YUN

Artiste sino-américain, 1906-1963

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une œuvre de Yun Gee et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre œuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Yun Gee

 

Estimation minimale – maximale

Peinture 4 500 – 8 000 000 €
Dessin 2 500 – 50 000 €

 

Si vous souhaitez faire estimer un objet signé ou attribué à Yun Gee, nos experts sont à votre disposition pour une expertise gratuite.

Peinture Yun Gee

Peinture Yun Gee – In the park – Estimée 90 000 € – 120 000 €

Dessin Yun Gee

Dessin signé Yun Gee – Estimé 10 500 € – 19 000 €

Une vie entre les États-Unis et Paris

Yun Gee naît en Chine dans la ville de Kaiping en 1906. Il y vit jusqu’à ses seize ans avant de partir à San Francisco retrouver son père. Il laisse sa mère en Chine qu’il ne reverra plus. Cette blessure se retrouve dans les œuvres de l’artiste où sa mère est un thème récurrent (Where is my Mother 1926-1927).

Il étudie la peinture et le dessin à l’École des Beaux-Arts de Californie sous l’égide du peintre Otis Oldfield qui devient alors son mentor et son ami.

Une fois diplômé, Yun Gee fréquente la scène avant-gardiste de San Francisco ainsi que la communauté artistique chinoise et notamment le Club des Artistes Révolutionnaires. Il commence à s’intéresser à la politique et son intérêt pour le communisme transparait dans les œuvres datées de cette époque (Man in a red chair 1926).

L’artiste part pour Paris en 1927 où il s’intègre facilement à la scène d’avant-garde. Il expose au Salon des indépendants aux côtés des plus grands noms de l’époque. Sa renommée commence alors à prendre une tournure internationale.

De retour à New York en 1930, Yung Gee y effectue un court séjour du fait de la discrimination raciale à laquelle il doit faire face en période de Grande Dépression.

Après s’être installé à Paris en 1936 où il jouit d’une reconnaissance européenne accrue, il s’enfuit pour les États-Unis en 1939 afin d’échapper au fascisme et à la montée nationaliste de la Seconde Guerre mondiale.

Une fois à New York, il travaille dans une usine et continue à peindre la nuit. Après un divorce difficile, il sombre dans l’alcoolisme.

Des œuvres intimement liées à sa vie 

Yun Gee a une évolution artistique impressionnante au fil de sa vie et des lieux où il habite. Plusieurs périodes peuvent être nettement définies. Chacune de ces périodes contribue à former l’essence même de l’artiste. Il combine les tendances artistiques contemporaines telles que le Surréalisme, le Cubisme, le Fauvisme ou encore le Synchronisme.

Fréquentant les milieux avant-gardistes, il s’inspire beaucoup lors de ses débuts de son mentor Otis Oldfield qui est lui-même influencé par Cézanne (Portrait of Otis Oldfield, 1926).

En parallèle, la fréquentation du Club des Artistes Révolutionnaires l’amène à considérer son art avec une approche spirituelle et intellectuelle. Il aime créer un contraste entre les couleurs chaudes et les couleurs froides, élément caractéristique de son début de carrière à San Francisco (Girl sleeping 1926-1927).

À Paris, il évolue vers un style plus réaliste, très marqué par les influences européennes et asiatiques (The Flute player 1928). Passionné de poésie, il joint des poèmes à ses peintures.

Ses œuvres mêlant alors cubisme et réalismes deviennent plus politiques lors de son retour aux États-Unis. Il s’engage pour son pays d’origine, la Chine comme le montre la fresque murale effectuée dans une rue de New York pour la « Food relief campaign ».

Un artiste témoin de son temps

Ne se limitant pas seulement à la peinture, Yun Gee écrit et s’intéresse à la danse et au théâtre. Il participe à l’écriture de pièces et de représentations comme La générosité de Kuan Chung.

Aujourd’hui, l’artiste s’impose sur le marché de l’art international. Ses œuvres sont prisées du fait qu’elles témoignent d’un lieu et d’un temps précis ce qui les rend très accessibles. Il dépeint notamment le Paris d’avant-guerre dans des œuvres telles que Port Saint Cloud en 1938 ou encore Sorbonne square en 1937.

Fréquentant les milieux artistiques en Amérique et en Europe, Yun Gee offre une galerie de portraits des personnes ayant marqué leur temps ainsi que la vie personnelle de l’artiste. Les tableaux Mme. Gabriel Perreux (1937), Edouard Champion (1936) ou Dr. André Maynard (1942) en témoignent.

Marquant le vingtième siècle, les œuvres de Yun Gee sont très prisées. Ses peintures se vendent à partir de 410 000 euros. Si le prix moyen est de 1 000 000 d’euros pour une peinture de taille moyenne, le prix peut s’élever à 17 000 000 euros. Le style personnel, mais accessible de Yun Gee en fait des œuvres d’une grande valeur et demandées sur le marché de l’art.

Reconnaître la signature de Yun Gee

Yun Gee fait partie de ces nombreux artistes qui ne signaient pas la totalité de leurs œuvres. Cependant, un exemple de sa signature vous est présenté ci-dessous afin de vous faire une première idée. Quelques variantes existent : n’hésitez pas à contacter un de nos experts pour authentifier une signature de manière formelle.

Signature Yun Gee

Expertiser et vendre une œuvre de Yun Gee

Si vous possédez une œuvre de Yun Gee ou tout autre objet, sollicitez nos experts via notre formulaire en ligne pour obtenir une estimation ou une expertise. Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre œuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.