Abraham Gerardus Van Velde

peintre hollandais du XXème siècle, 1895-1981

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Cote, Prix et estimation de l’artiste Abraham Gerardus van Velde

Peinture : 480-540.000 €

Dessin : 1.400-260.000

Estampe : 40-2.100 €

Si vous souhaitez faire estimer une œuvre d’Abraham Gerardus van Velde, nos experts s’en chargent.

De la décoration d’intérieur au Salon des Indépendants

Abraham Gerardus van Velde de son vrai nom, est un artiste peintre et lithographe néerlandais né à Zoeterwoude aux Pays-Bas en 1895. Issu d’une famille dont le père fait faillite, ce dernier abandonne sa famille, la laissant dans une misère économique qui impacte grandement la vie de Bram. Les seuls moments de bonheur qu’il connaît alors lors de son enfance sont ceux liés à l’art et au dessin.

Il commence à travailler dans le domaine des arts lorsqu’il est embauché comme apprenti en 1907 au sein de la firme de décoration intérieure Schaijk & Kramers. Encouragé à persévérer par son patron et son fils collectionneur d’art, ces derniers deviennent ses mécènes jusqu’en 1934. Après la Première Guerre mondiale, il continue dans la peinture et décoration de bâtiments puis intègre le Mauritshuis de La Haye afin d’y copier les maîtres anciens. Van Velde voyage grâce à une rente que lui verse Kramers puis il rejoint un cercle d’artistes expressionnistes de la ville de Worpswede en Allemagne. Il rentre ainsi dans la modernité artistique de son époque. Van Velde part ensuite s’installer à Belleville où il connaît le succès avec plusieurs expositions. Il intègre notamment le Salon des Indépendants de Paris où il expose à de nombreuses reprises jusqu’en 1941 et découvre à cette même période le travail de Matisse et Picasso. Il épouse une artiste allemande, Lilly, qui décède pendant la guerre civile espagnole. Par la suite, il rencontre Marthe Arnaud, qui lui permet de rencontrer son futur ami Samuel Beckett.

Un échec commercial…

Van Velde créer son propre langage graphique en 1939, en réalisant l’une de ses trois gouaches qui caractérisent son œuvre. Épuisé, il arrête de peindre en 1941 et ne reprend qu’en 1945. Il effectue une exposition personnelle l’année suivante qui se caractérise par un échec cuisant pour l’artiste. Il signe néanmoins un contrat avec la célèbre et importante galerie Maeght à Paris 1947 et expose l’année suivante à New York, bien que le succès commercial ne soit toujours pas au rendez-vous. Maeght finit par rompre son contrat avec la galerie en raison des échecs commerciaux accumulés. Van Velde en vient même à arrêter la peinture pendant un an. Il lui faut attendre 1958 avant d’obtenir sa première rétrospective muséale à la Kunsthalle de Berne.

… puis une reconnaissance internationale

À partir de 1961, Van Velde connaît enfin un succès commercial, période au cours de laquelle il enchaîne les expositions. Un film lui étant consacré est réalisé par Jean-Michel Meurice, puis il est nommé chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres en 1964. Les Pays-Bas le récompensent également en lui décernant l’ordre d’Orange-Nassau en 1969. Il reçoit par la suite de nombreuses récompenses. En 1973 il réalise ses fameuses grandes gouaches dans la Chapelle-sur-Carouge, incarnant sa dernière expansion « sauvage » de la couleur.

Les artistes qui pourraient vous intéresser

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Mr Expert en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.