Le journal

Toute l'actualité de Mr Expert et du marché de l'art

Vous avez des questions ?

Comment vendre une peinture persane ?

Vous avez en votre possession une peinture persane et souhaitez-en connaître la valeur ? Retrouvez les conseils de nos experts dans cet article pour distinguer plus facilement une peinture persane !

Origine de la peinture persane

Les miniatures persanes sont généralement considérées comme les meilleures miniatures de toutes les petites peintures produites dans les pays du Moyen-Orient. Leur origine est généralement retracée aux œuvres artistiques de l’Empire Sassanide qui régnait sur la région où se trouve aujourd’hui l’Iran moderne de 224 à 651 après J.-C. L’art de cet empire préislamique incorporait des thèmes persans très anciens avec des techniques et des motifs hellénistiques et chinois plus récents. Ces derniers ont été introduits au Moyen-Orient à la suite des invasions mongoles du XIVe siècle ; on trouve donc dans les miniatures persanes des bêtes mythiques qui ressemblent beaucoup à celles des dessins chinois.

Exemple d’une peinture persane

L’apogée de la miniature persane a duré du XIIIe au XVIIe siècle. La première des « écoles de peinture » qui s’est développée était à Herat dans l’Afghanistan actuel, surtout dans la période qui a suivi la conquête de la ville par le célèbre Tamerlane en 1380 jusqu’à ce qu’elle tombe aux mains des tribus turques Karakoyunlu vers le milieu du XVe siècle. Plus tard, à l’époque des Safavides, des écoles ont été créées à Tabriz et à Ispahan entre 1501 et 1722, cette dernière étant la plus importante des deux villes. Les écoles se sont développées principalement sous le contrôle des dirigeants de l’empire et ont pu, dans une large mesure, se libérer de l’influence chinoise.

Caractéristiques des tableaux persan

Il s’agit principalement de dessins géométriques identifiés comme des motifs à l’échelle, des rayures et des épées. Ils utilisaient de l’hématite, de la limonite et du carbone pour le rouge, le jaune, le noir et le gris sur un plâtre blanc, recouvert d’un plâtre plus épais et plus foncé.

De fines décorations de céramiques ont été découvertes à Lorestan, Sialk et dans d’autres sites archéologiques. Dans les régions septentrionales de l’Euphrate, à l’époque parthe, on a découvert des peintures murales représentant des scènes de chasse. À l’époque achéménide, les peintures ont des proportions parfaites et des couleurs d’une grande beauté. Dans la période entre 840 et 860 av. J.-C., dans le désert de Torfan, dans la province du Turkestan chinois, ont été découvertes des peintures anciennes.

Exemple d’une scène de chasse

L’art figuratif en Islam n’est pas seulement toléré chez les musulmans chiites et donc principalement en Iran et plus spécifiquement pour la Miniature. Lorsque la dynastie des Safavides est arrivée au pouvoir au 16e siècle, l’Iran était sunnite. L’interdiction islamique de la représentation humaine et figurative s’applique uniquement à l’image de la divinité et aux lieux de prière, et non aux images réalisées à des fins décoratives. L’Islam ne voulait donc pas décourager la créativité des artistes ; avec la calligraphie, la stylisation et l’abstraction, l’artiste a pu décrire les valeurs spirituelles de l’homme.

Exemple d’une peinture persane

Estimer et vendre une peinture persane

La valeur d’un tableau persan varie selon de nombreux critères, et certains détails jouant sur le prix sont seuls connus par les experts. Pour certains modèles, il est possible de les vendre au-delà 5000 euros. Il est important de réaliser une expertise de qualité avant de proposer à la vente un tableau persan. Le marché étant complexe et fluctuant, notamment en fonction des aléas géopolitiques, nous vous conseillons de vous rapprocher d’un expert pour estimer l’oeuvre et la vendre au meilleur prix possible.

Partager l'article sur :