GUINO

Sculpteur français d'origine espagnole , 1890-1973

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une œuvre de Richard Guino et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre œuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Richard Guino

Prix pratiqué pour un dessin ou une aquarelle : 150 – 2 500 €

Cote de l’artiste pour une sculpture :  150 – 300 000 €

Si vous souhaitez faire estimer un objet signé ou attribué à Richard Guino, nos experts sont à votre disposition pour une expertise gratuite.

L’art dès l’enfance

Richard Guino naît en 1890 à Gérone en Catalogne, fils d’un artisan ébéniste. Dès l’enfance, il s’initie donc à l’art de la taille dans l’atelier de son père. Il rentre très tôt à l’école des Arts de Gérone et y a pour professeur de dessin celui qui deviendra son ami : Prudenci Bertrana, connu surtout pour être une des figures du modernisme catalan. À 16 ans, en 1906, il s’installe à Barcelone et entre aux Beaux-Arts de la ville. Jose Ruiz y Blasco, père de Pablo Picasso, est l’un de ses professeurs dans cette école. Grâce à des expositions collectives à Gérone et Barcelone entre 1908 et 1910, Aristide Maillol, sculpteur français majeur de trente ans son aîné, découvre ses travaux. Très favorablement impressionné, il invite Guino à venir travailler avec lui en France.

« Prête-burin » de Renoir, et réalisations personnelles

Il s’installe donc à Paris, dans le quartier de Montparnasse, et assiste Maillol notamment sur son Cycle des Saisons. Il réalise deux bas-reliefs en 1912 pour le Théâtre des Champs Élysées. Avec des expositions dans plusieurs galeries, ainsi qu’à la société des Artistes décorateurs et la Société Nationale des Beaux-Arts, sa réputation croît, tant en tant que sculpteur que dessinateur.

Durant cette période, Ambroise Vollard demande à Maillol de sculpter pour Renoir. L’artiste, âgé, les mains percluses de rhumatismes qui le laissent à peine peindre, souhaite se mettre à la sculpture, sous l’impulsion de son galeriste. L’idée est donc de lui trouver des mains. Maillol refuse, mais recommande Guino, qu’il accepte. Cette collaboration entre les deux artistes dure de 1913 à 1918, et donne lieu à la création de pièces parmi les plus accomplies de la sculpture moderne. Après la mort de Renoir en 1919, Ambroise Vollard vend ces sculptures sans mentionner Guino. Bien que Michel Guino, son fils, doive plus tard intenter un procès afin qu’il soit reconnu comme auteur de ces œuvres, Richard lui-même ne se soucie pas d’en revendiquer la paternité, et poursuit son œuvre personnelle.

Blessé malgré tout de n’être pas reconnu pour son apport, il tente de se renouveler, en explorant de nouvelles techniques. Il signe un contrat avec la Galerie Hébrard qui lui consacre des expositions personnelles en 1919, 1922 et 1923. Il fabrique également des céramiques émaillées et des meubles pour des commandes privées. En 1925, il obtient les diplômes d’honneur en métal et céramique à l’Exposition Internationale des Arts Décoratifs de Paris. Il fait également partie des artistes représentés à l’exposition d’Art Français Contemporain au Japon. En 1937, il participe à la décoration de la façade du pavillon du mobilier de l’Exposition Internationale de Paris, et termine en 1938 un important programme sculpté, démarré en 1934, pour l’église Sainte Teresa of the Child Jesus, qui présente un renouvellement pour l’esthétique religieuse, et qui sera présenté au Salon des Arts Appliqués en 1938 et 1939.

Un style à la fois classique et candide

Très inspiré par l’idéal grécorenaissant, la sculpture fluide de Richard Guino se caractérise par sa sensualité et sa candeur, sans néanmoins qu’il soit incapable de gravité, comme on peut le voir au travers de son profil d’Auguste Renoir. Aujourd’hui, ses œuvres sont encore valorisées, comme Baigneuse s’essuyant, estimée entre 3000 et 4000 €, ou encore L’Eau ou la petite laveuse, réalisée avec Renoir, évaluée entre 3500 et 4500 €.

Reconnaître la signature de Richard Guino 

Richard Guino fait partie de ces nombreux artistes qui ne signaient pas la totalité de leurs œuvres. Cependant, un exemple de sa signature vous est présenté ci-dessous afin de vous faire une première idée. Quelques variantes existent : n’hésitez pas à contacter un de nos experts pour authentifier une signature de manière formelle.

Expertiser et vendre une œuvre de Richard Guino

Si vous possédez une œuvre de Richard Guino ou tout autre objet, sollicitez nos experts via notre formulaire en ligne pour obtenir une estimation ou une expertise. Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre œuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.