SOUTTER

Peintre et dessinateur suisse, 1871-1942

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une œuvre de Louis Soutter et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre œuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Louis Soutter

Prix d’une peinture signée Soutter en vente aux enchères : 2 800 – 160 000 €

Estimation moyenne pour un multiple (lithographie, estampe, gravure…) : 100 – 1 200 €

Prix pratiqué pour un dessin ou une aquarelle : 500 – 300 000 €

Si vous souhaitez faire estimer un objet signé ou attribué à Soutter, nos experts sont à votre disposition pour une expertise gratuite.

Vers une carrière de musicien

Louis Soutter est né en 1871 à Morges en Suisse. Fils d’une professeure de chant et cousin du Corbusier (1887-1965), Soutter grandit dans un milieu où les arts occupaient une place de choix.

Le jeune Soutter commença une formation d’ingénieur à Lausanne avant d’étudier l’architecture à Genève. 

Rattrapé par son goût pour la musique, il partit à Bruxelles en 1892 et devint l’élève du violoniste Eugène Ysaÿe (1858-1931) au Conservatoire royal de la ville.

De retour à Lausanne en 1895, Soutter s’éloigna de la musique et suivit des cours de dessin et de peinture. La même année il déménagea à Paris où il intégra l’atelier du peintre Jean-Joseph Benjamin-Constant (1845-1902). 

Marié à une Américaine, ancienne élève d’Ysaÿe, Soutter s’installa aux États-Unis en 1897. Il donna des cours particuliers de violon et de dessin, et fut bientôt nommé à la tête du département d’art du Colorado College.

Divorcé en 1903 Soutter s’installa dans sa Suisse natale. 

Des peintures au doigt

Son retour en Suisse permit à Louis Soutter de faire évoluer son style artistique. En effet, ses compositions étaient auparavant marquées par un académisme formel. Ses dessins se libérèrent jusqu’à adopter un style maniériste (La Cassette, 1906). 

Toutefois, l’état de santé du peintre, physique et mental, se dégrada. En 1923 Soutter fut admis dans une maison de soins en résidence à Ballaigues en Suisse, où il passa les 19 dernières années de sa vie.

Cette année marqua une cassure dans l’œuvre du peintre. Ces années où Soutter fut isolé du monde extérieur furent la cause d’une œuvre vaste d’une importance exceptionnelle.

L’artiste réalisa de nombreux dessins dans des cahiers d’écolier qu’il accumula dans sa chambre d’asile. Ces derniers contiennent des dessins représentant des portraits et des objets dans un style hachuré et libéré.

L’univers pictural de Soutter est composé de thèmes bibliques, lucifériens, dantesques ou shakespeariens. La Passion du Christ ainsi que la Crucifixion constituent des motifs récurrents de l’œuvre du peintre. Soutter privilégia l’utilisation de l’encre de Chine et de la gouache afin de réaliser ses représentations archaïques. 

Toutefois, à partir de 1937, l’artiste élabora une technique spéciale. Cette dernière consista à appliquer, directement au doigt, la couleur sur la surface. Cette application directe de la couleur met l’accent sur le caractère très expressif de son travail. 

Artiste de l’Art brut ?

Louis Soutter décéda en 1942 et tomba dans l’oubli. Son œuvre fut redécouverte par Jean Dubuffet (1901-1985) en 1945 grâce à l’écrivain Jean Giono (1895-1970). Dubuffet fut le théoricien de l’Art brut qu’il définit en 1949 comme un art élaboré en dehors du système de mercantilisation, c’est-à-dire par les marginaux et les malades mentaux principalement. 

Dubuffet intégra Soutter dans les représentants de l’Art brut. Il le retira par la suite en raison de nombreuses réticences. 

En réalité, l’œuvre de Soutter est inclassable. Véritable maelström de symbolisme de la fin du XIXe, souvenirs de la Renaissance, éléments de l’expressionnisme allemand et viennois ; voici ce qu’est l’art de Soutter. 

Négligées durant des décennies, les œuvres de l’artiste suisse sont aujourd’hui adjugées à des prix mirobolants sur le marché de l’art. Nombreux sont ses dessins à avoir été vendus au-delà de 100 000 euros. Le record de l’artiste fut réalisé en 2006 par Christie’s Paris pour l’encre L’Ascension (1937-1942) adjugée 220 000 euros.

Reconnaître la signature de Louis Soutter 

Louis Soutter fait partie de ces nombreux artistes qui ne signaient pas la totalité de leurs œuvres. N’hésitez pas à contacter un de nos experts pour authentifier une signature de manière formelle.

Expertiser et vendre une œuvre de Soutter

Si vous possédez une œuvre de Louis Soutter ou tout autre objet, sollicitez nos experts via notre formulaire en ligne pour obtenir une estimation ou une expertise. Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre œuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.