Marina ABRAMOVIĆ

Artiste serbe artiste de l'art performatif, 1946

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une œuvre de Marina Abramović et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre œuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Marina Abramović

Estimation moyenne pour un multiple (lithographie, estampe, gravure…) : 150 – 800 €

Cote de l’artiste pour une sculpture :  2 000 – 60 000 €

Prix des photos de Marina Abramović : 300 – 50 000 €

Si vous souhaitez faire estimer un objet signé ou attribué à Marina Abramović, nos experts sont à votre disposition pour une expertise gratuite.

L spectacle dangereux de l’art contemporain

Marina Abramović est née à Belgrade le 30 novembre 1946. Elle est la fille d’un dignitaire du régime de Tito. Après des études artistiques entre Belgrade et Zagreb, elle enseigne brièvement en Serbie, et réalise ses premières performances au début des années 70. Elle fonde sa démarche sur la mise en danger de son propre corps et sur le rapport qu’elle entretient avec son public.

De 1975 à 1988, elle collabore avec son compagnon, l’artiste hollandais Ulay : les thèmes de l’hermaphrodisme, du double et du mimétisme prennent alors une place importante dans son œuvre. 

Abramović participe aux biennales de Paris, de Sao Paulo et de Venise — où elle gagne en 1997 le lion d’or de la meilleure installation — et aux documents 7 et 9 de Cassel en Allemagne. Depuis les années 90, l’artiste serbe est professeur invitée dans les plus grandes Académies des beaux-arts européens, et se consacre davantage à l’enseignement qu’à ses performances depuis les années 2000. Elle vit et travaille aujourd’hui à New York. 

La « grand-mère » de la performance artistique 

Marina Abramovic compte parmi les pionnières de l’art « en action ». En effet, son œuvre consiste surtout en des performances provocatrices, fixées dans le temps par des photographies en noir en blanc ou des captations vidéos. 

Le médium de prédilection de Marina Abramovic n’est autre que son propre corps. La relation avec le public est au cœur de ses projets artistiques qui se situent souvent à la croisée des arts vivants et picturaux, voire à la limite du rite spirituel.

Une mise en danger publique et politique du corps

Au début de sa carrière artistique, elle réalise une série de performances intitulées Rythms, et s’allonge au milieu d’une étoile de flammes dessinée sur le sol : un spectateur lui sauve la vie à la suite de son intoxication par la fumée. Dans le cadre d’une autre de ces œuvres, elle donne à son public la liberté de disposer de son corps nu en mettant à leurs dispositions de nombreux objets comme des crayons, une hache ou des ciseaux, et se retrouve avec un pistolet chargé dans la bouche. Ainsi, la prise de risque a toujours été au cœur de la démarche d’Abramović. 

Accusée récemment de satanisme par des organisations religieuses américaines, l’artiste s’inscrit systématiquement dans une réflexion politique sur son époque. Elle hérite notamment de son esprit de rébellion des circonstances politiques répressives caractérisant la Yougoslavie d’après-guerre où elle est née. En 1997, son installation intitulée Balkan Baroque évoque l’histoire sanglante de son pays.

The Life, première œuvre en réalité mixte

Les performances artistiques n’aboutissent à aucun support matériel. Pour reprendre les mots de Marina Abramović, « l’œuvre ne reste que dans l’esprit du spectateur ». Récemment cependant, l’artiste a expérimenté la réalité mixte avec The Life, performance de dix-neuf minutes où elle apparaît sous la forme d’un hologramme, s’interrogeant ainsi sur l’absence physique et l’immortalité de l’art et des images. 

L’œuvre, fruit de la haute technologie et dont il n’existe que trois éditions, dont une conservée par Abramović, a coûté plus de 1 million d’euros à fabriquer. Les deux autres enregistrements — et le matériel nécessaire pour les visionner — ont été mis en vente en novembre par Christie’s, qui les estime à 700 000 euros chacun.

Expertiser et vendre une œuvre de Marina Abramović

Si vous possédez une œuvre de Marina Abramović ou tout autre objet, sollicitez nos experts via notre formulaire en ligne pour obtenir une estimation ou une expertise. Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre œuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.