Raphy Dallèves

peintre suisse du XIX-XXème siècle, 1878-1940

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Cote, prix et estimation de l’artiste Raphy Dallèves 

Peinture : 29.100-183.200 €

Dessin : 6.400-64.900 €

Estampe : 30-415 €

Si vous souhaitez faire estimer une œuvre de Raphy Dallèves, nos experts s’en chargent.

L’école de Savièse

Raphy Dallèves est un peintre suisse, considéré déjà de son vivant comme le peintre de l’identité valaisanne. Il se forme à Paris à l’Académie Julian et à l’école des beaux arts avant de rentrer dans son pays natal. Il est rattaché à l’École de Savièse, qui regroupe les artistes de la région autour d’Ernest Biéler. L’essence de ce groupe réside dans leur appartenance locale, leur envie de partager leurs techniques et la volonté d’illustrer, de donner vie en peinture à l’esprit des habitants de la région. Raphy Dallèves rejoint le groupe en 1895.

Il dresse des portraits des habitants du Valais et de ses habitants, ses sujets sur les montagnards du Valais sont saisissants par le regard fier qu’il porte sur eux, les dessins préparatoires et ses œuvres constituent une véritable représentation ethnographique. Au-delà de sa fonction de peintre, il a joué un rôle déterminant dans l’histoire du Musée d’art. Le legs de son atelier à l’État du Valais et à la Ville de Sion est à l’origine de la création du Musée en 1947.

L’évolution du primitif

Sa carrière débute auprès de Joseph Morand qui l’initie à la peinture, au début son style se rapproche du réalisme international de l’époque en réalisant des peintures à l’huile, énergiques et larges. Peintre de genre, il réalise essentiellement des portraits. Proche d’Ernest Biéler il dessine les portraits à sa manière et les compose à la manière de Segantini, les personnages sont au premier plan sur un fond rural ou architectural. Diverses influences se retrouveront dans son œuvre, d’abord la tendance japonisante de l’époque, l’influence des nabis et de l’art décoratif pousseront à l’évolution de sa technique vers une peinture à la tempera. Il recherche la primauté du trait essentiel et définitif, se rapprochant ainsi des maîtres japonais anciens. Ces portraits sont décrits comme « sublimes d’exactitude » par M. Buzzini (Exemple le Berceau 1917).

Le passage à l’adoption de la technique de l’œuf, et l’influence des techniques stylistiques des peintres du Quatrtrocento créent un style graphique rigoureux, avec un minimum de volumétrie. Il adopte par la suite un langage plus primitiviste, il devient d’abord membre de la société des beaux arts de Paris comme les œuvres Le Mulet ou Le Dimanche à Vex. Par la suite il adopte une écriture plus dure et travaille un peu avec la feuille d’or et adopte un rapport à la peinture ancienne Le Berceau. Son œuvre La Nativité (1936) se détache de ses autres œuvres notamment par sa double composition à la fois tableau religieux et scène rurale. Et c’est enfin qu’il devient le peintre du Valaisan, il dresse des portraits des personnes, afin de promouvoir l’esprit valaisant, il y puise son inspiration et y cherche ses modèles.

Les artistes qui pourraient vous intéresser

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Mr Expert en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.