Eugène Boudin

peintre français du XIXème siècle , 1824-1898

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Cote, prix et estimation de l’artiste Eugène Boudin 

Peinture : 2.600-796.600

Dessin : 300-51.300 €

Estampe : 20-2.200 €

Si vous souhaitez faire estimer une œuvre d’Eugène Boudin, nos experts s’en chargent.

De papetier à artiste

Eugène-Louis Boudin est un peintre français né à Honfleur en 1824 et mort à Deauville en 1898. Pionnier de la peinture en plein air, il s’est illustré par ses marines et ses représentations de plages. Il est considéré aujourd’hui comme l’un des précurseurs de l’Impressionnisme.

Eugène Boudin naît en Normandie d’un père marin et d’une mère femme de chambre. En 1835, la famille s’installe au Havre. Boudin y travaille d’abord comme mousse, avant de devenir commis chez l’imprimeur Joseph Morlent, puis chez le papetier Alphonse Lemasle.

En 1844, il ouvre sa propre boutique de papetier-encadreur où il expose quelques peintures. À cette occasion, il rencontre plusieurs peintres de Barbizon, parmi lesquels Constant Troyon et Eugène Isabey. Âgé de 20 ans, Boudin se met alors au dessin. Deux ans plus tard, à l’instigation de Jean-François Millet et Thomas Couture, il décide de se consacrer à une carrière artistique.

Boudin s’inscrit alors à des cours de dessin. En 1851, il obtient une bourse d’études grâce au soutien de Troyon, de Couture et d’Adolphe-Hippolyte, conservateur du musée du Havre. Grâce à cette subvention, le jeune homme peut s’installer la même année à Paris afin d’y étudier la peinture. Il rejoint alors l’atelier d’Eugène Isabey et se rend fréquemment au Louvre pour y copier les grands maîtres.

Un peintre salué par la critique, mais boudé par le public

À partir de 1855, Boudin peut commencer sa véritable carrière de peintre. Il décide alors de partager sa vie entre la capitale et la Normandie, passant ses hivers à Paris et ses étés à Honfleur. En 1857, Boudin réalise sa première exposition. Deux ans plus tard, il est admis pour la première fois au Salon avec son œuvre Un pardon à Saint-Anne-la-Palud. Le peintre, alors âgé de 35 ans, reçoit à cette occasion les hommages de Charles Baudelaire. Malgré ces débuts prometteurs, Boudin vit difficilement de son art et peine à trouver des acheteurs pour ses toiles.

En 1859, il se lie d’amitié avec Gustave Courbet et Claude Monet. Boudin, qui très tôt s’est intéressé à la peinture en plein air, initie Monet à cette technique à l’occasion d’un séjour à Honfleur. Fils de navigateur, il s’adonne d’abord à la peinture de marines. Les bateaux, les ports et les pêcheurs pris sur le vif sont alors ses sujets de prédilection.

Puis il assiste au début des années 60 à la création de la station balnéaire de Deauville. En effet, la seconde moitié du XIXe siècle est marquée par le développement des transports ferroviaires et la grande mode des bains de mer. Les plages se peuplent alors d’élégantes et de gentilshommes. Inspiré par ces scènes mondaines et par la lumière du littoral, Boudin se met à exécuter des scènes de plage, auxquelles il reste aujourd’hui associé.

Si le public n’est pas conquis par ses compositions, la critique en revanche salue l’œuvre du peintre. En particulier, son travail du ciel et des effets atmosphériques attirent l’attention des artistes de l’époque. Ainsi, Camille Corot surnomme Boudin le « roi des ciels » tandis que Baudelaire l’appelle le « peintre des beautés météorologiques ».

Le tournant impressionniste et la reconnaissance

Considéré par ses compères comme un peintre d’avant-garde et un précurseur du mouvement, Boudin participe à la première Exposition impressionniste de 1874. À partir de cette date, sa réputation s’accroît considérablement.

Sa situation améliorée, il peut effectuer de nombreux voyages au cours des années 1870, visitant les Flandres, le sud de la France ou encore l’Italie. Au Salon de 1881, sa Meuse, à Rotterdam reçoit la médaille de la troisième place. En 1886, plusieurs de ses toiles figurent à la grande Exposition impressionniste organisée par Durand-Ruel à New York. Trois ans plus tard, il expose deux toiles à l’Exposition universelle de Paris. Sa Marine – Les Lamaneurs et son Coucher de soleil lui valent alors une médaille d’or.

Après le décès de sa femme en 1889, Boudin décide de passer ses hivers dans le midi de la France, avant de s’installer sur la Côte d’Azur. Il continue d’exposer à Paris et de peindre en plein air, et entreprend plusieurs voyages à Venise en quête d’inspiration.

En 1898, il se sent faiblir alors qu’il se trouve à Paris. Il demande à être transporté à Deauville pour mourir « face à la mer ». Il s’y éteint le 8 août, laissant derrière lui plus de 4 500 tableaux et autant de dessins et d’aquarelles.

Les artistes qui pourraient vous intéresser

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Mr Expert en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.