Le journal

Toute l'actualité de Mr Expert et du marché de l'art

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Entretenir et restaurer un tableau ancien

Vous disposez d’un tableau et vous souhaitez le faire restaurer ? Dans cet article, Mr Expert vous partage les principaux éléments pour entretenir ou restaurer une peinture ancienne. Nous aborderons les trois interventions les plus courantes lorsqu’on parle de restauration de tableaux anciens : le nettoyage, la reprise d’anciennes restaurations et les dommages liés aux accidents ou aux conditions de conservation de la peinture.

En préambule, il convient également de préciser qu’il est fortement recommandé de consulter un spécialiste de la restauration d’œuvres et d’objets d’art afin de savoir si une intervention d’entretien ou de restauration est nécessaire.

Nous avons rédigé cet article suite aux interviews d’Alice Panhard et Fleur Foucher, toutes deux restauratrices-conservatrices de tableaux, et que nous remercions vivement.

Pourquoi faire restaurer son tableau ?

Faire restaurer son tableau peut être une intervention d’entretien pour conserver son œuvre à long terme, dans l’optique d’une vente ou suite à l’apparition d’un dommage.

Chez les restaurateurs, les demandes touchent généralement trois sujets : le nettoyage, la reprise d’anciennes restaurations, et les dégâts liés à des chocs (déformations, trous, déchirures, écaillement…).

Le nettoyage des tableaux

Au fil des années, la qualité picturale d’un tableau peut évoluer avec l’apparition de salissures dues à des dépôts de nouvelles matières ou l’altération des matériaux de composition du tableau. Pour ce type de cas, la solution recommandée est de faire nettoyer le tableau par un professionnel dit « restaurateur de tableaux ». Cette opération est réputée simple et peu risquée pour l’œuvre.

Qu’est-ce que le décrassage d’une peinture ?

Le décrassage d’un tableau est une intervention simple et douce qui consiste à enlever la crasse déposée naturellement au fil du temps en surface du tableau. Il peut s’agir de suie, poussière, dépôt de cigarette ou toute autre pollution.

Lors du décrassage, les restaurateurs utilisent des méthodes peu invasives qui n’entrent pas en contact avec la couche picturale ; l’intervention est quasiment sans risque pour le tableau.

Quant aux tableaux vernis, qui ont tendance à avoir une matière picturale qui accroche la crasse, un décrassage peut être réalisé de manière préventive et régulière.

Alléger un vernis qui aurait jauni l’aspect du tableau

Il est courant que le vernis d’un tableau ait jauni ou se soit opacifié avec le temps. Un restaurateur pourra alors réaliser un allègement de vernis en affinant la couche de vernis, sans toucher la couche picturale, afin de rétablir l’aspect visuel du tableau.

Cette opération est beaucoup plus technique que le décrassage et peut présenter quelques risques pour le tableau. En effet, les solvants utilisés pour enlever le vernis sont proches de ceux pour solubiliser la peinture. C’est pourquoi les restaurateurs testent en amont leurs mélanges sur des échantillons de surface de la peinture à traiter afin d’éviter les effets indésirables sur la couche picturale.

tableau ancien sale vernis jaune
Détail d’un tableau en cours d’allègement de vernis (Alice Panhard)

Un tableau ancien verni peut avoir accumulé de la crasse en surface et son vernis peut également s’être altéré : il faudra alors coupler un décrassage et un allégement du vernis.

La reprise d’anciennes restaurations

La reprise d’anciennes restaurations concerne une grande partie du travail des restaurateurs de peinture puisque la plupart des tableaux anciens ont déjà subi des interventions.

La reprise des restaurations consiste à modifier, voire supprimer, des interventions antérieures qui ont un effet néfaste sur la peinture. Il existe deux principales raisons pour revenir sur une ancienne restauration : les anciennes restaurations fragilisent le tableau ou les restaurations antérieures altèrent l’aspect visuel du tableau.

Les restaurations antérieures fragilisent le tableau

Les restaurations, si mal exécutées ou non adaptées, peuvent fragiliser le tableau plus qu’elles ne le préservent. C’est souvent le cas pour les restaurations très anciennes, où les matériaux utilisés étaient moins finement choisis et souvent non adaptés aux spécificités du tableau. Ces matériaux peuvent, par exemple, être plus durs, et créer des tensions sur la toile, ce qui génère in fine des craquelures.

La technique et la doctrine des restaurateurs de peinture ayant beaucoup évolué au cours du siècle dernier, il peut être intéressant de se rapprocher d’un restaurateur afin de faire le point sur les anciennes restaurations effectuées sur votre peinture.

Les anciennes restaurations qui altèrent l’aspect visuel du tableau

Il arrive que des restaurations vieillissent mal avec le temps, notamment en raison d’une altération des matériaux ou à cause des conditions de conservation (phénomènes de rétractation de la toile, changement de teintes, relâchement, etc). Ces altérations peuvent générer un décalage chromatique avec le reste du tableau et ainsi être trop visibles.

Dans ce cas, il est possible de confier son tableau à un restaurateur. Ce dernier prendra le soin d’identifier les restaurations antérieures dites « débordantes » et donc trop visibles, qui peuvent obstruer l’œuvre originale, voire la dénaturer.

L’utilisation de la lumière ultraviolette pour identifier les repeints

Pour distinguer les couches repeintes des couches originales, le restaurateur utilise la lumière ultraviolette qui lui permet d’examiner précisément la surface peinte et d’identifier rapidement les retouches. En effet, chaque composition chimique a sa propre fluorescence : en fonction de la couleur jaunâtre, bleuâtre ou verdâtre observée, le professionnel est capable d’en déduire l’époque et la matière utilisée pour les retouches.

Cette utilisation de la lampe de Wood peut aussi permettre de déceler des points plus sombres qui correspondent aux zones originales du tableau. C’est notamment grâce à cette technique que les experts en authentification peuvent déterminer le pourcentage du niveau de restauration d’une œuvre.

Éthique du restaurateur : distinguer l’original de la retouche

Dans le cadre de la restauration d’un tableau, il est important de préciser que le restaurateur doit analyser le tableau afin de distinguer l’œuvre originale. Les méthodes utilisées doivent alors être réversibles ; par exemple, pour restaurer une peinture à l’huile, des peintures plus solubles seront utilisées afin qu’elles soient facilement identifiables. Le choix des méthodes de restauration et les matériaux est aussi réalisé selon leur stabilité dans le temps.

La restauration des dommages liés à des accidents ou aux conditions de conservation de la peinture

Un tableau peut être sujet à de nombreux accidents (chocs, chutes…), notamment lors du transport ou dus aux conditions de présentation et de conservation (cadre non adapté, dégâts des eaux…).

Les accidents de la vie d’un tableau peuvent endommager la peinture ou la toile (trous, déchirures, déformations), il en est de même pour les conditions de conservation, qui peuvent également favoriser les dommages (gondolement de toile, soulèvements de la couche picturale, développement de moisissures).

Ces dommages nécessitent des interventions de restauration pour stabiliser l’état de l’œuvre et le rétablir : remise en tension de la toile, rentoilage, parquetage, sutures, traitement des moisissures…

Nous remercions très sincèrement Alice Panhard et Fleur Foucher de leur conseils pour conserver et faire restaurer un tableau.

Si vous disposez d’une peinture que vous souhaitez faire estimer ou vendre, n’hésitez pas à consulter notre page dédiée.

Sur le même thème :

Comment bien conserver son tableau ?

Interview – Le Guide Labreuche : base de références des marques de tableaux

Comment choisir son restaurateur ?

Comment traiter les altérations de peintures et supports de tableaux ?

Partager l'article sur :