HOSIASSON

Peintre français d'origine ukrainienne, 1898-1978

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une œuvre de Philippe Hosiasson et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre œuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Philippe Hosiasson

Prix d’une peinture signée Philippe Hosiasson en vente aux enchères : 300 – 8 000 €

Estimation moyenne pour un multiple (lithographie, estampe, gravure…) : 30 – 100 €

Prix pratiqué pour un dessin ou une aquarelle : 60 – 1 800 €

Si vous souhaitez faire estimer un objet signé ou attribué à Philippe Hosiasson, nos experts sont à votre disposition pour une expertise gratuite.

Un peintre d’origine ukrainienne au talent rapidement reconnu

Philippe Hosiasson (1898-1978) est originaire de la ville d’Odessa en Ukraine. Fils de commerçants, il voyage dès l’âge de 12 ans à Berlin où il rencontre des peintres avant-gardistes. Sa passion pour le dessin commence extrêmement jeune et se poursuit dès 1912, quand il suit des cours à l’École des Beaux-Arts d’Odessa. Il étudie également le droit et l’histoire de l’art à l’université de la ville. 

En 1920, son université l’envoie à Rome. Il est immédiatement fasciné par les palais romains et ne cesse de dessiner l’environnement qui l’entoure, aussi bien les vestiges que les habitants. Il y rencontre notamment André Derain, le peintre français qui fait partie des fondateurs du fauvisme et qui travaille alors pour les Ballets de Diaghilev en tant que peintre des décors et des costumes. En 1922, il s’inspire de ce travail pour son nouveau projet : il est lui aussi décorateur de Ballets Russes, pour une représentation de Boris Romanov, danseur et chorégraphe russe. 

Il emménage à Paris en 1924 et devient français en 1928. Il adhère dès lors au groupe des néo-humanistes fondé en 1930 par Waldemar George, critique d’art et essayiste d’origine polonaise, groupe dont nous parlerons plus en détail ci-dessous. En 1937, il reçoit une commande de taille, la décoration du pavillon de la Martinique pour l’Exposition internationale de Paris.

La Seconde Guerre mondiale est un moment douloureux pour lui. Il est d’abord gravement blessé lors de sa mobilisation en 1939 puis passe les années d’Occupation entre Toulouse, Marseille et Nice. Dans les années d’après-guerre, il peint des toiles d’un nouveau style, qui se rapproche de l’expressionnisme abstrait. Sa renommée devient alors de plus en plus importante, et il commence à exposer à New York au côté de grandes figures telles que Rothko, Noland et Newman. Il meurt à Paris en 1978, auréolé d’un certain succès. 

Des influences et un style qui évoluent

Philippe Hosiasson est un peintre de l’École de Paris. On entend par cette dénomination le groupe qui englobe l’ensemble des artistes installés à Paris au début du XXe siècle, dont énormément sont étrangers. La communauté juive très développée dans ce groupe — près de cinq cents membres — a largement participé à l’émancipation juive de l’entre-deux-guerres. Au-delà de Paris, ce contexte cosmopolite se retrouvait à l’époque dans la plupart des grandes villes européennes telles que Vienne, Berlin et Paris. Ce mouvement atteindra d’ailleurs son apogée en 1930 : les peintres en question se défont peu à peu de leur statut de marginaux et voient leurs opportunités se multiplier. Un déclin relatif se fait ressentir à la fin des années 1930, avant que les déportations et autres terribles exactions de la Seconde Guerre mondiale ne finissent par mettre un terme définitif à ce mouvement d’émancipation.

Les influences et les styles de Philippe Hosiasson ont évolué dans le temps. En effet, il s’est d’abord rapproché du groupe des néo-humanistes auprès de Léon Zack, un mouvement qui revient à la source de l’Occident latin et à un humanisme christianisant. Après la Seconde Guerre mondiale, il se rapproche progressivement de l’expressionnisme, un courant central de l’Allemagne de l’époque. Ce mouvement consiste à déformer les formes figuratives au point où on atteint l’abstraction, traduisant ainsi le pessimisme de l’auteur sur le monde qui l’entoure, particulièrement après avoir subi les horreurs de la Seconde Guerre mondiale. 

Une renommée très importante d’où une cote élevée

Aujourd’hui, on peut retrouver les œuvres dans de nombreux musées français, mais également à l’international. Cette reconnaissance explique sa cote relativement importante. Ainsi, la toile The Water Traps d’un format de 64 x 51 cm et datée de 1959 a été vendue 3250 euros chez Christie’s en 2016.

Reconnaître la signature de Philippe Hosiasson

Philippe Hosiasson fait partie de ces nombreux artistes qui ne signaient pas la totalité de leurs œuvres. Cependant, un exemple de sa signature vous est présenté ci-dessous afin de vous faire une première idée. Quelques variantes existent : n’hésitez pas à contacter un de nos experts pour authentifier une signature de manière formelle.

signature philippe hosiasson

Expertiser et vendre une œuvre de Philippe Hosiasson

Si vous possédez une œuvre de Philippe Hosiasson ou tout autre objet, sollicitez nos experts via notre formulaire en ligne pour obtenir une estimation ou une expertise. Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre œuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.