DAMIAN

Ppeintre et sculpteur roumain, 1922-2012

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une œuvre de Horia Damian et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre œuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Horia Damian

Prix d’une peinture signée Horia Damian en vente aux enchères : 200 – 25 000 €

Estimation moyenne pour un multiple (lithographie, estampe, gravure…) : 100 – 700 €

Prix pratiqué pour un dessin ou une aquarelle : 100 – 6 000 €

Cote de l’artiste pour une sculpture :  500 – 8 000 €

Si vous souhaitez faire estimer un objet signé ou attribué à Horia Damian, nos experts sont à votre disposition pour une expertise gratuite.

Un artiste roumain francophile

Né en 1922 à Bucarest, Horia Damian se forme dans un premier temps à l’École d’Architecture de Bucarest dès 1941. Talentueux, il expose individuellement dès 1942 avant de recevoir le prix Anastase Simu en 1946 lui permettant d’obtenir une bourse d’études à Paris. 

Une fois installé à Paris, il suit quelque temps la formation d’André Lhote avant de travailler avec Fernand Léger de 1949 à 1950 pour qui il dessine notamment dix-sept vitraux destinés à l’Église d’Audincourt. Par la suite, il étudie un temps avec Auguste Herbin, ami et confrère qui l’a accompagné dans le développement de sa carrière artistique. 

Rapidement remarqué sur la scène artistique internationale, Horia Damian voit le nombre d’expositions consacrées à ses œuvres exploser. Représenté au début de sa carrière par la galerie Staedtler, organisant des expositions de son travail à intervalles réguliers, il est vite sollicité par des musées prestigieux comme le Guggenheim Museum à New York en 1976 ou encore le Grand Palais à Paris en 1983. 

Aujourd’hui, ses œuvres et travaux d’études sont présentés dans des musées connus à l’international comme le Stedelijk Museum d’Amsterdam, le Museum of Modern Art de New York ou encore le Musée National d’art contemporain de Bucarest. 

Un refus de l’art traditionnel

La première partie de la carrière de Horia Damian est marquée par une influence certaine de Piet Mondrian, qu’il a découvert grâce à son ami Michel Seuphor. Cependant, il détruit presque l’intégralité de ses travaux dans la deuxième moitié des années 1950. C’est pourquoi il ne reste aujourd’hui que ses œuvres post années 1960.

Dès le début des années 1960, il s’intéresse de près au Tachisme, style considéré comme le petit frère de l’expressionnisme abstrait américain. Il exécute alors des travaux à base de pétrole sur du polyester, se rapprochant alors de l’action painting (Constellations, 1961). 

Petit à petit, Horia Damian se dirige vers des œuvres de plus en plus géométriques. Pourtant, le vrai tournant dans sa carrière est le début des créations d’installations pour des expositions et musées. 

Effectuant des schémas colorés et épurés sur des feuilles d’un blanc aveuglant, il se consacre aux installations monumentales et sculpturales. Celles-ci sont gigantesques, imposantes et surtout colorées. S’il s’illustre tout d’abord par des formes géométriques angulaires (série Trône, 1967), il se tourne aussi vers des formes plus organiques. 

Rencontrant un succès fulgurant, il est sollicité par des municipalités (colonne de 7,5 mètres de haut à Saint-Denis dans le cadre de l’action 7 fontaines en France) ou acteurs privés afin de réaliser des installations. 

Galaxie (1972-1974), un projet monumental

Le projet Galaxie est l’un des premiers projets à grande échelle de Horia Damian conçu en 1972. Demandé par la ville de Houston, au Texas, il le construit dans un premier temps à la Neues Galerie de Aachen en 1974. 

L’artiste imagine alors dans cette série de nombreuses installations aux formes aussi bien géométriques qu’organiques dans des couleurs monochromes saturées. Certains des croquis donneront lieu à une réalisation de l’installation, tandis que d’autres resteront à l’état de projet. 

Décédé en 2012, Horia Damian jouit encore d’une renommée internationale comme le montre la dernière rétrospective qui lui a été consacrée en 2019 par la galerie berlinoise Galeria Plan B.

Reconnaître la signature de Horia Damian

Horia Damian fait partie de ces nombreux artistes qui ne signaient pas la totalité de leurs œuvres. Cependant, un exemple de sa signature vous est présenté ci-dessous afin de vous faire une première idée. Quelques variantes existent : n’hésitez pas à contacter un de nos experts pour authentifier une signature de manière formelle.

signature horia damian

Expertiser et vendre une œuvre de Horia Damian

Si vous possédez une œuvre de Horia Damian ou tout autre objet, sollicitez nos experts via notre formulaire en ligne pour obtenir une estimation ou une expertise. Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre œuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.