Le journal

Toute l'actualité de Mr Expert et du marché de l'art

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Comment reconnaître/dater un cadre ou châssis ancien ?

Certains artistes ont cherché à faire du cadre un élément à part entière de leur œuvre comme dans la peinture de Pere Borrell del Caso où un trompe-l’œil met en scène un jeune garçon sortant du cadre du tableau.

L’encadrement d’une œuvre permet souvent sa mise en valeur, rares sont les œuvres des grands maîtres dépourvues de cadre et de châssis. Le cadre définit le contour d’une œuvre, sa délimitation dans l’espace, soulignant l’espace entre l’œuvre et le monde extérieur.

Définition et délimitation 

Plusieurs éléments composent l’encadrement d’une œuvre picturale : la toile ou le panneau de bois, le châssis et le cadre. Le châssis correspond à une armature en bois (et plus tard en aluminium) servant à tendre la toile. Le châssis est traditionnellement assemblé à angle droit par tenons et mortaises et si le cadre est de grand format, des traverses seront ajoutées pour permettre plus de résistance. Les clous, appelés semences permettent le maintien de la toile sur le châssis. Les agrafes, plus facile à poser et résistantes sont aujourd’hui préférées aux semences.

Les cadres et châssis anciens étaient réalisés en bois, surtout en bois sculpté et doré à partir du XVIIe siècle, et ce, jusqu’au XIXe siècle où certains cadres seront réalisés en stuc moulés et dorés, montés sur une âme de bois. Si certains cadres étaient réalisés par l’artiste lui-même, d’autres faisaient réaliser les cadres, devenant des œuvres à part entière pour certains. Des ébénistes célèbrent comme André-Charles Boulle en ont confectionné de très appréciés. 

À chaque époque correspondait un style artistique et chaque style se retrouvait dans les cadres conçus à ces périodes. Plutôt de style cathédrale ou tabernacle à la Renaissance en bois naturel, ils seront plutôt en bois doré et de style Rocaille (peuplé de végétations, de courbes marquées et de motifs de végétaux) au XVIIIe siècle à partir du règne de Louis XV. Plus les styles évoluent, plus les siècles passent, et plus les cadres et leurs bordures se font minimalistes. D’autres artistes plus contemporains comme Mondrian ou Malevitch exposeront sans cadre. 

L’essence du bois 

Les cadres et châssis étaient réalisés en fonction du bois local. Ainsi, chaque région à ses spécificités en termes de bois. Les artistes choisissaient ainsi de peindre sur une essence de bois local ou provenant d’une région voisine, permettant ainsi de mieux déterminer la provenance de l’œuvre. 

En France, le chêne était le bois le plus utilisé pour peindre, surtout dans les régions du nord de la France et du Centre. Dans le sud il était plutôt fait usage du tilleul, car c’est un bois plus répandu. 

La patine

Les bois les plus anciens utilisés pour l’encadrement d’une œuvre s’abîment au fil du temps, se parant d’une patine particulière. Cette patine est communément appelée « robe de lièvre » pour ses teintes diverses et non uniformes. 

La patine du cadre et du châssis à l’arrière est un indice très important, puisque sa couleur et son uniformité sont souvent révélateur de l’ancienneté de ceux-ci. Si l’arrière du châssis ou du cadre est d’une couleur uniforme alors un doute peut être émis quant à l’ancienneté de l’œuvre et donc son authenticité. 

Le type de montage

L’assemblage du cadre et du châssis sont à observer pour en déterminer l’ancienneté. Les cadres anciens du XVIIe et XVIIIe siècle sont assemblés grâce à une clé et ne sont pas collés, contrairement aux productions postérieures. 

Il arrive souvent que des cadres ayant servis pour une œuvre soit modifiés afin d’accueillir une autre œuvre, voire plusieurs autres œuvres. Le châssis et le cadre sont alors modifiés. Il est nécessaire de prêter attention à ces modifications.

Ces modifications peuvent révéler des incohérences. Des incohérences en termes de continuité du décor, ou encore stylistiques. Ces indices permettent d’affirmer que le cadre n’a pas été conçu à l’origine pour l’œuvre à laquelle il est désormais rattaché et pourrait être antidaté.

L’analyse du cadre et du châssis anciens est un travail minutieux qu’il est nécessaire de confier à l’œil expert d’un spécialiste. Nos équipes sont spécialisées dans l’expertise et l’analyse des tableaux anciens, afin d’en déceler tous les secrets. 

Partager l'article sur :