Marcel André BOURAINE

Sculpteur français, 1886-1948

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une œuvre de Marcel Bouraine et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre œuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Marcel Bouraine

Cote de l’artiste pour une sculpture :  100 – 100 000 €

Prix des objets : 400 – 11 000 €

Si vous souhaitez faire estimer un objet signé ou attribué à Marcel Bouraine, nos experts sont à votre disposition pour une expertise gratuite.

Sa captivité, un accélérateur de carrière

Marcel André Bouraine, né en 1886, débute en tant que sculpteur autodidacte avant de suivre, pendant un temps, les cours du sculpteur Falguière. Engagé durant la Première Guerre mondiale, il se retrouve prisonnier et est interné en Suisse. Il profite de son internement pour réaliser des monuments, dont un pour la ville de Lausanne. De même, durant sa captivité, à l’École des Beaux-Arts de Genève, il étudie avec Max Le Verrier et Pierre Le Faguays, avec lesquels il restera en contact.

Finalement, il finit par revenir à Paris et en 1920, il y expose au Salon des Tuileries en 1922, puis au Salon des Indépendants et au Salon des Artistes français. Il conçoit à cette même période des petites sculptures en bronze afin de diffuser son œuvre. Par ailleurs il participe fréquemment aux expositions du groupe « La Stèle » fondé par Arthur Golscheider et celui de « l’Évolution » qui s’intéresse davantage aux arts décoratifs. Grâce à cette présence importante, il obtient en 1928 de nombreuses commandes du sculpteur Gabriel Argy-Rousseau, dont principalement des nus et une fontaine.

Son art un condensé des créations des années 1920-1930

Bouraine privilégie les thèmes classiques issus de la mythologie à l’image de Pan et Satyre, mais également de Diane et de la reine Penthesilea. Son travail comprend également des figures féminines indéterminées, nues, au corps athlétique, des clowns et arlequins, et des animaux sauvages, dont le tigre et le marabout. Il utilise des matériaux très divers, principe caractéristique de cette période Art Déco où le foisonnement technique était de mise. C’est ainsi que ses sculptures peuvent être en bronze, en verre, céramique et en ivoire, utilisé en association avec le bronze. Ses œuvres subissent plusieurs influences manifestes. En effet, certains bronzes comme celui d’Artémis ressemble au pendant féminin de l’Héraclès de Bourdelle, tandis que ses sculptures chryséléphantines rappellent dans leurs poses et leurs dispositions celles de Chiparus même si ici les formes sont davantage stylisées, géométrisées, simplifiées. D’autres figures, enfin, de par leurs formes plus épanouies, et leurs déhanchements classiques, renvoient aux sculptures d’Aristide Maillol et au mouvement du « Retour à l’Ordre » mis en place à partir de 1900, ayant pour caractéristiques l’absence d’émotion exagérée, pas de muscle saillant. Le visage est dépourvu d’expression, et les membres sont bien pleins, la peau très lisse.

À la fin de sa vie, le développement d’une production commerciale

L’art de Bouraine est ainsi un condensé de ce qui se fait dans les années 1920-1930 et un peu avant, ce qui en fait un témoin privilégié de son époque et un artiste véritablement singulier. C’est ainsi qu’outre sa participation toujours active aux Salons, il expose en 1937 une sculpture monumentale à l’Exposition Universelle à Paris. Malgré ce succès et la maladie le rattrapant, il finit par se retirer à Biot durant la Seconde Guerre mondiale, afin de se consacrer à la fabrication de cuvettes à pipe en faveur des soldats pour la marque OPTIM.

Bien que ces pipes soient recherchées par les collectionneurs spécialisés du fait de leur rareté et d’une production limitée, c’est véritablement ses sculptures en ronde-bosse qui sont davantage recherchées sur le marché de l’art. Dans ce registre une sculpture représentant un arlequin fut vendue en 2019 chez Christie’s pour 25 000 livres.

Reconnaître la signature de Marcel Bouraine 

Marcel Bouraine fait partie de ces nombreux artistes qui ne signaient pas la totalité de leurs œuvres. Cependant, un exemple de sa signature vous est présenté ci-dessous afin de vous faire une première idée. Quelques variantes existent : n’hésitez pas à contacter un de nos experts pour authentifier une signature de manière formelle.

Signature Marcel Bouraine

Expertiser et vendre une œuvre de Marcel Bouraine

Si vous possédez une œuvre de Marcel Bouraine ou tout autre objet, sollicitez nos experts via notre formulaire en ligne pour obtenir une estimation ou une expertise. Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre œuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.