Le journal

Toute l'actualité de Mr Expert et du métier de l'expertise

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Qu’est-ce la peinture orientaliste et qui sont les peintres orientalistes ?

Dans le domaine des beaux-arts, le terme « peinture orientaliste » désigne la représentation de personnes ou de lieux en Grèce, en Turquie, en Afrique du Nord ou au Moyen-Orient, par des peintres occidentaux. Bien que cette forme d’orientalisme trouve ses racines dans l’art de la Renaissance, elle a gagné en popularité auprès des collectionneurs et des critiques d’art au début du XIXe siècle en raison de l’atmosphère romantique qui prévalait alors.

Le catalyseur de cet orientalisme fut l’invasion de l’Égypte par Napoléon en 1798, qui suscita un intérêt considérable pour la région et sa culture. C’est ainsi qu’un certain nombre de peintres (français pour la plupart) se sont rendus en Afrique du Nord, dans le Levant et au Moyen-Orient, où ils ont produit une variété de peintures de genre et d’études sur la vie quotidienne, sur fond de mosquées, de bazars, de souks et d’autres lieux publics.

Apparition de la peinture orientaliste en réponse à une curiosité pour le Proche-Orient

Des peintures avec des figures et des scènes du Moyen-Orient apparaissent dans la peinture du début de la Renaissance et, en particulier, la peinture vénitienne, par des artistes tels que Gentile Bellini (1429-1507), et d’autres.

Le génie baroque néerlandais Rembrandt (1606-69) est également associé à ces peintures, tandis que l’opulence dissolue des scènes de harem du Levant fait appel à l’esthétique érotique de l’art rococo du XVIIIe siècle, popularisée par François Boucher (1703-70). Mais si l’orientalisme en soi n’était pas nouveau, il était rarement vu. L’art chrétien, avec ses scènes du Moyen-Orient tirées de la Bible, était en quelque sorte orientaliste. La plupart d’entre elles représentent des paysages italianisants (Rest on the Flight into Egypt, 1520, de Joachim Patenier) et des personnages d’allure européenne (Discovery of the Young Moses, 1580, de Paolo Veronese) dans un style idéal. Le seul geste en faveur de l’orientalisme moyen-oriental ou levantin était le minaret, le turban ou le chapeau de style turc (Saint Marc prêchant à Alexandrie, 1505, par Gentile Bellini).

En termes simples, l’orientalisme du XIXe siècle a satisfait une curiosité publique pour le Proche-Orient à la suite de la campagne militaire française en Égypte et de la publication par le gouvernement français en 1809 de la « Description de l’Égypte » (1809-22), en 24 volumes, illustrant la géographie, l’architecture et les coutumes sociales d’Afrique du Nord égyptienne. Bien sûr, certaines des premières peintures orientalistes n’étaient rien d’autre que de la propagande culturelle en faveur de l’impérialisme français, dépeignant l’Orient comme un lieu d’arriération, agréablement renforcé par la domination française. Un exemple typique est Napoléon dans la Maison de la peste à Jaffa (1804, Louvre, Paris) par l’artiste napoléonien officiel Antoine-Jean Gros (1771-1835), qui n’a même jamais quitté les côtes de France, sans parler de la Palestine ravagée par la peste.

Malheureusement, certaines peintures étaient délibérément salaces, jouant sur les fantasmes érotiques des collectionneurs d’art et du public. Cette tendance est illustrée par l’œuvre sordide The Snake Charmer (1879, Clark Art Institute, Massachusetts) de Jean-Leon Gerome, dans laquelle un groupe d’hommes assis par terre regarde un jeune charmeur de serpent nu, sur un fond éblouissant de tuiles islamiques qui font scintiller le tableau de bleu et d’argent. En même temps, Gérôme était capable de produire un chef-d’œuvre absolu tel que sa Prière dans la mosquée (1871, Metropolitan Museum of Art, New York).

On pourrait aussi dire qu’en plus de leur contenu érotique, les peintures orientalistes de harem évoquent une existence cultivée et dorlotée à laquelle aspirent de nombreux Occidentaux, un peu comme les peintures « romaines » populaires de Lawrence Alma-Tadema (1836-1912), telles que Le Tepidarium (1881, Lady Lever Art Gallery, Port Sunlight). Quoi qu’il en soit, le goût pour l’art islamique et les motifs orientaux a trouvé sa place dans l’art décoratif de nombreuses maisons en Angleterre et en France, comme en témoigne l’art de la mosaïque chez l’orientaliste Frédéric Leighton (1830-1896).

Reconnaissance au Salon de Paris 

La peinture orientaliste est la bienvenue au Salon de Paris : en effet, elle a eu un fort impact sur la peinture française de l’époque, attirant un intérêt particulier des gardiens de l’art académique à l’Académie française et à la Royal Academy de Londres, où l’orientalisme est devenu pratiquement un genre indépendant de l’art Victorien, en raison de sa popularité auprès du public.

Parmi les peintres qui se sont rendus à l’étranger pour embrasser l’idiome, citons le grand artiste romantique Eugène Delacroix (1798-1863), l’académicien Jean-Leon Gerome (1824-1904), le préraphaélite William Holman Hunt (1827-1910) et David Wilkie (1785-1841). Après avoir prospéré pendant 70 ans ou plus, l’art orientaliste a commencé à perdre son emprise sur l’imagination du public dans les années 1880. La fondation de la Société des peintres orientalistes, fondée à Paris en 1893, en est la pierre tombale. Les critiques postcoloniaux ont depuis qualifié l’« orientalisme » de propagande condescendante et culturellement trompeuse. Malgré cela, elle offre aux artistes romantiques une foule de nouveaux sujets à peindre ainsi que de nouvelles formes de lumière et de couleurs pour égayer les expositions les plus ennuyeuses.

Un renouveau pour l’art biblique

L’orientalisme a également stimulé un nouveau type d’art biblique détaillé et réaliste, incluant de nouvelles versions de scènes de la vie de Jésus et de ses disciples. Cette évolution est bien illustrée par l’art religieux de l’école itinérante russe, qui comprend des chefs-d’œuvre tels que : Le Christ et la femme prise à l’adultère (1887, Musée russe, Saint-Pétersbourg) par Vassili Polenov (1844-1927) ; et l’éducation de la fille de Jaïrus (1871 ; Musée national russe, Saint-Pétersbourg) par Ilya Repin (1844-1930). Ce type de réalisme détaillé fait particulièrement appel à l’esthétique protestante de la fidélité à la nature, illustrée par des peintures comme The Finding of Christ in the Temple (1860 ; Birmingham Museum & Art Gallery) et The Miracle of the Holy Fire (1899, Fogg Art Museum) de William Holman Hunt de la Confrérie Pré-Raphaélite.

Parmi les artistes qui ont voyagé dans le Levant et en Afrique du Nord, beaucoup ont opté pour la peinture en plein air, bien que cela soit devenu beaucoup plus pratique après l’invention du tube de peinture pliable en étain en 1841 par le peintre américain John Rand — un événement qui a eu un impact significatif sur le développement du paysage impressionniste avec son objectif de capturer la lumière instantanée sur une scène.

Les artistes irlandais qui ont voyagé au Moyen-Orient étaient tous des peintres de plein air. Ils sont inclus : Nathaniel Hone le Jeune (1831-1917), l’un des premiers Irlandais à peindre en Égypte dans les années 1870 ; Aloysius O’Kelly (1853-1941), qui suivit dans les années 1880 ; et Henry Jones Thaddeus (1859-1929), qui séjourna en Algérie en 1885.

Partager l'article sur :

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Mr Expert en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.