiste comme mondain et vaniteux. Son style est considéré comme la représentation de tous les excès financiers des années 1980 avant l’effondrement du marché de l’at en 1994.

En 2017, dans le film The Square de Ruben Öslund, Julian Schnabel est caricaturé comme « le Grand Artiste » inconséquent présenté dans le musée. Son personnage est joué par Dominic West qui rejoue l’une des conférences de presse de Schnabel où il s’était montré particulièrement égocentrique.

Vers le cinéma

Après l’effondrement du marché de l’art en 1994, Schnabel est à la recherche d’un nouveau médium d’expression, qu’il trouvera grâce au cinéma.

En 1996, Schnabel commence une carrière de réalisateur avec « Basquiat » qui est un film biographique sur l’artiste afro-américain Jean-Michel Basquiat.

Son film suivant « Avant la nuit » (Before Night Falls), est l’adaptation du roman homonyme de Reinaldo Arenas.

« Le Scaphandre et le Papillon » (The Diving Bell and the Butterfly) réalisé en 2006 est l’adaptation du roman « Le Scaphandre et le Papillon » de Jean-Dominique Bauby. Il obtiendra le Prix de la mise en scène au Festival de Cannes 2007 pour ce film.

En 2010, il poursuit ses adaptations littéraires avec « Miral » d’après le roman de Rula Jebreal, sa compagne d’alors. Le 8 décembre 2009, il est élu membre de la Royal Academy de Londres.

En 2018, son film « At Eternity’s Gate » sur la fin de la vie de Vincent Van Gogh, sur un scénario coécrit avec Jean-Claude Carrière, est sélectionné à la Mostra de Venise.

Une œuvre internationale

Sa première exposition personnelle a lieu au Musée d’art contemporain de Houston en 1976 et elle est intitulée « Retrospective » ; il a 25 ans.

En 1978, il visite l’Europe et découvre Barcelone et l’œuvre de Gaudi. Sa première exposition personnelle à New York a lieu en 1979 à la Mary Boone Gallery sur la Cinquième avenue et participe à la Biennale de Venise en 1980.

Il peint également sur de grandes bâches militaires, avec des gestes rapides et vifs, comme dans « Portrait of J. S. in Hakodate (Japan 1934) » aujourd’hui au Centre Pompidou.

Depuis 2010, il expose à Londres, à Milan et Paris, une sélection de photographies Polaroid prises depuis 2002, qu’il retouche à la peinture pour mieux en souligner les points saillants. Ces photographies sont prises avec une chambre photographique imposante de format 50 × 60 construite spécialement par Polaroid.

Son œuvre picturale est présente dans de nombreuses collections et musées : Metropolitan Museum of Art, Museum of Modern Art de New York, le Museum of Contemporary Art (MOCA) de Los Angeles, mais il est aussi exposé à Madrid au musée de la Reina Sofia, à Londres à la Tate Modern ou au Musée d’art moderne et contemporain du Centre Georges Pompidou à Paris.

Aujourd’hui les œuvres de Schnabel sont estimées à plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines de milliers d’euros.

Reconnaître la signature de Julian Schnabel 

Julian Schnabel fait partie de ces nombreux artistes qui ne signaient pas la totalité de leurs œuvres. Cependant, un exemple de sa signature vous est présenté ci-dessous afin de vous faire une première idée. Quelques variantes existent : n’hésitez pas à contacter un de nos experts pour authentifier une signature de manière formelle.

Expertiser et vendre une œuvre de Julian Schnabel

Si vous possédez une œuvre de Julian Schnabel ou tout autre objet, sollicitez nos experts via notre formulaire en ligne pour obtenir une estimation ou une expertise. Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre œuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.