Takesada MATSUTANI

Artiste japonais, 1937

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une œuvre de Takesada Matsutani et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une estimation de votre œuvre, vous communiquent le prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Takesada Matsutani

Prix d’une peinture signée Takesada Matsutani en vente aux enchères : 200 – 250 000 €*

Estimation moyenne pour un multiple (lithographie, estampe, gravure…) : 40 – 2 500 €**

Prix pratiqué pour un dessin ou une aquarelle : 400 – 35 000 €***

Si vous souhaitez faire estimer un objet signé ou attribué à Takesada Matsutani, nos experts et commissaires-priseurs partenaires sont à votre disposition pour une estimation gratuite.

 

(*) : Estimation par Artcurial de 200 – 300€ pour l’œuvre « Wave (2004) » – Estimation par Poly Auction Hong Kong de 255 420 € – 371 520 € (2 200 000 HKD – 3 200 000 HKD ) pour l’œuvre « Work 65-K (作品 65-K) (1965) »
(**) : Estimation par Cornette de Saint Cyr de 40 – 60 € pour la lithographie « The beach (1970) » – Estimation par Piasa de 1 800 – 2 500€ pour l’eau forte « La propagation 303-H (1968) »
(***) : Estimation par Artprecium de 400 – 500€ pour le dessin à la mine de plomb « En (cercle) – 2 (1987) » – Estimation par Artcurial de 35 000 – 55 000 € pour le dessin « Ouroboros (cercle) (2021) »

Un japonais à Paris 

L’artiste Takesada Matsutani est né en 1937 à Osaka, au Japon. Curieux et talentueux, il excelle dans la peinture, la gravure ainsi que la création d’installations.

C’est en 1954 que le jeune homme entre dans la classe de peinture traditionnelle de l’École Municipale des Arts et Métiers d’Ôsaka. En raison de la contraction d’une tuberculose en 1951, il est contraint d’abandonner les cours et doit poursuivre son apprentissage en autodidacte avant d’en être entièrement rétabli en 1959.

Dès 1959, il commence à fréquenter l’École d’Art des Citoyens de Nishinomiya où il rencontre Sadamasa Montonaga, un artiste japonais membre du groupe Gutai. C’est par le biais de cet ami que Takesada Matsutani entre dans le groupe Gutai, connu à l’époque pour ses activités décrites comme scandaleuses par la presse.

L’artiste remporte en 1966 le prix de l’Institut franco-japonais de Tokyo. Organisé par le Musée Municipal d’Art de Kyôto et le journal « Mainichi », ce prix délivre une bourse de six mois d’études en France. C’est ainsi qu’il s’envole pour la France, pays dont il tombe amoureux. Il en fait son pays de résidence à partir des années 1960, tout en faisant encore aujourd’hui des séjours réguliers dans son pays natal, le Japon.

Le nouveau comme inspiration

Si Takesada Matsutani est dans un premier temps formé au Nihonga, c’est-à-dire la peinture japonaise, il développe lors de sa convalescence de la tuberculose un intérêt pour les différentes textures. Son travail de cette période est alors proche des frottages surréalistes.

Par la suite, l’art occidental a eu une grande influence sur le travail de l’artiste. Attiré par l’art abstrait, il suit les pas de son professeur Shôsaku Arao, peintre connu pour avoir allié l’art japonais et l’art occidental.

À partir des années 1960, il se consacre uniquement à l’art abstrait s’éloignant ainsi définitivement de l’art nihonga. Ce changement coïncide avec ses premières expositions au sein du groupe Gutai, influencé par le surréalisme et l’abstraction.

Suivant le conseil « Ne copie pas, invente quelque chose de nouveau » de son ami Sadamasa Montonaga, le jeune artiste commence à travailler la matière et les différentes textures. La colle vinylique est son medium préféré et en recouvre des toiles de coton qu’il travaille par la suite en insufflant de l’air, créant ainsi des bulles qu’il fait par la suite sécher (Sky-B, 1972).

Peu à peu, il abandonne la couleur qu’il affectionne pourtant (Le développement-A1 — » 69, 1969). Ses œuvres s’épurent et sont exclusivement réalisées en noir et blanc, les associant à la culture japonaise.

Dès 1979, il conçoit des installations créées exclusivement pour des espaces bien précis. Chacune est réfléchie en fonction de sa localisation.

Un graveur hors pair

Aujourd’hui, les œuvres de Takesada Matsutani sont présentes dans des collections aussi bien privées que publiques dans le monde entier. Ayant acquis une renommée internationale, il est exposé au Musée d’Art contemporain de Tokyo, au Guggenheim de Abu Dhabi ou encore au Musée de la ville de Shanghai.

Le centre Pompidou et l’institut national d’histoire de l’art de Paris se sont aussi vu offrir par l’artiste de multiples œuvres.

Le centre Pompidou a notamment consacré une rétrospective du travail de l’artiste en 2019 en mettant à l’honneur son travail en tant que graveur. Étant un des plus jeune membre du groupe Gutai, il a souvent été réduit à l’étiquette de « graveur ». S’il a certes pâti de ce raccourci concernant son travail, il n’en reste pas moins vrai que ses gravures et sérigraphies sont des œuvres majeures de sa carrière d’artiste (Dance 14-2, 2014).

La renommée de Takaseda Matsutani n’est plus à faire. Son travail fait aujourd’hui l’objet de nombreuses expositions individuelles et ses œuvres se vendent au-dessus des estimations. Les prix de vente de ses œuvres varient entre 3 750 euros et 138 110 euros. La moyenne se trouve à environ 37 500 euros.

Estimer et vendre une œuvre de Takesada Matsutani

Si vous possédez une œuvre de Takesada Matsutani ou tout autre objet, sollicitez nos experts et commissaires-priseurs partenaires via notre formulaire en ligne pour obtenir une estimation de votre œuvre. Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre œuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.