Nicolas KALMAKOFF

Peintre symboliste russe, 1873-1955

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une œuvre de Nicolas KALMAKOFF et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre œuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Nicolas KALMAKOFF

Prix d’une peinture signée Nicolas KALMAKOFF en vente aux enchères : 1 000 – 300 000 €

Prix pratiqué pour un dessin ou une aquarelle : 700 – 200 000 €

Si vous souhaitez faire estimer un objet signé ou attribué à Nicolas KALMAKOFF, nos experts sont à votre disposition pour une expertise gratuite.

Une vie d’ascète

Nicholas Kalmakoff est né en 1873 à Nervi sur la riviera espagnole d’un père officier russe et d’une mère italienne. La famille retourne rapidement en Russie à Saint-Pétersbourg, où le jeune Kalmakoff étudie à l’École Impériale de Droit de 1890 à 1895. Cependant il commence à se consacrer à la peinture dès 1905, après avoir suivi des cours d’anatomie et de peinture en Italie. De cette période il ne reste aucune œuvre. Cette époque fut également marquée par le fait qu’il rejoint le mouvement ascétique des Scoptes. Peu de temps après, de 1908 à 1911, il conçoit des costumes de scène et des décors pour plusieurs pièces tels que Masque Noir, Judith, Anathema et le Grand-Duc de Moscou et continua pendant la Première Guerre mondiale à produire des illustrations pour des livres et des magazines. Cependant, la guerre se fait pressentir et en 1920, trois ans après la Révolution de 1917, il est contrait de partir en exil. S’ensuit donc son installation à Tallinn puis Constantinople où il réussit à retrouver une vie artistique. En 1924, il décide de se rendre sur la Côte d’Azur avant de finir ses jours en région parisienne.

Une vision hallucinée

Nicholas Kalmakoff fut dès son enfance marquée par les récits fantastiques d’E.T.A Hoffmann et les contes de fées des frères Grimm que lui lisait sa gouvernante allemande. C’est alors qu’il développa un goût prononcé pour l’occulte, le mysticisme et l’étrange. De plus à la suite de son adhésion à l’ascétisme Scopte qui réprouvait la sexualité, liée au péché originel, les thèmes de la sexualité et de la femme furent récurrents, la femme étant vue comme déesse tentatrice, le tout au sein d’un décor faisant référence à des lieux exotiques, historiques et révolus, souvent tirés de mythes anciens. En effet il fut également fortement inspiré par les mythes grecs et les légendes orientales qui correspondaient parfaitement à ses visions inquiétantes, hallucinées, proches d’un Gustave moreau, d’un Klimt ou d’un Ferdinand Khnopff particulièrement tourmentés. Quant à son esthétisme, celui-ci peut-être divisée en trois périodes. La première de 1908 à 1913, reprend les caractéristiques stylistiques du mouvement « Mir Iskousstva » qui s’apparente aux sécessionnistes viennois et munichois, avec l’utilisation de couleurs vives, des lignes nettes et un fond décoré de spirales, et de l’importance de la couleur or. La seconde période, de 1913 à 1928, se caractérise par des couleurs moins intenses, des lignes moins nettes, plus estompées, et par une plus grande richesse iconographique. Enfin la dernière période, de 1928 à 1955, il s’inspire de la Renaissance italienne et française (École de Fontainebleau) avec un canon de figure plus musculeux pour les hommes, et un canon allongé et à la poitrine menue et haute pour les femmes.

Une redécouverte française

Mort dans l’oubli et le dénouement le plus total après avoir été spolié par sa deuxième et dernière femme, il faut attendre près de sept ans après sa mort pour assister à sa redécouverte. En effet, c’est en 1962 que Bertrand Collin du Bocage et Georges Martin du Nord redécouvrent son œuvre aux puces de Saint Ouen chez un marchand hongrois. Deux expositions ont suivi cette remise à jour, l’une en 1964 à la galerie Motte et surtout la grande rétrospective de 1986 au musée-galerie de la Seita. En plus de cette redécouverte française, les peintures de l’artiste sont exposées dans plusieurs musées russes dont le musée du théâtre. A. A. Bakhrushin à Moscou et dans la galerie nationale Tretiakov  et au musée. A.S. Pushkin également à Moscou.

Ce fut une heureuse redécouverte qui permit aux œuvres de l’artiste de sortir de l’ombre et elles atteignent maintenant des prix élevés sur le marché de l’art. En effet il fut vendu en 2020 chez Christie’s deux paires de Kalmakoff pour 62 500 livres chacune.

Expertiser et vendre une œuvre de Nicolas KALMAKOFF

Si vous possédez une œuvre de Nicolas KALMAKOFF ou tout autre objet, sollicitez nos experts via notre formulaire en ligne pour obtenir une estimation ou une expertise. Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre œuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.