EISENSCHITZ

Peintre français, 1889-1974

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une œuvre de Willy Eisenschitz et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre œuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Willy Eisenschitz

Prix d’une peinture signée Willy Eisenschitz en vente aux enchères : 300 – 50 000 €

Prix pratiqué pour un dessin ou une aquarelle : 50 – 5 000 €

Si vous souhaitez faire estimer un objet signé ou attribué à Willy Eisenschitz, nos experts sont à votre disposition pour une expertise gratuite.

Un voyageur européen

Willy Eisenschitz naît en 1889 à Vienne. Il est encouragé par son père, avocat libéral, à suivre sa vocation artistique. Il étudie donc en 1911 à l’Académie des Beaux-Arts de Vienne, qu’il délaisse rapidement puisqu’il se rend à Paris en 1912 pour y travailler. Il séjourne chez son oncle Otto Eisenschitz, collectionneur d’art, et rejoint l’académie de la Grande Chaumière où il rencontre celle qui deviendra sa femme, Claire Bertrand.

Il est interné à Angers en tant que sujet autrichien pendant une majeure partie de la Première Guerre mondiale, dans un camp où ses deux enfants verront le jour.

En 1917, il s’installe à Lucerne en Suisse pour se remettre de la tuberculose qu’il a attrapé. En 1920, sa famille retourne en France, à Paris d’abord puis en Provence où ils s’installent définitivement, contraints par les problèmes de santé du peintre.

En 1935, Willy Eisenschitz est naturalisé français, et dès lors il partage son temps entre le Midi, l’Espagne et le Soudan français, dont il s’inspire systématiquement pour créer. Il meurt en 1974, cinq ans après sa femme. 

Une peinture à la limite du cubisme et de l’impressionnisme

Lorsqu’il découvre la Provence peu de temps après la fin de la Première Guerre mondiale, Willy Eisenschitz est marqué par la beauté du Midi et de sa lumière. Il part à sa conquête de celle-ci dans le sud de la France et en Italie. Grâce à ces voyages, il adopte une peinture extrêmement expressive. À la manière de Paul Cézanne qu’il admire et dont il s’inspire visiblement, il représente les formes géométriques présentes dans la nature avec une gamme de couleurs limitée. Il s’inspire également de paysages plus urbains, notamment celui du canal Saint-Martin à Paris qu’il affectionne particulièrement. 

Willy Eisenschitz crée une œuvre paysagiste qui reste éloignée des nouveaux courants picturaux qui apparaissent à Paris. Il s’inspire pourtant du cubisme dans ses toiles très objectives et géométriques, mais aussi de l’impressionnisme, pour la fugacité des moments qu’il capture et l’émotion qui découle de ses peintures. 

En 1931, il est atteint d’une arthrite qui l’empêche de continuer à exercer la peinture à l’huile. Il se concentre alors sur l’aquarelle grâce à laquelle il réalise des œuvres plus colorées et libérées. 

Un peintre au succès impérissable

Les paysages que Willy Eisenschitz réalise dans les années post-guerre lui confèrent rapidement un statut de peintre talentueux. À Paris, il participe aux Salons et expose dans de nombreuses galeries, notamment celles de Berthe Weill et Joseph Billiet. Bientôt son succès s’étend et ses œuvres se trouvent exposées à Vienne, Londres, en Suisse.

Ses œuvres sont appréciées dans les milieux intellectuels, ce qui pousse des auteurs comme Aldous Huxley et Jean Giono à lui demander d’illustrer leurs ouvrages. L’État français lui commande des œuvres et en 1937 il reçoit la médaille d’or à l’Exposition universelle. 

À un stade plus avancé de sa carrière, notamment après la Seconde Guerre mondiale, il s’éloigne des sphères parisiennes pour être exposé plus particulièrement dans le sud de la France. En 1973, un an avant sa mort, une rétrospective lui rend hommage à la Maison de la culture d’Amiens.

En 2013, une vente importante de ses œuvres a eu lieu à Drouot, où son huile sur toile Autoportrait avec Claire (1937) s’est vendue 39 370 euros et son Village de Mollans (1926) 34 039 euros, bien au-delà des estimations.

Reconnaître la signature de Willy Eisenschitz

Willy Eisenschitz fait partie de ces nombreux artistes qui ne signaient pas la totalité de leurs œuvres. Cependant, un exemple de sa signature vous est présenté ci-dessous afin de vous faire une première idée. Quelques variantes existent : n’hésitez pas à contacter un de nos experts pour authentifier une signature de manière formelle.

Signature Willy Eisenschitz

Expertiser et vendre une œuvre de Willy Eisenschitz

Si vous possédez une œuvre de Willy Eisenschitz ou tout autre objet, sollicitez nos experts via notre formulaire en ligne pour obtenir une estimation ou une expertise. Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre œuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.