Nicolas DE LARGILLIERE

Peintre français portraitiste réputé des XVIIᵉ et XVIIIᵉ, 1656-1746

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une œuvre de Nicolas de Largillierre et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre œuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Nicolas de Largillierre

Prix d’une peinture signée Nicolas de Largillierre en vente aux enchères : 4 000 – 500 000 €

Prix pratiqué pour un dessin ou une aquarelle : 2 000 – 8 000 €

Si vous souhaitez faire estimer un objet signé ou attribué à Nicolas de Largillierre, nos experts sont à votre disposition pour une expertise gratuite.

L’art dès l’enfance : manifestations précoces d’un talent rare

Nicolas de Largillierre naît en 1656 à Paris. Quand il a trois ans, sa famille déménage à Anvers, où il passe son enfance. Il suscite l’intérêt d’un marchand londonien chez qui il est envoyé en 1665 pour apprendre le commerce, mais il passe son temps à dessiner. Son père le fait alors revenir et le laisse, à contrecœur, suivre sa vocation. En 1668, il intègre l’atelier du peintre flamand Antoine Goubeau, où il apprend le clair-obscur caractéristique de l’école flamande. Voyant une Sainte Famille peinte par Largillierre en secret, son maître lui demande qui il a copié. Il lui répond qu’il n’a suivi que son génie. Un an et demi plus tard, Goubeau lui annonce qu’il ne lui reste plus rien à lui apprendre. En 1673, il devient franc maître de la Guilde de Saint-Luc d’Anvers.

Une virtuosité qui séduit de la cour d’Angleterre au Royaume de France

En 1675, il devient collaborateur de Peter Lely, portraitiste à la mode en Angleterre, surchargé de commandes et qui a donc besoin d’aide. Il est chargé avec d’autres de peindre les draperies, fleurs et accessoires des tableaux. Lely le recommande également pour la restauration de tableaux au surintendant des Bâtiments des Rois d’Angleterre, qui lui confie des œuvres de maîtres, dont certaines destinées au château de Windsor. La qualité de son travail attire l’attention de Charles II, qui devant les prouesses de ce jeune peintre lui demande de lui montrer ses propres œuvres. Largillierre lui en fait voir trois, lui valant la faveur du roi. Malgré ces débuts prometteurs, il est contraint de quitter le pays en 1678, tous les étrangers de confession catholique ayant été sommés de partir.

Il revient à Paris, et va trouver Adam François Van der Meulen, peintre historiographe de Louis XIV, dont il avait connu le frère Pierre en Angleterre. Il devient son ami en lui offrant son portrait, qui tombe sous les yeux de Charles Le Brun, premier peintre du roi. Celui-ci offre alors sa protection à Largillierre, et le convainc de rester en France quand une place lui est offerte en Angleterre. Il y retourne en 1685 pour réaliser le portrait du roi Jacques II. Face à l’hostilité que lui témoignent les peintres britanniques, il décide de rester en France indéfiniment.

Admis en 1686 à l’Académie Royale de peinture et de sculpture, il devient à partir de 1689 l’un des peintres les plus en vue du royaume : il reçoit des commandes à la fois privées de portraits pour la noblesse et la haute bourgeoisie, ainsi que des commandes officielles, pour des ex-voto ou bien des allégories. En parallèle, il grimpe les échelons de l’Académie, jusqu’à en devenir chancelier en 1743. Il meurt à Paris en 1746.

Un peintre total

Nicolas de Largillierre était un maître sans spécialité, capable de tout peindre avec talent, tant un portrait qu’une nature morte ou un paysage. Il se distingue par un travail fin et vivant, loin d’une froide technicité. On peut en particulier apprécier cette sensibilité dans l’Ex-voto des échevins qui est exposé aujourd’hui dans l’Église Saint-Étienne du Mont dans le 5e arrondissement de Paris. Lors d’une vente aux enchères en octobre 2019, Portrait de Dame en robe de velours rouge, peint en 1699, était estimé entre 20 000 et 30 000 €, et en mai de la même année, un Portrait présumé de Jean André Soubry, estimé entre 30 000 et 40 000 €, a finalement atteint la somme de 546 100 €.

Expertiser et vendre une œuvre de Nicolas de Largillierre

Si vous possédez une œuvre de Nicolas de Largillierre ou tout autre objet, sollicitez nos experts via notre formulaire en ligne pour obtenir une estimation ou une expertise. Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre œuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.