Le journal

Toute l'actualité de Mr Expert et du marché de l'art

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Les femmes célébrées par les grands maîtres de l’estampe japonaise

Qu’est-ce que le Bijin-ga ? 

Dans la tradition japonaise de l’ukiyo-e (monde flottant), les femmes sont le plus souvent représentées dans le genre Bijin-ga (belles femmes). Il s’agissait souvent de courtisanes, magnifiquement représentées avec des coiffures élaborées, un maquillage épais et des vêtements décoratifs. Elles étaient considérées comme la « femme idéale » ; en plus d’être belles, elles étaient passives, attentives, instruites et bien formées au divertissement des compagnons masculins. Le célèbre artiste, Kitagawa Utamaro (1753-1806), est bien connu pour ses œuvres du genre. Dans ses dernières années, Utamaro fut captivé par les courtisanes et les bijin du quartier de Yoshiwara. Il a mis leurs visages au centre de l’estampe, les représentant souvent de profil dans un portrait de buste connu sous le nom d’okubi-e.  Il s’est concentré sur l’expression de l’émotion, de la beauté et du caractère des femmes représentées. 

Utagawa Hiroshige (1797-1858) a aussi été inspiré par de belles femmes. Une partie de ces estampes montre une courtisane du quartier des plaisirs. Les couleurs plus vives des teintures synthétiques contrastent avec les couleurs subtiles des teintures minérales et végétales des premiers imprimés du XVIIIe siècle. L’indigo plus audacieux et le blues prussien devinrent disponibles dans les années 1820. Vous remarquerez qu’elles ne figurent pas dans les œuvres antérieures d’Utamaro, comme l’image ci-dessus.

La femme absente de l’estampe guerrière

Un autre genre dans lequel les femmes étaient rarement représentées dans des rôles forts et puissants est l’estampe guerrière, qui était considérée comme un privilège très masculin. Cependant, le musée possède quelques gravures avec des guerrières. Ces estampes de l’artiste Tsukioka Yoshitoshi (1839-1892) représentent la bataille sanglante menée par les femmes samouraïs rebelles contre le nouveau gouvernement Meiji en 1877.

Les femmes insurgées se sont heurtées à des soldats du gouvernement à Kagoshima, dans la province de Satsuma. Ces rebelles étaient motivés par un sentiment d’injustice face à la corruption au sein de la nouvelle oligarchie gouvernementale et ont combattu sous le slogan Nouveau gouvernement, haute moralité (Shinsei kôtoku). Il est inhabituel de voir des femmes dépeintes au combat, même si l’on sait que les femmes ont combattu dans des conflits tels que les guerres de Genpei (1180-1185), la rébellion de Shimabara (1637-1638) et la bataille d’Aizu (1868) pendant la guerre des Boshin (1868-1869).

La représentation de l’homme dans un rôle de femme : les « omnagata »

Les femmes ont également été montrées dans des copies de kabuki (acteur), mais tout n’est pas comme il paraît. Les femmes n’étaient pas autorisées à jouer sur scène dans le théâtre kabuki, de sorte que les rôles féminins étaient joués par des acteurs masculins connus sous le nom d’« onnagata ».

Cela soulève une réflexion intéressante sur la féminité dans la culture japonaise, qui n’a pas toujours été exprimée par les femmes. Par exemple une estampe montre l’acteur masculin Segwa Kikunojo III dans un rôle féminin. En effet, il joue peut-être Hanazono Gozen (dans le drame « Sugawara Denju Tenarai Kagami »), dans une gravure de l’artiste Toshusai Sharararaku (1794-1795). Il est souvent difficile d’identifier les gardiennes par rapport aux onnagatas dans les estampes sur bois, à moins que le texte identifiant la gardienne ne puisse être lu ou que les acteurs eux-mêmes soient reconnaissables.

Un rapport inégal entre la femme muse et la femme active

Les femmes sont représentées dans toutes les collections du musée, pas seulement dans les estampes japonaises. Cependant, il est important de noter que dans de nombreuses collections muséales, il subsiste une grande disparité entre les femmes passives, dans le rôle de « muse » ou de gardienne (être représentée dans une œuvre d’art), et les femmes aussi actives et dynamiques que le créateur ou l’artiste (faire les objets de la collection). 

Partager l'article sur :