Raoul UBAC

Photographe, peintre et sculpteur belge, 1910-1985

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une œuvre de Raoul Ubac et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre œuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Raoul Ubac

Estimation moyenne pour un multiple (lithographie, estampe, gravure…) : 25 – 3 500 €

Prix pratiqué pour un dessin ou une aquarelle : 75 – 15 000 €

Cote de l’artiste pour une sculpture :  300 – 20 000 €

Prix des photos : 80– 60 000 €

Si vous souhaitez faire estimer un objet signé ou attribué à Raoul Ubac, nos experts sont à votre disposition pour une expertise gratuite.

L’éveil à l’art par le surréalisme

Raoul Ubac est le nom d’artiste du photographe, peintre, graveur et sculpteur belge né le 31 août 1910. Sous son vrai nom Rudolf Gustav Maria Ernst Ubach, l’enfant passe ses premières années entre Cologne et Francfort avant que sa famille s’installe à Malmedy, canton récemment rattaché à la Belgique.

Il semble que la découverte de sa vocation ait eu lieu lors d’un voyage à Paris en 1929, un professeur lui aurait passé subrepticement le premier Manifeste du surréalisme d’André Breton. Il s’installe à Paris l’année suivante, s’inscrit à la Sorbonne et commence à fréquenter le milieu surréaliste et les ateliers de Montparnasse. Ubac commence à prendre ses premières photos lors de voyage à pied à travers l’Europe, notamment des assemblages de pierre qu’il réalise.

En 1934 Ubac publie avec Camille Bryen un recueil de poème et de photographies sous le nom de Raoul Michelet. Il participera à l’Exposition internationale du surréalisme en 1935 à La Louvière sous le même pseudonyme. Durant toute cette période, il continue à participer aux activités et expositions du milieu surréaliste. Ubac semble arrête la photographie après la Seconde Guerre mondiale, s’éloigne peu à peu du milieu surréaliste et se tourne vers le dessin à la plume puis vers la peinture. Son œuvre s’oriente alors vers un style non figuratif. Il réalisera également des vitraux et bas-reliefs, gravures et lithographies. Il s’éteindra dans sa maison-atelier de Dieudonne dans l’Oise le 24 mars 1985.

Fin de la guerre, fin d’une époque

Raoul Ubac a expérimenté de nombreuses techniques et s’est apparenté à plusieurs styles, écoles graphiques et artistiques. Dans sa période surréaliste, on le voit utiliser divers procédés photographiques ; association des négatif, surimpression et solarisation, superposition ou décalage du négatif et du positif. Ces techniques lui permettent de donner une impression de pétrification, fumage, brûlage, soufflage ou voilage de la photographie. Ces techniques sont notamment utilisées dans la série de clichés Le Combat de Penthésilée. Le photomontage est aussi régulièrement pratiqué par Ubac. Parmi les surréalistes Otto Freundlich et Camille Bryen seront certainement ceux qui auront le plus d’influence sur Ubac.

La fin de la guerre sonne la fin des photographies de l’artiste et son orientation vers un travail non figuratif. Ce serait Jean Lescure qui l’aurait introduit à ses amis et notamment Bazaine. Ces derniers auraient eu une forte influence sur son travail des formes et de couleurs. Dans cette même période, il se lance dans l’art monumental qu’il ne cessera de pratiquer durant toute sa vie. Il sera souvent décrit comme appartenant à cette école informelle d’artistes qu’on appelle l’École de Paris.

Centralité de la photographie

Le Combat de Penthésilée est sans doute le travail le plus connu de Raoul Ubac. Cette série de photographies a été prise entre 1936 et 1940. Le mélange des techniques produit un effet relativement marquant sur ces épreuves gélatino-argentiques. Une des techniques phares de cette série est la solarisation, une réexposition du négatif à la lumière au cours de son développement. Cet effet produit un effet de flou et une atmosphère éthérée dans son cliché. En 2013 un tirage argentique de 1937 provenant de ce cycle et intitulé Le Combat a été adjugé 31 250 euros à Sotheby’s Paris. Il s’agit du record pour une photographie de cette série de clichés de Ubac dont les prix oscillent généralement autour de 10 000 euros.

Le travail de gravure et de sculpture des ardoises est parfois oublié chez Ubac, mais ces productions sont d’une grande qualité et trouvent souvent leur public. Ainsi en 2012, une ardoise de 32 par 29 cm était adjugée à 10 880 euros. La diversité des productions de l’artiste fait qu’on trouve sa signature sur des œuvres aussi diverses qu’un vitrail ou un paravent, dans des styles parfois très différents qui participent tous à démontrer le talent de Raoul Ubac.

Reconnaître la signature de Raoul Ubac 

Raoul Ubac fait partie de ces nombreux artistes qui ne signaient pas la totalité de leurs œuvres. Cependant, un exemple de sa signature vous est présenté ci-dessous afin de vous faire une première idée. Quelques variantes existent : n’hésitez pas à contacter un de nos experts pour authentifier une signature de manière formelle.

Expertiser et vendre une œuvre de Raoul Ubac

Si vous possédez une œuvre de Raoul Ubac ou tout autre objet, sollicitez nos experts via notre formulaire en ligne pour obtenir une estimation ou une expertise. Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre œuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.