BARILLET

Verrier français, 1880-1948

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une œuvre de Louis Barillet et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre œuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Une rencontre décisive

Louis Joseph Pierre Barillet, né le 13 février 1880 à Alençon, et mort le 11 décembre 1948 à Clamart, est un maître verrier français.

Il fait sa formation à l’École des Beaux-Arts de Paris où il est l’élève du peintre Gérôme.

Il commence alors sa carrière comme médailleur, tout en continuant de manière plus confidentielle la peinture.

Cependant, sa rencontre en 1920 avec Jacques le Chevallier, graveur et illustrateur, marque énormément Barillet et il oriente alors définitivement sa carrière vers le décor monumental.

Les deux hommes entament leur collaboration rapidement et les premiers vitraux sont créés. C’est le début de la grande carrière de maître verrier de Louis Barillet qui devient alors le théoricien du vitrail moderne en France. Par ses productions, il renouvelle l’approche du vitrail religieux et civil, tant d’un point de vue plastique que iconographique.

Le verre industriel, le vitrail moderne 

Louis Barillet va se rapprocher d’un mouvement d’artistes décorateurs et d’architectes : « l’Union des artistes modernes », mouvement fondé en France en 1929 par l’architecte Robert Mallet-Stevens, et dont l’activité a perduré jusqu’en 1958. Ce mouvement veut exploiter les nouveaux matériaux et les nouvelles techniques pour l’adapter à une vision moderne et revalorisée des arts décoratifs.

C’est dans ce cadre que Louis Barillet repense le Vitrail. Optant pour une iconographie plus stylisée, il va déloger le Vitrail du monde religieux pour le faire entrer dans les demeures privées. Le Vitrail devient alors un élément de décor, intégré à l’intérieur même des habitations.

Pour réaliser ses vitraux, Louis Barillet utilise exclusivement les verres industriels : verres prismatiques, verres imprimés, verres opaques auxquels s’ajoutent des verres gris, noirs et des miroirs. Il repense ainsi l’art du vitrail dans l’esprit du renouveau esthétique adapté aux besoins et aux envies de l’époque Art déco.

Barillet veut créer des œuvres modernes, qui s’appuient sur les fondements de l’art du vitrail hérités du Moyen Âge : utilisation de verre antique ou à reliefs, dessin affirmé, rythmé par un réseau de plomb dense, recours à la grisaille limité au cerne des volumes. Le verre imprimé est une des grandes nouveautés de l’époque qui séduira Barillet. Il s’agit d’un verre plat qui présente au moins une face gravée. Le verre imprimé est plus ou moins translucide en fonction du dessin et de la teinte choisie. Le verre imprimé peut être aussi trempé, feuilleté ou armé.

À son retour de la guerre, Louis Barillet est sollicité pour des commandes commémoratives et exécute ses premiers vitraux dans l’Orne. Les demandes très nombreuses l’encouragent à ouvrir un atelier de vitrail, où il est rejoint à l’automne par Jacques Le Chevallier, puis en 1923 par le peintre belge Théodore Hanssen.

De leur collaboration va naître une iconographie du souvenir inédite et originale. Artiste chrétien et théoricien, Barillet souhaite inscrire l’art religieux dans les réflexions techniques et stylistiques de son temps et milite en faveur d’un art sacré qui renoue avec une ambition esthétique véritable. Il appelle à une rupture avec la pratique en vigueur.

L’atelier du square Vergennes, un exemple de la pensée de Barillet 

Son appartenance à l’Union des artistes modernes lui permet de rencontrer celui qui sera son partenaire dans la réalisation architecturale : Robert Mallet-Stevens. En 1932, Barillet veut changer d’atelier et c’est au 15 square Vergennes à Paris, dans un bâtiment conçu par Robert Mallet-Stevens et lui-même que Louis Barillet viendra s’installer.

Les ateliers se trouvaient dans la partie centrale du bâtiment. Le rez-de-chaussée était consacré à l’atelier de mosaïque et aux fours destinés à la cuisson des grisailles. Une large porte permet le passage des livraisons de matériaux. Au premier étage se trouvait un atelier de découpe et de sertissage du verre.

Aux deuxième et troisième étages se trouvaient les ateliers où étaient exécutés les dessins et où étaient présentés et contrôlés les vitraux issus de la production.

Une galerie en pourtour de l’atelier, éclairée par une cour intérieure, abritait les services d’archives et un laboratoire de photographie. La grande verrière de la façade principale, avec son exposition vers le nord, fournit aux ateliers une lumière uniforme.

Ce bâtiment, conçu pour être extrêmement lumineux, est aussi une vitrine pour Louis Barillet. Les bureaux attenants aux ateliers étaient installés dans une aile courbe en saillie, dispersés sur trois étages, ils sont décorés des mosaïques et des vitraux réalisés par le maître. Certains vitraux sont visibles de l’extérieur, mais le lieu compte aussi des vitraux intérieurs. Emblématiques du travail de Barillet, ces vitraux reprennent différents verres industriels assemblés pour composer des scènes abstraites ou des scènes mythologiques stylisées.

Le travail de Barillet séduit les architectes tels Robert Mallet-Stevens ou Paul Rouvières pour qui il réalisera de nombreuses commandes.

Louis Barillet meurt en 1948, et laisse indubitablement son nom associé au renouveau du Vitrail français.

Aujourd’hui ses vitraux ou ses mosaïques, aussi bien ses compositions abstraites que stylisées, restent très prisées, et atteignent des estimations de plusieurs centaines d’euros jusqu’à plus de 10 000 euros pour les plus belles pièces.

Reconnaître la signature de Louis Barillet 

Louis Barillet fait partie de ces nombreux artistes qui ne signaient pas la totalité de leurs œuvres. Cependant, un exemple de sa signature vous est présenté ci-dessous afin de vous faire une première idée. Quelques variantes existent : n’hésitez pas à contacter un de nos experts pour authentifier une signature de manière formelle.

Expertiser et vendre une œuvre de Louis Barillet

Si vous possédez une œuvre de Louis Barillet ou tout autre objet, sollicitez nos experts via notre formulaire en ligne pour obtenir une estimation ou une expertise. Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre œuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.