EL SEED EL SEED

Graffeur franco-tunisien, 1981

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une œuvre de EL Seed et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre œuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste EL Seed

Prix d’une peinture signée EL Seed en vente aux enchères : 3 000 – 15 000 €

Si vous souhaitez faire estimer un objet signé ou attribué à EL Seed, nos experts sont à votre disposition pour une expertise gratuite.

Le syncrétisme des cultures

eL Seed est un artiste franco-tunisien né le 21 août 1981 à Le Chesnay en Île-de-France. Né dans une famille tunisienne installée en France il baigne dans le dialecte propre au pays de ses parents et n’apprendra l’arabe classique et son écriture qu’au cours de son adolescence. Le futur artiste est à l’époque traversé par une envie de redécouvrir ses racines tunisiennes. Son nom vient de la pièce de théâtre Le Cid, de Corneille qu’il découvre à l’école. Le nom du Cid étant lui-même une déformation de l’arabe Al Sayed signifiant « l’homme », la boucle est ainsi bouclée dans cette « ré-arabisation » signifiant aussi « la graine » en anglais.

Le printemps arabe et notamment la révolution tunisienne auront une influence majeure sur l’artiste. Il cite explicitement cet événement comme un moment d’ouverture de l’espace politique à des formes alternatives d’expressions. Pour eL Seed ce sera le street art ; il réalise sa première fresque de grande taille un an après le début de la révolution tunisienne dans la ville de Kairouan. Son œuvre est une calligraphie d’un passage du poème de Abu al-Qasil Husayfi, appelant à résister à la tyrannie et à l’injustice.

Les œuvres d’eL Seed font parfois polémiques, mais se veulent toujours rassembleuses et populaires. Ses créations sont aujourd’hui exposées dans de nombreuses villes à travers le monde et des municipalités comme Melbourne, Londres et Toronto, ainsi que de nombreuses villes tunisiennes l’ont invité à peindre ses fresques sur leurs murs. Il sera le premier artiste arabe à collaborer avec la marque Louis Vuitton en 2013. Son travail sera aussi reconnu officiellement à de nombreuses reprises et notamment lorsqu’il qui obtient le prix Unesco-Sharjah pour la culture arabe en 2017. L’artiste est aujourd’hui basé à Dubaï depuis 2013.

La révolution tunisienne libère l’artiste

L’artiste se veut ouvertement politique ; « Je cherche toujours à transmettre un message, mais il y a aussi des couches de contexte politique et social que j’essaye d’incorporer dans mon travail ». L’esthétique est pour lui une façon d’attirer le regard, d’intéresser son public pour faire passer son message. Sans surprise le choix du street art n’est pas anodin. Il faut y voir une volonté de démocratiser l’accès à l’art, de l’apporter à tous. L’artiste espère que ses représentations encourageront les gens se lancer dans des projets aussi « fous » que les siens.

Les deux influences majeures revendiquées par eL Seed sont le poète palestinien Mahmoud Darwish et l’artiste irakien Sundus Abdul-Hadi. Il respecte particulièrement la capacité de ces deux créateurs à générer un changement politique dans la société. Son art étant un syncrétisme de street art, de graffiti et de calligraphie on retrouve sans surprise ce même mélange d’influence dans ses inspirations. Du côté des artistes street art on peut sans doute nommer Hest 1 et Shuck 2, tandis que du côté des calligraphes arabes les noms de Mahmood Darwish et Nizar Qabbani viennent à l’esprit. eL Seed qualifie d’ailleurs son style de « Calligrafi ».

Artiste de la tolérance

L’œuvre la plus connue d’eL Seed est également sa création la plus polémique. En réaction à des heurts entre des communautés religieuses et la communauté artistique en Tunisie il lance un projet majeur ; réaliser une œuvre sur un bâtiment religieux en plein mois de Ramadan. Il réalise alors une calligraphie monumentale sur la mosquée Jara dans la ville de Gabes. La calligraphie reprend un passage du Coran insistant sur l’importance du respect mutuel et de la tolérance. Cette œuvre présente sur le minaret de 47 mètres de hauteur est aujourd’hui encore sa plus grande pièce.

Son œuvre bien qu’étant ouvertement populaire et venant de la rue a trouvé le chemin des salles de vente. Ainsi une de ses valises créé en collaboration avec Louis Vuitton en 2013 s’est vendue pour la somme de 48 000 euros cette même année chez Christie’s. Un de ses tableaux sans titre de 2013 a aussi connu un certain succès chez Christie’s en 2016. L’œuvre s’était alors échangée pour une somme avoisinant les 20 000 euros.

Expertiser et vendre une œuvre de EL Seed

Si vous possédez une œuvre de EL Seed ou tout autre objet, sollicitez nos experts via notre formulaire en ligne pour obtenir une estimation ou une expertise. Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre œuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.