Séraphine De Senlis

Peintre française du XIX-XXème siècle , 1864-1942

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Cote, prix et estimation de l’artiste Séraphine de Senlis

Peinture : 6.000-210.000 €

Si vous souhaitez faire estimer une œuvre de Séraphine de Senlis, nos experts s’en chargent.

Séraphine de Senlis, l’art jusqu’à en perdre la raison

Séraphine de Senlis naît dans un petit village de l’Oise en 1864, orpheline très jeune elle travaille comme domestique avant de se réfugier dans un couvent où s’ancre l’empreinte de la spiritualité religieuse. Lorsque un besoin de plus d’indépendance elle décide d’aller à Senlis et y fait des ménages, travaille comme femme de chambre. C’est aussi dans sa petite chambre qu’elle commence à peindre sur ses meubles, sa vaisselle, des morceaux de cartons, des planches. Autodidacte, c’est au contact de la matière, des couleurs qu’elle commence à peindre des petites natures mortes en faisant ses propres mélanges à base de Ripolin blanc.

Au fur et à mesure que les années passent, elle peint sur des toiles plus importantes, des fruits et des fleurs aux couleurs chatoyantes. Elle entretient un lien avec la nature profond et spirituel qui cristallise sa foi, à travers la nature il y a Dieu. Elle se décrit elle-même comme la « bouquetière de la Vierge », la nature représente sa réalité intérieure, son inspiration mystique nourrit un univers artistique d’une richesse et d’une originalité exceptionnelle. En 1927 elle organise une exposition à Senlis, elle y vend quelques toiles et s’affirme en tant qu’artiste. Elle vivra quelques mois de son art, mais en 1929 s’abat la crise, et ce choc va donner corps à la folie dans laquelle elle sombre. Atteinte de psychose hallucinatoire, elle fait des crises de paranoïa et de folie. Son internement en 1932 à l’hôpital psychiatrique de Clermont-de-l’Oise signe la fin de sa création artistique.

Les primitifs modernes et la bouquetière de la Vierge

Séraphine de Senlis fait une rencontre primordiale dans sa vie, un véritable ange gardien du nom de Wilhem Uhde. Grand collectionneur (de Picasso, Braque, Douanier Rousseau) il repère une de ses œuvres par hasard et stupéfait du talent d’une jeune domestique il la pousse à continuer à peindre et lui apporte un soutien financier en achetant ses tableaux. Le soutien de Wilhem Uhlde est également artistique, il lui fait découvrir les primitifs. Lors de l’une de ses expositions « Les peintres du Cœur sacré », il présentera les œuvres de Séraphine Louis au côté des peintres autodidactes Bauchant, Vivin et Bombois. Whilhelm Uhde refuse le terme « naïf », les peintres primitivistes représentent une remise en cause de l’art savant au profit d’autres cultures, et se veut la défense d’un « génie du cœur et de l’intuition » en opposition à celui « du talent de la raison et de l’intelligence ». Séraphine de Senlis n’est similaire à aucun de ses contemporains, elle n’agit sous aucune influence à part celle de sa connaissance intérieure, de ses convictions intimes c’est une pensée primitive à la source, aux origines de la création. Les motifs récurrents dans sa peinture présentent toujours une nature luxuriante. Ses œuvres sont un hymne à la nature, un éloge vibrant par une composition aux couleurs flamboyantes, lumineuses pour représenter une faune tropicale, paradisiaque.

Œuvres et records de vente

Séraphine Louis, L’arbre de vie, entre 1928 et 1930, Senlis, musée d’Art et d’Archéologie

Séraphine Louis, L’arbre de paradis, vers 1929, Senlis, musée d’Art et d’Archéologie

Les artistes qui pourraient vous intéresser

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Mr Expert en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.