Max Ingrand

Maître-verrier et designer, une œuvre au service de la lumière, 1908-1969

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Max Ingrand, de son vrai nom Maurice Max Ingrand, né le 20 octobre 1908 et mort le 25 août 1969 à Paris, est l’un des plus grands maîtres-verriers du XXe siècle. 

Cote, prix et estimation de l’artiste Max Ingrand

Mobilier : 150 – 15 000€

Objets : 800 – 35 000 €

Luminaire : 500 – 80 000€

Si vous souhaitez faire estimer une œuvre du designer Max Ingrand, nos experts s’en chargent.

Une fascination pour le verre et le vitrail

À sa sortie de l’École des Beaux-Arts de Paris en 1927, il se spécialise dans les arts décoratifs, sous la tutelle de grands artistes comme Charles Lemaresquier et Jacques Grüber. Celui-ci l’initie à l’art du vitrail et à la gravure sur verre par sablage à l’acide. Max Ingrand est fasciné par le verre et les possibilités infinies qu’il offre.

Il crée son atelier en 1931 aux côtés de son épouse Paule Rouquié, diplômée de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs. Jusqu’à la guerre et à leur divorce en 1939, Paule Rouquié collabore activement aux réalisations de son époux.

Ses vitraux présentent des couleurs fortes et un style très Art Déco. Pendant toute sa carrière, Max Ingrand réalise des vitraux et vitrages artistiques pour plus de deux cents édifices religieux, pour des hôtels ou des bâtiments publics, ce qui lui vaut d’être décoré de la Légion d’Honneur. Membre des Ateliers d’Art Sacré et du Comité de rédaction de la revue Art Sacré, Max Ingrand participe à un projet collectif de douze vitraux pour Notre-Dame de Paris en 1938, vitraux retirés au début de la guerre et jamais réinstallés. 

Des œuvres de plus en plus sensibles et protéiformes

Emprisonné durant la guerre, il réalise de nombreux pastels et gouaches qui laissent tous transparaître son talent de peintre, sa sensibilité et sa foi.

Il reprend son travail de maître-verrier dès la fin de la guerre et ne compte plus les commandes pour restaurer les vitraux abîmés. Il réalise quelques travaux pour des édifices publics comme les fontaines lumineuses du Rond-Point des Champs-Élysées, ou la fontaine de la Place Victor Hugo. 

Les luminaires, alternative au vitrail dans sa recherche sur la lumière et le verre

Dans les années 1950, il fonde en parallèle l’entreprise « Verre-Lumière » à Paris, avec Saint-Gobain, et crée de nombreuses lampes et pièces de design, dont des miroirs encore très prisés aujourd’hui. À partir de 1954 et pour une décennie, il devient directeur artistique de la maison milanaise Fontana Arte. Il réalise au cours de cette collaboration ses lampes les plus connues, comme la lampe de table Fontana. Cette lampe en verre soufflé blanc dépoli est aujourd’hui encore très appréciée et toujours vendue par la firme italienne. Tous ses luminaires sont le fruit d’un travail particulier du verre et d’une recherche sur la lumière et la couleur, sur l’opacité et la transparence.

Il meurt le 25 août 1969 à Paris des suites d’une mauvaise grippe. S’il est surtout reconnu pour ses réalisations comme maître-verrier et son intervention sur de nombreux édifices religieux, Max Ingrand est aujourd’hui prisé pour ses lampes, dont certaines sont toujours produites par Fontana Arte. 

Les artistes qui pourraient vous intéresser

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Mr Expert en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.