Le journal

Toute l'actualité de Mr Expert et du marché de l'art

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Civilisation chinoise : la dynastie Yuan (1279-1368)

Peuple mongol, les Yuans envahirent la Chine et se débarrassèrent des barbares, mais également des Song du Sud.

Fondée en 1279 la dynastie eut pour premier empereur Kubilai Khan (1215-1294). En tant que Grand Khan, Kubilai Khan régnait à la fois sur la Chine sous le titre d’empereur Yuan, mais également sur la Mongolie et était suzerain de trois khanats correspondant aux territoires de l’Asie centrale, de l’Ukraine et de la Russie ainsi que de l’Irak, la Turquie et l’Afghanistan.

Les Yuans réinstituèrent Pékin comme capitale de l’Empire. Le règne des Yuans jusqu’en 1368 correspond à une période de paix connue sous le nom de Pax Mongolica. Le commerce était florissant et de nombreux Occidentaux voyagèrent en Chine. Ce fut le cas du célèbre navigateur italien Marco Polo (1254-1324) qui resta en Chine au service de l’empereur de 1275 à 1291. Son Livre des merveilles du monde (1298) est à l’origine de la fascination de la Chine par les Européens.

Si la dynastie ne resta pas longtemps au pouvoir, elle eut tout de même le temps d’apporter des innovations culturelles.

L’écriture Phagspa

Avant même de régner sur la Chine, le Grand Khan eut pour ambition de rénover l’écriture mongole.

Une unification des écritures mongoles

Sous les Yuans il existait trois langues officielles : le mongol, le chinois et le persan. En parallèle, l’empereur Kubilai Khan eut pour ambition de créer une nouvelle écriture.

En effet, il souhaita unifier l’écriture multilingue de l’Empire mongol. Cette tâche complexe fut confiée au chef de l’école Sakyapa du bouddhisme tibétain Drogön Chögyal Phagpa (1235-1280).

Parti de l’écriture tibétaine traditionnelle, Chögyal Phagpa la modifia et créa une nouvelle série de caractères. La mise au point de l’écriture dite « Phagspa » fut achevée en 1268.

Le phagspa : écriture officielle de l’Empire

Satisfait Kubilai Khan décida de faire du phagspa l’écriture officielle de l’Empire, et l’imposa en lieu et place des idéogrammes chinois lorsqu’il devint empereur de Chine en 1271.

écriture phagspa
Billet de banque de 1287 où figure l’écriture phagspa

Utilisée durant cent-dix ans et influençant probablement le développement de l’écriture coréenne, l’écriture phagspa tomba en désuétude après l’effondrement de la dynastie Yuan en 1368.

Le renouvellement de la peinture

Les peintres Yuan reprirent la technique de l’encre des dynasties précédentes. Toutefois, ils développèrent de nouvelles formes et de nouveaux sujets ainsi qu’un nouveau style.

Une peinture empreinte de liberté

Exclus de l’administration centrale, les lettrés de la dynastie Yuan se retirèrent loin de la cour et des grandes villes. Cet exil eut pour conséquence le développement de formes nouvelles d’expression et de nouveaux sujets.

La dynastie compte quatre maîtres principaux : Huang Gongwang (1269-1354), Wu Zhen (1280-1354), Ni Zan (1301-1374) et Wang Meng (1308-1385). Affranchis des carcans de l’Académie des Song disparue, ces peintres jouirent d’une grande liberté.

Peinture Wu Zhen
Wu Zhen, Pêcheur ermite sur le lac Dongting, 1341, rouleau vertical, encre sur papier, National Palace Museum, Taipei

De nouveaux sujets apparurent : bambou, fleurs de prunier, orchidée, chrysanthème, pins, lotus. Les compositions étaient chargées de sens et de contrastes : bambou qui se plie face au rocher qui résiste, espaces vides et sujets soumis aux aléas des éléments, minuscule lettré en proie à la nature immense.

Un style archaïque

Si la technique de l’encre utilisée est la même que sous les dynasties précédentes, le style s’avère différent. En effet, l’encre a un rendu plus sec et le décor se trouve plus aéré. Ce style archaïque s’appuie sur un tracé sec et rapide issu de la calligraphie.

encre Zhao Mengfu
Zhao Mengfu, A l’unisson, c.1280, encre sur papier, National Palace Museum, Taipei

Zhao Mengfu (1254-1322) utilisa ce style archaïque afin de souligner la simplicité des formes d’expression et l’économie de moyens dans la représentation de l’essence des choses.

La céramique

Le commerce florissant sous les Yuans permit l’importation de nouvelles matières premières dont le cobalt. Ce minerai fut notamment utilisé pour la réalisation de céramiques destinées à l’exportation.

La découverte du cobalt

Sous la dynastie des Yuans, les échanges commerciaux avec les pays voisins explosa. Dès lors les commerçants importèrent en Chine le cobalt. Ce minerai permit aux céramistes de réaliser des décors bleus.

Cobaltite Yuan
Cobaltite, Musée des sciences naturelles de Denver

Le cobalt était acheminé sur le site de Jingdezhen qui deviendra le centre mondial de la production de porcelaine du XVe au XVIIIe siècle.

Une production spécifique pour l’exportation

Grâce au cobalt les céramistes réalisèrent des porcelaines au décor bleu blanc, principale innovation de la dynastie des Yuans. Ces décors représentent des motifs floraux et ornementaux inspirés des décors perses. Cette production étant essentiellement destinée à l’exportation, vers le Moyen-Orient notamment, les formes des objets furent adaptées en conséquence.

Grand plat yuan
Grand plat, décor floral en réserve sur fond bleu, Palais de Topkapi, Istanbul

Toutefois, cette technique de porcelaine conduit néanmoins à la production de pièces pour le marché interne.

Partager l'article sur :