IBELS

Peintre, dessinateur, graveur et affichiste libertaire français, 1867-1936

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une œuvre de Henri-Gabriel Ibels et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre œuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Henri-Gabriel Ibels

Prix d’une peinture signée Henri-Gabriel Ibels en vente aux enchères : 400 – 45 000 €

Estimation moyenne pour un multiple (lithographie, estampe, gravure…) : 30 – 20 000 €

Prix pratiqué pour un dessin ou une aquarelle : 50 – 8 000 €

Si vous souhaitez faire estimer un objet signé ou attribué à Henri-Gabriel Ibels, nos experts sont à votre disposition pour une expertise gratuite.

Le Nabi anarchiste

Henri-Gabriel Ibels est un artiste aux facettes multiples connu pour son travail de peintre, dessinateur, graveur et affichiste. Né le 30 novembre 1867 à Paris, il se décide assez tôt à une carrière artistique et intègre l’École des arts décoratifs, qu’il quitte en 1887 pour intégrer l’école Jullian. C’est dans cette école qu’il rencontrera Paul Sérusier ainsi que d’autres futurs membres des « Nabis ». Ce mouvement symboliste et postimpressionniste fondé par Sérusier cherche à se libérer des injonctions au réalisme. Ses membres prennent des surnoms reprenant le nom de leur groupe et Henri-Gabriel Ibels prend celui de « nabi journaliste » du fait de son goût pour l’illustration de presse, les affiches et le dessin.

L’artiste est fortement influencé par la vie sociale et populaire, celle des cafés concerts, du cirque ou des rings de boxe. Ceci caractérisera une seconde facette de sa vie, car alors qu’il s’éloigne des nabis, Henri-Gabriel Ibels s’intéresse de plus en plus à la question sociale. Il finit même par être un auteur connu dans le mouvement anarchiste et participe à plusieurs journaux importants du mouvement comme le Père Peinard ou L’Escarmouche. Il sera également illustrateur pour l’Assiette au beurre. L’homme s’engage également très tôt dans la lutte en faveur de Dreyfus et participe à l’agitation en sa faveur notamment à travers le journal Le Sifflet.

Un homme entre deux mondes

On peut voir dans le goût de Henri-Gabriel Ibels pour le dessin, la lithographie ou l’affiche un reflet de ses convictions libertaires. En effet à travers ces œuvres populaires dans tous les sens du terme, il peut à la fois produire un travail qui s’inscrit dans son temps, qui s’engage, mais qui est aussi accessible à tous. Loin d’être un artiste de salon, le « nabi journaliste » semble avoir mérité son surnom.

C’est dans la lithographie que Ibels excelle particulièrement ; ses travaux cernés d’un large trait noir marquent son goût particulier pour le travail sur la silhouette. Parmi ses thèmes favoris, on trouve les habitués des cafés-concerts, de toutes classes sociales et origines, de l’ouvrier au bourgeois. Cependant il n’oublie jamais de dépeindre les injustices sociales qu’il perçoit ; ainsi son goût pour le cirque s’attache souvent à en dépeindre les coulisses plus que la scène. Henri-Gabriel Ibels se sent proche des classes populaires et des opprimés dont il partage les difficultés financières.

L’artiste, la forme et le fond

Parmi ses œuvres les plus célèbres, on trouve la série d’affiches produites pour le chansonnier Mévisto. Sa lithographie en couleur promouvant la chanson « Cœur meurtri » en 1892 sort notamment du lot. Au cours de l’affaire Dreyfus la patte de l’artiste se tourne néanmoins davantage vers le travail de satiriste. Il se fait remarquer pour ses caricatures d’Esterhazy, qu’il connaissait personnellement. Il exagère la silhouette décharnée de son modèle en cherchant à lui donner une allure agressive d’oiseau de proie. On peut en voir un exemple dans la couverte du Cri de Paris du 10 juillet 1898.

Henri-Gabriel Ibels continuera sa carrière d’illustrateur jusqu’à sa mort le 31 janvier 1936 à Paris. Aujourd’hui son œuvre hétéroclite et populaire peut se trouver à des prix de vente relativement modestes. Ainsi, son dessin au pastel « Les acrobates de rue » a été adjugé au prix de 580 euros en avril 2017, à la maison de ventes aux enchères de l’hôtel Drouot.

Reconnaître la signature de Henri-Gabriel Ibels 

Henri-Gabriel Ibels fait partie de ces nombreux artistes qui ne signaient pas la totalité de leurs œuvres. Cependant, un exemple de sa signature vous est présenté ci-dessous afin de vous faire une première idée. Quelques variantes existent : n’hésitez pas à contacter un de nos experts pour authentifier une signature de manière formelle.

Expertiser et vendre une œuvre de Henri-Gabriel Ibels

Si vous possédez une œuvre de Henri-Gabriel Ibels ou tout autre objet, sollicitez nos experts via notre formulaire en ligne pour obtenir une estimation ou une expertise. Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre œuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.