TANAAMI

Artiste graphique japonais, 1936

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une œuvre de Keiichi Tanaami et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre œuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

 

Cote, prix et estimation de l’artiste Keiichi Tanaami  

Prix d’une peinture signée Tanaami en vente aux enchères : 400 – 50 000 €

Estimation moyenne pour un multiple (lithographie, estampe, gravure…) : 350 – 5 000 €

Prix pratiqué pour un dessin ou une aquarelle : 600 – 3 500 €

Si vous souhaitez faire estimer un objet signé ou attribué à Tanaami, nos experts sont à votre disposition pour une expertise gratuite.

Une fascination déterminante

Keiichi Tanaami, artiste japonais né en 1936 à Tokyo, commence à dessiner dès son plus jeune âge et a souvent passé du temps dans le studio du principal dessinateur d’après-guerre Kazushi Hara avec l’intention de devenir lui-même dessinateur. Cependant, après la mort soudaine de Hara, il se tourne vers le domaine pionnier du manga des romans graphiques et poursuit ses études à l’Université d’art de Musashino. Ces études sont l’occasion d’expérimenter de nombreuses techniques et médiums, ce qui lui permit de gagner en 1958 le prix du jury d’une exposition de la JAAC (Japan Advertising Artist Club), une haute autorité des arts graphiques de l’époque. Au cours des années 60, en parallèle des nombreuses commandes privées qu’il reçoit en tant qu’illustrateur et graphiste, il participe à l’organisation du mouvement Neo-Dada qui sera déterminant dans le Japon d’après-guerre. Dans la seconde moitié des années 60, il se plonge également dans la création d’art vidéo, nouveau médium de la scène artistique à l’époque.

Ce sera à l’occasion de son premier voyage à New York en 1967 que Tanaami découvre les œuvres Pop Art, dont celles d’Andy Warhol, qui le fascineront immédiatement.

En parallèle de sa carrière artistique, Tanaami a souhaité enseigner à l’Université des arts de Kyoto à partir 1991, afin de former les artistes de la nouvelle génération à l’image de l’enseignement qu’il reçut de Kazushi Hara.

Un art marqué par la guerre

La singularité de Tanaami se trouve dans les liens qu’il crée entre le monde de la bande dessinée américaine, les cauchemars psychédéliques et la culture japonaise. En effet, les compositions colorées développent leur propre univers et racontent la guerre et la maladie d’une manière étonnamment concrète. Cela peut s’expliquer qu’enfant, pendant la Seconde Guerre mondiale, l’artiste a vécu les attaques aériennes américaines sur Tokyo et celles-ci sont devenues des motifs importants dans son art : bombardiers américains rugissants, projecteurs japonais, vision des poissons rouges de son père déformés par l’aquarium.

Outre ces motifs tirés de ses souvenirs, Tanaami a peint, tout au long des années 80 et 90, suite à un œdème pulmonaire l’ayant laissé errer entre la vie et la mort en 1981, de nombreuses œuvres centrées sur le thème de « la vie et la mort » basées sur cette expérience. Ainsi, la forme du pin qui apparaît fréquemment dans les œuvres de Tanaami provient d’une hallucination qu’il a vécue pendant sa maladie. De même, les grues, les éléphants et les femmes nues qui apparaissent avec les spirales et les formes architecturales miniatures en forme de jardin sont caractéristiques de ses œuvres de cette période.

Ainsi, ces motifs sont de manière plus générale au service de la tension, typique de l’époque, entre l’art commandé et le mouvement anti-art, les expérimentations psychédéliques et la culture consumériste. Sous l’influence du théâtre japonais en carton « Kamishibai », des films B américains et en particulier d’Andy Warhol, Tanaami a développé un style bien à lui.

Une redécouverte tardive

C’est véritablement à partir de 1999, et la rétrospective de ses œuvres des années 60 a eu lieu à la Galerie 360​​° à Tokyo, très appréciée par  KAWS, que les œuvres de Tanaami sont redevenues populaires. C’est pour cette raison que les de nombreuses expositions récentes ont eu lieu récemment dont « No More War » à Art Basel en 2011. 

Cette reconnaissance encore récente explique des tarifs encore relativement accessibles pour des œuvres majeures et pour de l’acrylique sur toile avec par exemple une œuvre vendue en novembre 2019 pour 250 000 dollars hongkongais.

Reconnaître la signature de Keiichi Tanaami   

Keiichi Tanaami fait partie de ces nombreux artistes qui ne signaient pas la totalité de leurs œuvres. Cependant, un exemple de sa signature vous est présenté ci-dessous afin de vous faire une première idée. Quelques variantes existent : n’hésitez pas à contacter un de nos experts pour authentifier une signature de manière formelle.

Signature Keiichi Tanaami

Expertiser et vendre une œuvre de Tanaami

Si vous possédez une œuvre de Keiichi Tanaami ou tout autre objet, sollicitez nos experts via notre formulaire en ligne pour obtenir une estimation ou une expertise. Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre œuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.