François-Xavier FABRE

Peintre français du XVIIIe et XIXe , 1766-1837

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Cote, prix et estimation de l’artiste François-Xavier FABRE

Prix d’une peinture signée Fabre  : 1 500 – 100 000 €

Estimation d’un dessin ou d’une aquarelle de l’artiste en vente aux enchères : 400 – 5 000€

Si vous souhaitez faire estimer un tableau du peintre, nos experts en tableaux sont à votre disposition pour une expertise gratuite.

La filiation académique

François-Xavier Fabre est né en 1766 au sein d’une famille d’origine modeste. Son éducation classique se fait sur les bancs des Écoles de la société dont les origines remontent à 1779. Sa formation artistique se fait en partie au sein de l’école de dessin de la Société des Beaux-arts de Montpellier.

Considéré comme l’un des artistes les plus prometteurs de son époque, Fabre a très tôt reçu des soutiens artistiques et financiers : de la part de son contemporain, le peintre montpelliérain Jean Coustou, ou encore du trésorier des États du Languedoc, Philippe Laurent de Joubert.

Affilié au mouvement néoclassique ayant pris la suite du style rococo, Fabre s’approprie la peinture de genre historique, s’illustrant dans le même temps pour son appétence au genre du portrait

Il se distingue pour son prix de Rome en 1787, prix récompensant les participants au concours des académies royales et permettant aux jeunes artistes de voyager. Il part ainsi à Rome puis Florence.

À la suite de sa période romaine, le peintre obtient des commandes émanant de l’aristocratie italienne, il y répond en s’affranchissant de ses débuts en apprentissage auprès de Jacques-Louis David. Ses peintures sont toutefois imprégnées du style de son maître. 

Une carrière artistique contrariée

Contrairement aux artistes à l’académie de Rome dont le retour en France est motivé par le ralliement à l’idéologie révolutionnaire dès les années 1793, la fidélité de Fabre à l’égard de l’Ancien régime le conduit à rester en marge de la scène artistique parisienne et à s’installer à Florence en 1793.
Il y connaît une salve de succès, et est encouragé par le soutien de la Comtesse d’Albany dont il devient l’héritier principal à son décès en 1824.

Les hordes révolutionnaires, malgré les commandes prometteuses reçues par le peintre, mettent un frein à cet élan artistique. Après 1798, Fabre privilégie sa passion de collectionneur à sa carrière de peintre, et se consacre à la constitution de sa collection particulière d’art de la Renaissance italienne et artistes contemporains.

Une illustre personnalité

De son vivant, son talent de portraitiste attire les faveurs de la haute société toscane. Le frère de Napoléon, Lucien Bonaparte, passe commande à Fabre d’un portrait en 1808. Le peintre le décline en plusieurs versions, respectivement exposées dans deux grandes institutions : le Museo Napoleonico de Rome, et le Musée Fabre. La dernière appartenant à un collectionneur privé de la région de Naples. 

L’artiste est de retour dans sa ville natale de Montpellier en 1824. Il enclenche dès lors un processus étoffé de donation, en léguant sa collection de peintures et de livres à la ville. À la demande du peintre devenu baron, celles-ci sont destinées à constituer le fonds de l’institution fondée en 1828, et que nous connaissons aujourd’hui. 

À l’heure actuelle le musée Fabre, institution phare de nos provinces, s’attache à valoriser une collection riche et précieuse mettant en regard la création artistique du passé et du présent.

Les artistes qui pourraient vous intéresser

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Mr Expert en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.