KRULL

Photographe allemande, 1897-1985

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une œuvre de Germaine Krull et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre œuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Germaine Krull

Prix des photos de Germaine Krull: 60 – 25 000 €

Si vous souhaitez faire estimer un objet signé ou attribué à Germaine Krull, nos experts sont à votre disposition pour une expertise gratuite.

Une artiste remarquante et remarquée

Germaine Krull a été une pionnière dans les domaines du photomontage d’avant-garde, du livre photographique et du photojournalisme, et elle a embrassé des loyautés à la fois commerciales et artistiques. Née à Wilda — Poznań, en Prusse orientale, en 1897, Germaine Krull a vécu une vie extraordinaire durant neuf décennies sur quatre continents — elle était le prototype de la Neue Frau (Nouvelle Femme) énervée et sexuellement libérée, considérée comme une icône de la modernité et une proche cousin de la garçonne française et du clapet américain. Elle a eu une enfance itinérante avant que sa famille ne s’installe à Munich en 1912. Germaine Krull décéda en 1985, dans une maison de retraite à Wetzlar, en Allemagne, où elle a déménagé suite à un accident vasculaire cérébral.

Elle a étudié la photographie de 1916 à 1918 à la Bayerische Staatslehranstalt für Lichtbildwesen (Institut d’enseignement et de recherche pour la photographie) et a ouvert en 1919 son propre studio de portrait. Son engagement précoce avec l’activisme politique de gauche a conduit à son expulsion de Munich. Puis, lors d’une visite en Russie en 1921, elle fut incarcérée pour son soutien contre-révolutionnaire à la cause de la France libre contre Hitler. En 1926, elle s’installe à Paris, où elle se lie d’amitié avec les artistes Sonia et Robert Delaunay et les intellectuels André Malraux, Jean Cocteau, Colette et André Gide, également sujets de ses portraits photographiques.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, elle a voyagé en Asie du Sud-Est, puis a déménagé en Inde, où, après une vie consacrée à enregistrer certains des bouleversements majeurs du XXe siècle, elle a décidé de vivre en recluse parmi les moines tibétains.

L’entraide entre artistes révolutionnaires

La percée artistique de Germaine Krull commence en 1928, lorsqu’elle fut engagée par le magazine naissant VU, le premier grand hebdomadaire illustré français. Avec les photographes André Kertész et Éli Lotar, elle développe une nouvelle forme de reportage ancrée dans une liberté d’expression et une proximité avec ses sujets qui aboutit à de gros plans intimes, le tout facilité par son petit format Icarette, un appareil photo portable et pliant.

Au cours de cette période, elle a publié le portfolio, Metal (Métal) (1928), une collection de 64 photos de géants du fer modernistes, y compris des grues, des chemins de fer, des groupes électrogènes, le pont transbordeur de Rotterdam et la tour Eiffel, prises en gros plan avec des points de vues hauts et sous des angles vertigineux.

Germaine Krull a participé à l’influente exposition Film und Foto, ou Fifo, (1929–30), qui était accompagné de deux livres, Foto-Auge (Photo-Eye) de Franz Roh et Jan Tschichold et Es kommt der neue Fotograf ! (Voici le nouveau photographe !). Fifo a marqué l’émergence d’une nouvelle théorie critique de la photographie qui a placé Germaine Krull à l’avant-garde de la photographie Neues Sehen ou Neue Optik (New Vision), une nouvelle direction enracinée dans l’exploration complète des possibilités techniques du médium photographique à travers une profusion d’objectifs non conventionnels, ainsi que de techniques de base et de chambre noire.

Des œuvres toujours d’actualités 

De nos jours, les archives de Germaine Krull sont conservées au Museum Folkwang d’Essen, en Allemagne. De plus, certaines de ses œuvres sont disponibles sur des sites internets dédiés aux archives. C’est le cas par exemple, avec la collection numérique du Detroit Public Library Digital Collection qui abrite un portrait de la chanteuse Adélaïde Hall, réalisé par Germaine Krull et daté de 1929, photographié lors de la résidence Blackbirds au Moulin Rouge, Paris.

D’autre part, les œuvres de Germaine Krull ont été mises aux enchères à plusieurs reprises, avec des prix réalisés allant de 20 dollars à 50 000 dollars, selon la taille et le support de l’œuvre.

Reconnaître la signature de Germaine Krull

Germaine Krull fait partie de ces nombreux artistes qui ne signaient pas la totalité de leurs œuvres. Cependant, un exemple de sa signature vous est présenté ci-dessous afin de vous faire une première idée. Quelques variantes existent : n’hésitez pas à contacter un de nos experts pour authentifier une signature de manière formelle.

Signature Germaine Krull

Expertiser et vendre une œuvre de Germaine Krull

Si vous possédez une œuvre de Germaine Krull ou tout autre objet, sollicitez nos experts via notre formulaire en ligne pour obtenir une estimation ou une expertise. Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre œuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.