MARCEL-BERONNEAU

Peintre et graveur français symboliste, 1869-1937

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une œuvre de Pierre Marcel-Béronneau et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre œuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Pierre Marcel-Béronneau

Prix d’une peinture signée Marcel-Béronneau en vente aux enchères : 150 – 80 000 €

Prix pratiqué pour un dessin ou une aquarelle : 300 – 9 000 €

Si vous souhaitez faire estimer un objet signé ou attribué à Marcel-Béronneau, nos experts sont à votre disposition pour une expertise gratuite.

Un talent loué par Gustave Moreau

Pierre-Amédée Marcel-Béronneau est né à Bordeaux en 1869. Il étudia à l’École municipale des Beaux-Arts de la ville, puis arrivé à Paris en 1890, il intégra l’École nationale des Arts Décoratifs deux ans plus tard. Dès lors, il suivit les cours du peintre d’histoire Eugène Thirion (1839-1910), lui-même élève des peintres néoclassique François-Édouard Picot (1786-1868), académique Alexandre Cabanel (1823-1889) et d’histoire Charles Gleyre (1806-1874). 

En novembre 1892, Marcel-Béronneau rejoignit l’atelier de Gustave Moreau (1826-1898). Célèbre peintre symboliste, Moreau s’inspira des principes académique, romantique et italianisant. Il sut combiner ces influences afin d’aboutir à des créations originales, fortement individualisées et qui ne ressemblent à rien d’autre. Son but étant de faire voyager le spectateur vers un autre monde. Ses compositions avaient pour ambition de les faire rêver. Il accorda un rôle prééminent à l’imagination et à l’hallucination dans son œuvre. 

Au sein de cet atelier, Marcel-Béronneau se lia d’amitié avec Georges Rouault (1871-1958), partageant avec lui son atelier Boulevard du Montparnasse.

Considéré par Moreau comme l’un de ses meilleurs élèves, il remporta le premier Grand Prix des Arts Décoratifs en 1893 ainsi que le prix Paul Chenavard en 1894. 

Marcel-Béronneau participa pour la première fois au Salon des Artistes Français en 1895 où il présenta sa Muse, œuvre empreinte d’un mysticisme symboliste très marqué. 

Entre académisme et symbolisme

L’œuvre de Pierre-Amédée Marcel-Béronneau peut se décomposer en deux parties. En effet, l’artiste réalisa de nombreuses compositions académiques afin de satisfaire diverses commandes publiques. Conforme au goût officiel, cette peinture lui vaudra une large reconnaissance publique. Le critique d’art Arsène Alexandre (1859-1937) publia en 1896 un article dans Le Figaro où il qualifia Béronneau de « grand artiste raffiné » et de « peintre délicat, sérieux, souvent profond, qui joint une parfaite probité aux aspirations de pensées les plus élevées ».  

Sous l’influence de Gustave Moreau, Béronneau exécuta des œuvres teintées de symbolisme. Ce courant d’origine littéraire est apparu dans les années 1880 en France avant de s’étendre à la Belgique puis au reste de l’Europe jusqu’à l’aube de la Première Guerre mondiale. Sensible au mouvement Préraphaélite et forgeant son propre style, Marcel-Béronneau illustra des personnages mythiques et bibliques féminins tels Léda, Sapho, Judith, Gorgone et Salomé. Ces figures à la sensualité exacerbées sont mises en scène dans des compositions fantasmagoriques.  

L’artiste symboliste exposa à plusieurs reprises au Salon de la Rose-Croix. Fondé par l’écrivain et critique d’art Joséphin Péladan (1858-1918), le premier Salon de l’Ordre de la Rose-Croix fut organisé en 1891 à la galerie Paul Durand-Ruel (1831-1922), célèbre marchand qui défendit les artistes impressionnistes. De nombreux artistes symbolistes, français ou étrangers, exposèrent leurs œuvres. Ainsi, il était possible de retrouver : Gustave Moreau, Fernand Khnopff (1858-1921), Henri Martin (1860-1942), Émile Bernard (1868-1941) ou encore Georges Rouault. Le succès fut important et tous les plus grands écrivains s’y pressèrent. Certains artistes comme Pierre Puvis de Chavannes (1824-1898), Odilon Redon (1840-1916) ou Maurice Denis (1870-1943) déclinèrent l’invitation.

Des artistes symbolistes cotés

Décédé en 1937, Marcel-Béronneau ne cessa de susciter l’intérêt des collectionneurs. En effet, les compositions symbolistes, à l’instar des tableaux du XIXe siècle en général, attirent les amateurs.

Les œuvres de Pierre-Amédée Marcel-Béronneau sont convoitées sur le marché de l’art. Ainsi, en 2007 Sotheby’s Paris d’abord adjugea Gorgone pour 55 000 euros, tandis que la filiale britannique vendit Salomé pour 56 660 euros quelques mois plus tard.

Reconnaître la signature de Pierre Marcel-Béronneau 

Pierre Marcel-Béronneau fait partie de ces nombreux artistes qui ne signaient pas la totalité de leurs œuvres. Cependant, un exemple de sa signature vous est présenté ci-dessous afin de vous faire une première idée. Quelques variantes existent : n’hésitez pas à contacter un de nos experts pour authentifier une signature de manière formelle.

signature marcel-béronneau

Expertiser et vendre une œuvre de Marcel-Béronneau

Si vous possédez une œuvre de Pierre Marcel-Béronneau ou tout autre objet, sollicitez nos experts via notre formulaire en ligne pour obtenir une estimation ou une expertise. Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre œuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.