Serge FÉRAT

Peintre et dessinateur russe, 1881-1958

Vous avez des questions ?

Mr Expert

01 83 77 25 60

Vous avez en votre possession une œuvre de Serge Férat et souhaitez en connaître la valeur ? Nos Experts réalisent gratuitement une expertise de votre œuvre, vous communiquent une estimation du prix de marché, puis vous accompagnent pour réaliser une vente au meilleur prix.

Cote, prix et estimation de l’artiste Serge Férat

Peintre et décorateur russe, Serge Férat s’inspire beaucoup du Quattrocento et finit par s’affirmer en tant qu’artiste cubiste.

 

Estimation minimale – maximale

Dessin ou aquarelle 85 – 50 000 €
Peinture 300 – 300 000 €

 

Si vous souhaitez faire estimer un objet signé ou attribué à Férat, nos experts sont à votre disposition pour une expertise gratuite.

Dessins & aquarelles

Les dessins et aquarelles de Serge Férat et ses gouaches notamment, font fureur sur le marché de l’art. Ils peuvent atteindre une valeur de 50 000 €.

Dessin Serge Férat

Dessin de Serge Férat – Composition avec une guitare – Estimé 3 000 € – 4 000 €

Il affectionne aussi tout particulièrement les natures mortes qui lui permettent de revendiquer pleinement son style. 

Peintures

Les huiles sur carton de Serge Férat font sensation lorsqu’elles sont teintées de fraîcheurs grâce aux tons vifs sur le thème de la nature. Ses natures mortes très traditionnelles restent appréciées du public.

Peinture Serge Férat

Peinture de Serge Férat – La ferme – Estimée 6 000 € – 8 000 €

Le record revient à Lacerba (1913), nature morte vendue 320 000 € en 2007, à Paris.  
 

Qui est Serge Férat ?

Un trio cosmopolite

Sergueï Nikolaïevitch Yastrebov, connu sous le nom de Serge Férat, est né à Moscou en 1881. 

Arrivé à Paris en 1899, Férat s’inscrivit à l’Académie Julian où il fréquenta l’atelier de Marcel Baschet (1862-1941) ancien élève de Gustave Boulanger (1824-1888), prix de Rome en 1883 et célèbre portraitiste officiel des plus hautes personnalités de son époque. 

Encouragé par son maître, Férat exposa pour la première fois au Salon des artistes français en 1904. 

À la même époque l’artiste russe œuvrait aux côtés de sa cousine ukrainienne la baronne Hélène Oettingen (1887-1950) — qui signait ses toiles sous le nom de François Angiboult — et de l’italien Ardengo Soffici (1879-1964). Le trio inséparable, imprégné de symbolisme, réalisa des scènes tumultueuses.

S’approprier le cubisme

Tout bascula lorsque Serge Férat racheta en 1911 avec son ami et poète Guillaume Apollinaire (1880-1918), la revue d’avant-garde Les Soirées de Paris. Par le biais de cette dernière, l’artiste se mit à côtoyer l’avant-garde artistique de l’époque : Pablo Picasso (1881-1973), Henri Matisse (1869-1954), Francis Picabia (1879-1953), Georges Braque (1882-1963), Maurice de Vlaminck (1876-1958), Leonor Fini (1908-1996), Fernand Léger (1881-1955). Férat exposa sa toile cubiste Lacerba au Salon des Indépendants de 1914 dont Apollinaire souligna le « beau coloris » promettant « des œuvres importantes » à venir. 

Mobilisé en 1915 dans la section « Ambulance Automobile de Sa Majesté l’Impératrice de Russie » la guerre interrompit les recherches du peintre. Il rejoignit Braque à Sorgues en 1919 qui expérimentait alors une technique de faux bois et des papiers collés avec Picasso.

Les années 1920 furent fructueuses. Férat présenta des natures mortes au Salon des Indépendants qui attirèrent l’attention du marchand d’art Léonce Rosenberg (1879-1947). L’artiste cubiste rejoignit ses amis de La Section d’Or, exposition fondée en 1912, et devint trésorier. Cubiste raffiné, les compositions de Férat aux couleurs vivent furent exposées dans toute l’Europe : Bruxelles, Amsterdam, Genève, Rome. 

Progressivement, il se détacha des règles cubistes et adopta un style très personnel où l’univers du cirque et des parades fut de mise. Proche des poètes, Férat illustra les Mamelles de Tirésias d’Apollinaire, réalisa les décors du ballet Mariés de la Tour Effel de Jean Cocteau (1889-1963) et exposa à la galerie Percier en 1924 aux côtés de Max Jacob (1876-1944).

Dans les années 1930, Serge Férat fit de nombreuses expositions à Londres, Chicago et New York. Chargé de décorer les Palais des Chemins de fer et de l’Aviation pour l’Exposition Internationale des Arts et des Techniques de 1937, Robert Delaunay (1885-1941) demanda à Férat et Léopold Survage (1879-1968) de collaborer. Ce fut là une véritable aubaine pour ces deux peintres russes d’intégrer les arts plastiques à l’architecture.

Dans le sillage des maîtres cubistes

Après son décès en 1958, le cubisme très personnalisé et l’art raffiné de Serge Férat furent découverts dans les galeries et institutions publiques en France et à l’étranger. Son nom figure aujourd’hui aux côtés des maîtres du cubisme Picasso, Braque, Albert Gleizes (1881-1953), Jean Metzinger (1883-1956), Survage.

De fait, certaines de ses œuvres réalisent des prix conséquents sur le marché de l’art. Le record de l’artiste fut établi par Artcurial en 2007 pour Lacerba (1913) adjugé 320 000 euros.

Reconnaître la signature de Serge Férat 

Serge Férat fait partie de ces nombreux artistes qui ne signaient pas la totalité de leurs œuvres. Cependant, un exemple de sa signature vous est présenté ci-dessous afin de vous faire une première idée. Quelques variantes existent : n’hésitez pas à contacter un de nos experts pour authentifier une signature de manière formelle.

signature serge férat

Expertiser et vendre une œuvre de Férat

Si vous possédez une œuvre de Serge Férat ou tout autre objet, sollicitez nos experts via notre formulaire en ligne pour obtenir une estimation ou une expertise. Vous serez ensuite contacté par un membre de notre équipe, composée d’experts et de commissaires-priseurs, afin de vous communiquer une vision indépendante du prix de marché de votre œuvre. Dans le cadre d’une éventuelle vente, nos spécialistes vous conseilleront également sur les différentes options possibles pour vendre votre œuvre au meilleur prix.