Laure ALBIN-GUILLOT

Photographe française, 1879-1962

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une œuvre de Laure ALBIN-GUILLOT et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre œuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Laure ALBIN-GUILLOT

Estimation moyenne pour un multiple (lithographie, estampe, gravure…) : 40 – 1 200 €

Prix des photos de Laure ALBIN-GUILLOT : 30 – 9 000 €

Si vous souhaitez faire estimer un objet signé ou attribué à Laure ALBIN-GUILLOT, nos experts sont à votre disposition pour une expertise gratuite.

La photographie scientifique

Laure Albin Guillot, née Laure Meifredy, naît en 1879 à Paris. Son nom lui vient de son époux, le chercheur scientifique et musicien Albin Guillot avec qui elle se marie à l’âge de 18 ans. Issue de la bourgeoisie parisienne, elle étudie au lycée Molière et pratique le piano et la peinture, en particulier le portrait. Sa rencontre avec Albin est l’occasion d’une première initiation à la photographie, puisqu’elle accompagne celui-ci dans ses préparations microphotographiques et photographies de coupe en lamelles de substances naturelles variées. En parallèle, Laure Albin Guillot développe une activité de photographe de mode et de portraitiste. 

Portraits, publicité et mode

Dans les années 1920, les premières photographies de mode de Laure Albin Guillot apparaissent dans Vogue. Son studio de la rue du Ranelagh accueille des personnalités venues de loin et son succès est immense. L’artiste photographie les visages avec une grande subtilité et une lumière douce qui séduit le public parisien. Médaillée d’or en 1922 au concours de la Revue française de photographie, elle est invitée à travailler auprès des grands couturiers de l’époque. Ses photographies sont publiées dans les plus grandes revues de mode : Le Jardin des modes, Femina, L’Officiel de la couture et de la mode…

En 1925, Albin Guillot participe au Salon d’Automne où elle expose une nature morte dans un cadre Louis xiv, contribuant à faire de la photographie un art à part entière. Elle participe au premier Salon des Indépendants de la photographie, aux côtés d’André Kertész, et domine la scène photographique française. Photographe indépendante, elle réalise des nus, des natures mortes, des photos de mode et de publicité dans son nouvel atelier situé boulevard Beauséjour. 

Après le décès de son mari, Albin Guillot publie un premier livre intitulé Micrographies décoratives, compilant des compositions abstraites de substances naturelles telles que des écailles de poisson, le pollen, les algues. En 1931, elle est nommée présidente de l’Union féminine des carrières libérales et commerciales, puis fonde la Société des artistes photographes. Sa notoriété la porte à la tête des Archives photographiques des Beaux-arts puis de la conservation de la Cinémathèque nationale du palais de Chaillot. 

Une artiste pionnière

Grande photographe de l’entre-deux-guerres, Laure Albin Guillot est d’abord influencée par le pictorialisme, un procédé photographique à base de bromure d’argent et de gélatine. Puis, elle s’oriente vers une photographie moderne dans le courant de la « Nouvelle Vision ». Son ouvrage Photographie publicitaire, paru en 1933, est l’un des premiers textes théoriques sur l’usage de la photographie dans la publicité. L’artiste est une pionnière dans de nombreux domaines : elle se spécialise dans le nu féminin et le nu masculin, une première à l’époque (Exposition « Portraits d’hommes », 1935), et applique la photographie au domaine de la décoration. Photographe de l’abstrait à l’origine de la micrographie, elle ouvre de nouvelles perspectives artistiques à la rencontre des sciences. 

Parmi ses portraits les plus célèbres se trouvent ceux d’André Gide, Paul Valéry et Jean Cocteau. Ses photographies viennent aussi illustrer des poèmes et chansons célèbres à tirage limité : « Narcisse » de Paul Valéry, « Les Chansons de Bilitis » de Pierre Louÿs, les Préludes de Claude Debussy. En 2013, sa nature morte Orchidées (1927) est vendue pour 42 074 USD chez Sotheby’s à Paris, soit environ 32 000 EUR. 

Reconnaître la signature de Laure ALBIN-GUILLOT

Laure ALBIN-GUILLOT fait partie de ces nombreux artistes qui ne signaient pas la totalité de leurs œuvres. Cependant, un exemple de sa signature vous est présenté ci-dessous afin de vous faire une première idée. Quelques variantes existent : n’hésitez pas à contacter un de nos experts pour authentifier une signature de manière formelle.

Expertiser et vendre une œuvre de Laure ALBIN-GUILLOT

Si vous possédez une œuvre de Laure ALBIN-GUILLOT ou tout autre objet, sollicitez nos experts via notre formulaire en ligne pour obtenir une estimation ou une expertise. Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre œuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.